Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Mad Men. Saison 7. Episode 5. The Runaways.

18 Mai 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Mad Men

vlcsnap-2014-05-18-13h21m32s243.jpg

 

Mad Men // Saison 7. Episode 5. The Runaways.


Cet épisode brise plus ou moins tout ce que la série a tenté de construire depuis le début de la saison. Entre Don qui joue au sale gosse et désobéit aux conditions de son retour à l’agence, Don qui a un plan à trois et puis Michael Ginsberg qui se coupe un téton. Je crois que pour ce qui est de cette dernière, c’était l’une des scènes les plus surprenantes de toute l’histoire de la série. Ben Feldman était parfait dans sa folie. Ce dernier, depuis l’arrivée de l’ordinateur est en train de perdre la tête. Entre le bruit que cela fait et le fait qu’il ne puisse pas toucher un objet comme celui-ci va réussir à le faire interner. Mine de rien, c’est là que l’on peut se dire que Don a plutôt bien réussi sa vie à côté. Au fond, je pense que Ginsberg a raison quand il dit « Get out while you still can ». C’est presque comme un message d’alerte. Pour le spectateur cela a énormément de sens puisque l’on a pu voir au fil des années que l’agence a détruit pas mal de monde que cela soit Pete dans sa volonté de devenir Don, Don dans sa grande dépression, le mariage de Sterling, Peggy dans sa volonté de devenir quelqu’un qu’elle ne va jamais devenir, etc. Quand on regarde bien Mad Men, je crois que les seuls personnages qui n’ont pas été affectés c’est bien Cooper et Crane.

Et encore, je suis gentil car ils ont déjà eu eux aussi leurs moments de battement. L’agence est donc un lieu qui détruit des vies. C’est peut-être ça la réponse de la série. La semaine dernière, un lecteur m’a parlé du générique de la série comme fin potentielle de la série. Un peu comme si Matthew Weiner avait mis la fin de sa propre série sous nos yeux. Après tout, ce n’est pas bête et ce ne serait pas une mauvaise fin. C’est presque l’issue logique de la série, Don tué par son boulot qui se remémore ses heures de gloire dans le monde de la publicité. Mais l’on n’est pas encore là. En effet, Don a du boulot sur la planche. On sent que Don a repris du poil de la bête et qu’il se sent à nouveau un homme libre. Il faut dire que sa femme, Megan, lui a proposé quelque chose qu’il ne pouvait pas refuser : un plan à trois. Cela peut apparaitre comme anodin, surtout chez Don, mais ce dernier était emprisonné depuis pas mal de temps maintenant. Que sa femme lui propose un moment de liberté comme celui-ci permet clairement de donner à Don ce qu’il pouvait souhaiter. C’est une scène intelligente qui ne cherche pas à trop en faire. Cela aurait pu être racoleur mais il n’en est rien. Au contraire, c’était sensuel et plein de sens.
vlcsnap-2014-05-18-13h21m12s34Ce plan à trois définit pleinement le personnage de Don et son impossibilité de n’aimer qu’une seule personne dans sa vie. Il ne peut pas s’enfermer quelque part et c’est pourquoi il ne peut pas s’enfermer dans son bureau non plus. Don a besoin de contact avec les autres et notamment les clients. On a déjà pu voir par le passé que Don est excité par l’idée de devoir convaincre des clients et réussir à le faire. On se souvient de Chevrolet par exemple, mais aussi d’autres comme Lucky Strike. Finalement, il était donc logique que Don désobéisse aux ordres et aille au rendez-vous client de la semaine. C’était un très bon moment. Cela faisait un bout de temps que l’on n’avait pas vu Don avec la banane. A l’issue de l’épisode précédent, Don finissait plus ou moins sa crise et se mettait enfin au boulot. Cet épisode prouve qu’au fond il n’a pas finit son bout de chemin et qu’il peut être encore un atout pour l’agence. Au fond, on a ici l’impression que Don tente de se sauver mais de se sauver de quoi ? C’est la nouvelle question que pose la série finalement. Car l’on ne sait pas quel est le réel but derrière les actes du personnage.

Je me demande si Mad Men ne tente pas finalement de donner à Don le pouvoir ultime dans l’agence en évinçant Cutler et Lou. Ce ne serait pas bête, bien au contraire. Mais cela n’empêchera probablement pas cette sorte d’apocalypse que la série nous prépare pour la fin de la série. Je vois mal comment Mad Men pourrait bien se terminer de toute façon. Après « The Monolith » qui proposait déjà quelque chose d’assez plaisant en soi (l’arrivée à grand pas de la modernité, l’obsolescence de certains personnages de l’agence - Ginsberg se sentant dépassé -, …). Ginsberg nous propose donc de petit à petit plonger dans sa folie. Il y a presque quelque chose de l’ordre du thriller conspirationiste là dedans, notamment quand il regarde cette petite discussion dans la salle de l’ordinateur caché derrière un coin de table sans pouvoir entendre leurs paroles. D’ailleurs, cette scène est l’une des plus symboliques de l’épisode. L’autre scène que j’ai adoré c’est le petit cadeau que fait Ginsberg à Peggy. La pauvre, elle a vu en horreur la décadence d’un homme brillant. C’est à se demander si elle n’a pas peur de devenir elle aussi comme ça. Maintenant que Ginsberg est interné en hôpital psychiatrique, il y a une place à prendre pour Don dans l’agence et je suppose qu’il saura le remplacer à merveille.
vlcsnap-2014-05-18-12h24m31s81.jpgL’épisode se concentre aussi en partie sur Betty. Etrangement je crois que cette partie de Mad Men est en train de devenir la plus inintéressante qu’il soit. Je ne suis pas fan du destin de Betty, coincée au milieu de tout ce qui a été mis en oeuvre autour d’elle. J’aurais presque préféré qu’elle reste une femme seule mais libre et indépendante. C’était la meilleure réponse qu’elle pouvait donner à la trahison de Don. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti. Finalement, ce nouvel épisode de Mad Men nous propose pas mal de très bonnes et belles choses encore une fois, certaines étant même terrifiante. Il ne reste déjà que deux épisodes avant la fin de la première partie de la saison (et avant de retrouver la fin de la série l’année prochaine) et j’ai peur de ce que la série pourrait bien lui réserver par la suite.

Note : 8.5/10. En bref, encore du très bon Mad Men.

Commenter cet article