Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Cloud Atlas, complexe grandiloquence...

14 Mars 2013 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20245603.jpg

 

Cloud Atlas // De Andy Wachowski, Lana Wachowski et Tom Tykwer. Avec Tom Hanks et Halle Berry.


Après avoir créé la saga Matrix, les frères (enfin, entre temps l'un est devenu une femme) Wachowski sont maintenant de retour après l'échec commercial (mais pas qualitatif) de Speed Racer. Pour tout vous dire, j'avais peur. Peur que Cloud Atlas soit raté. La bande annonce ne m'avait pas assoiffé comme certains, et ne donnait qu'une infime envie de voir ce qui est surement l'une des plus belles aventures de ce qui sera l'année cinématographique 2013. Nous faisant voyager aux quatre coins du monde, et dans le passé, le présent et le futur. Ce film ambitieux démontre cette ambition qui est de nous raconter une aventure épique et surtout magnifique. Les références ne manquent pas tout au long de ce film, aussi bien à L'île au Trésor qu'à d'autres effets de style futuristes dans un genre totalement différent. Le budget faramineux de Cloud Atlas ne pouvait pas être mal exploité et se devait d'être mis au service d'une belle histoire avec du coeur. Et adapter le roman du même nom de David Mitchell (paru en 2004) était déjà une bonne idée en soit. Je pense me pencher sur ce livre sous peu.

Un voyageur réticent qui traverse le Pacifique en 1850; un musicien déshérité menant une vie précaire en Belgique durant l'entre-deux-guerres; un journaliste aux nobles sentiments qui suit un gouverneur de Californie nommé Reagan; un vaniteux éditeur qui fuit ses créanciers mafieux; un dîner génétiquement servi dans le couloir de la mort; et Zachary, un jeune habitant du Pacifique témoignant du crépuscule de la civilisation et de la science...

La première chose qui m'a plu dans Cloud Atlas c'est cet émerveillement constant. On est constamment entretenu par le film dans des univers si différents mais également merveilleux. Derrière les mondes que l'on découvre il y a toujours cette envie pour le spectateur d'en voir plus, ici et ailleurs. C'est un éternel recommencement qui m'a fait me dire à la fin des trois heures (car oui, ils n'ont pas lésiné sur la durée du film) : c'est tout ? Comme si le temps venait à manquer. Tout cela me rappelle ce film indien de 5 heures présenté lors du dernier Festival de Cannes. Je crois que Cloud Atlas aurait très bien pu exploiter son histoire sur une telle durée qu'il n'aurait jamais souffert de grosses longueurs. Car malgré quelques petites périodes où le ton du film se laisse un peu trop aller, on ne peut pas dire qu'il y ait de fautes de goût. Car au fond, tout est rapidement rattrapé par la réalisateur des frères (c'est bizarre de penser qu'il puisse y avoir un frère et une soeur maintenant quand même) Wachowski. Les images sont sublimes et l'art est mis au service de la rétine du spectateur.

D'un film dont je me méfiais ressort alors aussi un film très confus et malheureusement pas très accessible. L'histoire est tellement bourrée de retours et avancées dans le temps que l'on n'a jamais l'impression de suivre quelque chose de  cohérent du début à la fin (même si finalement tout se tient). Pour un blockbuster, je trouve assez ambitieux que de faire un film aussi hermétique. Car au fond, Cloud Atlas n'est pas le plus accessible de tous ceux que j'ai pu voir. Mais j'ai beaucoup aimé le mélange des univers, des genres et des personnages. Les prestations de Tom Hanks aux divers stades du film sont sensationnelles (il est sûr que l'acteur pourrait gagner un petit Oscar lors de la prochaine cérémonie de récompenses). Ce ne serait que du flaire mais je ne pense pas me tromper en disant qu'il a toutes ses chances. Par ailleurs, je suis surpris par Halle Berry, qui n'est pas une actrice généralement dotée d'une grande nuance mais qui prouve ici qu'elle peut être bien plus. Cloud Atlas c'est donc une jolie révélation de l'année 2013.

Note : 9/10. En bref, un voyage épique et surprenant. C'est le souffle coupé que le spectateur reste à la fin du film devant à la fois la grandeur mais aussi la complexité de la chose (qui peut parfois être son plus grand défaut). Mais Cloud Atlas a une âme et c'est aussi pour cela qu'il est bon.

Commenter cet article

4evaheroesf 14/03/2013 21:53


J'ai bien aimé ce film : l'ambiance, l'image, la prestation des acteurs, la musique...


Mais je dois avouer que certaines histoires étaient plus faibles que d'autres et l'idée des acteurs jouant différents rôles était peu inspirée.