Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Togetherness. Saison 1. Pilot.

13 Janvier 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Togetherness

Critiques Séries : Togetherness. Saison 1. Pilot.

Togetherness // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Jay Duplass (Cyrus, Baghead) et Mark Duplass (Cyrus, Baghead) ont créé ce qui pourrait probablement être le nouveau bijou de HBO. Le pitch même de cette comédie dramatique me plaisait déjà énormément et après avoir vu le premier épisode, son ambiance Sundance-sque m’a complètement vendu. Je suis déjà conquis sans avoir été pour autant complètement séduit non plus. Cette série est à mon sens avant tout une forme de constat social où l’on peut être en couple et finalement vivre ensemble malgré un âge où l’on devrait normalement avoir son chez soi avec ses enfants, son chien, etc. Le rêve américain en somme. Mais la série cherche, par son côté ultra réaliste, à nous dire que cela pourrait être nous dans quelques années (enfin en tout cas pour moi). La façon dont tout cela est mis en scène rappelle énormément Sundance et ces films indépendants où tout le spleen d’une génération ressort intelligent et efficace. Je n’en attendais pas moins de la part de ces deux là dont j’avais déjà pu voir Cyrus (et dont je garde un agréable souvenir même si ce n’est pas du tout de la même qualité que ce premier épisode de Togetherness). Cette série s’inscrit dans une dynamique créée depuis quelques années sur HBO avec des séries légèrement indés ou en tout cas qui se veulent comme telle.

Deux couples vivant sous le même toit rencontrent des difficultés à garder leur histoire exaltante tout en poursuivant leurs rêves individuels...

Si le paysage est donc en partie embué par ce genre de série, il y a toujours de la place pour de telles comédies. Je m’étais fait la réflexion il n’y a pas si longtemps que ça en regardant Afternoon Delight de la créatrice de Transparent. Ce film aurait très probablement pu faire une brillante série sur HBO mais elle n’en a malheureusement pas eu l’occasion ou bien ne s’est pas donné les moyens de le faire. Pour en revenir à Togetherness, les histoires de chacun des personnages de la série fonctionnent en grande partie car ce sont des gens qui sont inscrits dans une certaine forme de tendresse mais avec un peu de folie sur les bords. Il y a une envie de sortir de la routine, de ces relations de couple qui n’avancent pas et qui restent statiques. On sent que Togetherness cherche en grande partie à bouger les couples et à dire que ce n’est pas parce que l’on est installé, que l’on a des enfants, que l’on ne peut pas s’amuser encore à n’importe quel âge. Après tout, je pense que c’est quelque chose qui arrive à énormément de couples qui, une fois installés en famille, ne font plus rien pour changer un peu leur quotidien et lui donner un sentiment de légèreté et de nouveauté. Tout simplement.

Quoi qu’il en soit, chacun des personnages de Togetherness a quelque chose à nous raconter et bien que Togetherness en fasse beaucoup dans ce premier épisode, au risque de nous perdre un peu les pinceaux au milieu de tous ces personnages, il y a un vrai sentiment de cohésion sociale, de groupe et de couple. Car chacun des personnages partage des choses en couple, en groupe et dans leur rapport avec la société d’aujourd’hui. Je me demande quels sont mes personnages préférés mais pour le moment j’ai beaucoup Tina (incarnée par Amanda Peet) et Michelle (incarnée par Melanie Lynsey). On retrouve par ailleurs Mark Duplass (The League) également au casting en plus d’être l’un des créateurs de la série. Il est le mari de Michelle, Brett. Cette relation est d’ailleurs l’une de celles que je préfère car elle fait une véritable proposition, tout simplement. En tout cas, quoi qu’il en soit Togetherness sait très bien ce qu’elle doit faire pour nous divertir et nous offrir quelque chose d’exaltant tout au long des 30 minutes de ce premier épisode. J’ai hâte de voir la suite, d’autant plus que les Pierson sont vraiment des gens assez amusants dans leur ensemble et qu’ils ont tous un truc qui les rend différent des autres.

Note : 8/10. En bref, un premier épisode réussi qui rappelle que HBO est une grande productrice de comédie dramatique au spleen indé.

Commenter cet article