Critiques Séries : Making History. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : Making History. Saison 1. Pilot.

Making History // Saison 1. Episode 1. Pilot.


FOX continue de produire des comédies farfelues, loin de certains carcans. Avec Making History elle tente la comédie de voyages dans le temps. Alors que cette thématique semble être plus ou moins à la mode (12 Monkeys, Timeless, etc.), Julius Sharpe (Dads, The Cleveland Show) tente alors de créer un environnement propice au rire et à la dérision qui fait plaisir. Pour autant, même si cette série bénéficie de l’aide d’Adam Pally (Happy Endings) et de sa capacité à nous faire rire, Making History reste tout juste correcte. Le point de départ de cette comédie n’a rien de réaliste, c’est même complètement barré, mais le fait que la série ne cherche pas à se prendre la tête est déjà un bon point. La série aime se reposer sur des références pop-culturelles tout en introduisant des personnages hauts en couleur. Making History n’a rien d’exceptionnel dans sa façon de faire, et pourtant le plaisir est là. On ressort de ce premier épisode avec une légère envie de poursuivre l’aventure, de voir où est-ce que ces voyages dans le temps vont bien pouvoir nous embarquer. Making History n’est pas Another Period et la folie douce de cette dernière, mais elle sait s’amuser et c’est déjà pas mal.

Dan Chambers, professeur en sciences informatiques dans une petite université du Massachusetts, découvre qu'il peut voyager dans le temps et se rend fréquemment au 18ème siècle pour retrouver la femme dont il s'est épris. Seulement ses actions dans le passé semblent avoir des répercussions sur le présent, d'autant plus que sa prétendante n'est autre que la fille de Paul Revere. Il ne le réalise pas, mais il est peut-être en train d'altérer le déroulement de la Révolution Américaine. Pour que tout rentre en ordre, Dan demande de l'aide à son collègue historien, Chris Parish.

De plus, la série choisie comme premier thème la Révolution américaine, ce qui pour le coup permet de s’éclater avec ce duo improbable de personnages. Notamment Chris Parish (incarné par Yassir Lester) qui tente plusieurs monologues pop-culturelles et le « Show me the money » qui sincèrement m’a rendu hilare. Making History repose donc en grande partie sur ce type d’humour, celui de la référence à la pop culture qui est capable de créer dans l’esprit du spectateur un brin de nostalgie. Le cliffangher de ce premier épisode laisse sous entendre pas mal de choses intéressantes, même si je me demande vraiment si Making History peut tenir sur la longueur. Elle semble créer ici une histoire que l’on va pouvoir suivre et apprécier sur plusieurs épisodes mais attention à ne pas tomber dans tous les pièges. Alors qu’il est possible que Making History devienne une série culte si elle s’en donne les moyens, elle a en tout cas toutes les cartes en main pour devenir un bon divertissement. C’est une comédie facile, jouant beaucoup sur la nostalgie afin de créer une ambiance et inspirer le rire du spectateur, mais ce n’est peut-être pas suffisant pour autant non plus. J’attends de voir la suite, car les personnages sont bien introduits et l’univers bien définit. Donc pourquoi pas…

Note : 5.5/10. En bref, une petite comédie sans prétentions qui sait s’amuser.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

l3hetijm0v 20/12/2019 06:59

When i impart them with your duplicate within the suitable written text along with go over the actual hole not to mention Francis Scott Vital.