Critique Ciné : Woman in the Maze (2023)

Critique Ciné : Woman in the Maze (2023)

Woman in the Maze // De Mitesh Kumar Patel. Avec Meredith VanCuyk, Joey Heyworth et Sean Dillingham.

 

Avec Woman in the Maze, Mitesh Kumar Patel (Instant Karma, Bite the Dust) démontre qu’il n’est pas mieux que tous ces réalisateurs qui aiment les couleurs ultra saturées dans les bons vieux DTV depuis l’apparition du numérique. Le titre, Woman in the Maze semble faire référence à son immonde premier film, The Man in the Maze (2011) et avant que le réalisateur ne trouve un filon à exploiter en faisant deux films s’inspirant des confinements et de la COVID-19 (Anti Corona Virus et House of Quarantaine). Sur le papier Woman in the Maze avait quelque chose d’intrigant mais une fois que l’on est piégés, le film n’a rien à offrir. Il faut dire qu’il n’est pas vraiment aidé par le casting qui surjoue constamment ou semble manquer cruellement de direction rendant certaines scènes absolument infâmes. 

 

Une jeune femme loue une maison maudite, ce qui l’oblige à résoudre le mystère pour en sortir.

 

Woman in the Maze est un film sacrément plat dont la mise en scène plate n’aide jamais à vraiment rendre le tout palpitant. Bien au contraire, c’est même d’un ennui mortel jusqu’au bout. Dès que Woman in the Maze tente d’apporter un peu d’action et de palpitant à l’histoire, cela tombe souvent sur un os et l’on ne sait pas comment sortir de ce labyrinthe sans intérêt. On a tous les poncifs du genre horrifique et des maisons possédées. Les jump-scares sont tous prévisibles et mal fichus, cassant encore plus le rythme de l’histoire. Je me demande même si ce n’est pas Chat GPT qui a écrit le scénario car il n’y a rien dans les dialogues qui force le respect. Ce n’est même pas drôle sans le vouloir, c’est juste inerte comme un pauvre texte écrit par une intelligence artificielle. 

 

Le manque cruel d’implication du casting (ou de talent) n’aide pas non plus Woman in the Maze à sortir de son propre labyrinthe. Je pense que tous devraient penser à faire autre chose comme carrière (ou alors finir dans des films de ce genre là). L’intrigue aurait pu être intéressante si elle avait été bien développée mais les scénaristes (ils sont quand même trois à écrire ce truc !) veulent insérer tous ce qu’ils peuvent dans son récit sans faire attention à ce que cela soit un minimum cohérent. On enchaîne alors tout un tas de scènes, toutes plus rasoirs les unes que les autres rendant ainsi le récit bien moins intéressant que prévu sur le papier. J’aurais dû me méfier car j’ai été séduit par le pitch mais je n’avais pas vu que le réalisateur était déjà l’auteur de films d’une misère narrative et de mise en scène…

 

Note : 1/10. En bref, difficile de défendre un truc aussi mauvais que Woman in the Maze. Ce n’est même pas drôle pris au second degré. Un comble. 

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article