Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Five. Saison 1. BILAN (UK).

17 Mai 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Five

Critiques Séries : The Five. Saison 1. BILAN (UK).

The Five // Saison 1. 10 épisodes.
BILAN


Harlan Coben est connu pour ses thrillers efficaces et redoutables. Il s’est alors associé à Sky Atlantic, un réseau britannique, afin de produire une toute nouvelle histoire symbole à nouveau de l’obsession du créateur pour les affaires de ce genre là. L’originalité ici est que The Five n’est pas une adaptation d’u roman d’Harlan Coben mais simplement une création de sa part pour la télévision. C’est la première fois qu’il fait une incursion à la télévision et auteur américain à succès et maître du thriller, il a su imaginer une histoire assez troublante dont la tension, croissante, souligne la grande originalité de ses personnages. Chacun des personnages est important dans un domaine particulier. Car tous les personnages n’ont pas du tout la même profession et ne sont donc pas du tout engagés dans la même aventure. The Five est donc une série noire qui sait être envoûtante à sa façon et dont l’exposé est régulièrement troué par une série de flashbacks inquiétants. Ces flashbacks sont là pour donner un peu plus de caractère aux personnages et à ce que ces derniers nous racontent. Durant la première partie de la saison, The Five s’avère être un peu plus intéressante que dans la seconde. La seconde entre dans une certaine formulation assez classique.

C’est dommage car du coup, après une première partie assez intelligente, la seconde, balloté par des péripéties en rafale finit par tourner à l’artifice. Je trouve ça vraiment dommage car le point de départ de The Five n’est pas mauvais. Au contraire, je trouve que cela change de partir d’un lot de personnages qui ne sont pas du duo de flics ou je ne sais trop quoi. Harlan Coben a donc su faire un truc un peu différent, mais qui retrouve les ficelles du genre très rapidement une fois passé les cinq premiers épisodes. C’est ballot de partir dans ce genre de trucs pour une série tout à fait respectable. Dans le fond, cela se suit plutôt bien même dans certaines de ses facilités narratives. Après révélations, coups de théâtre, troubles retournements de situation et péripéties ininterrompues, l’infernale mécanique du suspense reste huilée. C’est pour cela que le fait que le fond tombe un peu à l’eau est dommage car l’environnement et la forme restent agréables. Harlan Coben est quelqu’un de doué mais on sent qu’il ne cherche pas à faire grand chose de novateur non plus. Malgré l’idée de départ qui reste bonne, la mécanique ne change jamais. De plus, The Five reprend tout un tas de choses déjà vu précédemment.

La thématique de The Five reste éculée à mon grand damne. The Five est donc un thriller qui reste sympathique mais ce n’est pas aussi excitant que l’on ne pourrait l’espérer. On passera sur la vraisemblance, sensiblement mise à mal, pour s’attacher au rythme et aux rebondissements, nombreux. Du coup, même si The Five se suit sans aucun déplaisir, j’aurais adoré qu’il y ait un peu plus de surprises. Le genre policier est pourtant capable de produire encore des choses différentes mais Harlan Coben n’a peut-être pas maîtrisé l’outil sériel totalement. Il lui faut comprendre que sur dix épisodes il faut un peu plus. Mais cela ne veut pas pour autant dire que The Five est assumée de mauvais points. A commencer par le coupable tout désigné. La série parvient à rendre le personnage particulièrement important de par les flashbacks. Ce qui est dommage derrière c’est finalement qu’il n’y a pas suffisamment de relief. The Five est donc une série assez classique, qui manque un peu d’ambition malgré un bon point de départ que j’avais salué avec ses premiers épisodes. Au fil des épisodes, on a l’impression que l’idée s’étiole et se mélange à un ensemble de choses beaucoup moins sympathiques que l’on aurait probablement pu l’imaginer. Si jamais Harlan Coben revient à la télévision prochainement, j’espère que cela se fera avec une mécanique moins simpliste.

Note : 5/10. En bref, une ambition gâchée par une mécanique ultra classique.

Commenter cet article