Critique Ciné : Peninsula, Dernier Train pour Busan 2 (2020)

Critique Ciné : Peninsula, Dernier Train pour Busan 2 (2020)

Peninsula - Dernier train pour Busan 2 // De Sang-Ho Yeon. Avec Dong-won Gang, Do-Yoon Kim et Jung-hyun Lee.

 

Quatre ans après Dernier Train pour Busan, Sang-Ho Yeon s’est dit qu’il y avait encore une histoire à raconter. Il est rare qu’un film d’horreur parvienne à renouveler un genre usé comme celui du film de zombie. Mais en 2016 le film avait fait sensation à Cannes. Peninsula fait alors logiquement (ou pas) partie de la sélection officielle de Cannes 2020 mais l’idée de raconter l’histoire d’une épidémie qui se diffuse de façon rapide c’est finalement quelque chose de très actuel en ce moment. Grâce à une mise en scène dynamique, Dernier train pour Busan était une bonne surprise et Peninsula tente de reprendre la mécanique sans faire autant sensation malgré tout. Sauf que les personnages attachants tous pour des raisons différentes ne sont pas présents ici comme dans son précédent film et le résultat m’a un peu moins touché. Pour autant, dans sa façon de dépeindre un monde dystopique, Peninsula le fait de façon cartoonesque, parvenant finalement à être très proche de l’actualité que l’on vit qui est aussi un brin cartoonesque. 

 

Quatre ans après Dernier train pour Busan, il ne reste que des zombies dans la péninsule. Un groupe de soldats forcés d’y retourner découvrent que des survivants non contaminés se sont regroupés dans une bande bien plus dangereuse que les zombies...

 

En introduisant une dynamique de menaces totalement différentes autour d’un groupe d’anciens soldats devenus cinglés (en plus du danger des zombies qui continue de roder), Peninsula tombe alors dans ce que j’aurais envie d’appeler une sorte de série Z qui a énormément de mal à créer une menace terrifiante et anxiogène qu’était le zombie dans le premier film. Et le film ne semble pas chercher de façon différente de faire les choses non plus. Plutôt que de se concentrer sur les images et les personnages, Sang-Ho Yeon préfère alors se reposer sur des effets spéciaux (parfois douteux) et des intrigues à la mord moi le noeud (récupérer un convoi de millions de dollars). Pour autant, le divertissement est présent et je ne me suis pas ennuyé une seule seconde devant Peninsula, mais les personnages et le film sont dispensables alors qu’aucun personnage du premier film ne revient pour cette suite. De plus, le manque d’émotion se fait largement ressentir quand le film tente justement d’en créer (ce que le premier film avait réussi à faire brillamment). Peninsula est donc une suite clinique qui tombe dans les facilités du spectacle de genre sans retrouver les forces du premier film. Dommage.

 

Note : 4.5/10. En bref, si j’ai été séduit par le côté dystopie cartoonesque qui transforme Peninsula presque en parodie, il n’en reste pas moins que le film manque de personnages attachants et d’intrigues mieux ficelés que ces éléments narratifs vus et revus. 

Date de sortie : 28 octobre 2020

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article