Critique Ciné : Tralala (2021)

Critique Ciné : Tralala (2021)

Tralala // De Arnaud Larrieu et Jean-Marie Larrieu. Avec Mathieu Amalric, Josiane Balasko et Mélanie Thierry.

 

Dès le début, Tralala m’a donné l’impression de voir les débuts de Philippe Katerine alors que notre héros, Tralala, un chanteur de rue chante ce qui lui passe par la tête. Ce n’est pas étonnant que l’on pense à lui puisqu’il a écrit les musiques du film avec Etienne Daho et d’autres auteurs dont Bertrand Belin qui joue aussi dans le film. C’est en croisant la route d’une jeune femme que notre héros va partir en aventures à Lourdes. Une fois là bas il est accueilli par Josiane Balasko qui pense retrouver son fils disparu il y a vingt-ans. C’est donc un film de troubadour, fantaisiste à souhait qui s’amuse et qui finalement met de bonne humeur. Une fois terminé, Tralala donne vie de chantonner et d’errer dans la rue au gré de rencontres et autres futilités. C’est ce qui est finalement séduisant dans Tralala, cette envie de ne jamais se prendre la tête et de nous faire passer un agréable moment. Il y a par moment une sorte de regard légèrement enfantin qui est porté sur les personnages et sur le récit qui fait du bien.

 

Tralala, la quarantaine, chanteur dans les rues de Paris, croise un soir une jeune femme qui lui adresse un seul message avant de disparaitre : "Surtout ne soyez pas vous-même". Tralala a t-il rêvé ? Il quitte la capitale et finit par retrouver à Lourdes celle dont il est déjà amoureux. Elle ne se souvient plus de lui. Mais une émouvante sexagénaire croit reconnaître en Tralala son propre fils, Pat, disparu vingt ans avant aux Etats-Unis. Tralala décide d’endosser le "rôle". Il va se découvrir une nouvelle famille et trouver le génie qu’il n’a jamais eu.

 

L’humour de Tralala est absurde mais malgré quelques longueurs qui peuvent parfois être légèrement problématiques, le film est séduisant dans sa globalité tant on sort des sentiers battus. Josiane Balasko est presque ici aux antipodes de ce que l’on a pour habitude de voir de l’actrice. Elle est en retenue, jamais dans le sur-jeu. Je ne sais pas ce qu’il faut attendre d’une comédie musicale mais les frères Larrieu parviennent à apporter quelque chose de folklorique et différent à un genre que l’on pourrait croire mort ou fini par le manque de créativité de certaines. Mathieu Amalric est excellent dans son rôle de Tralala et donne envie de suivre ses pérégrinations au fil du film avec légèreté. Mélanie Thierry est elle aussi étonnante et apporte une certaine candeur au film. Au final, Tralala est une agréable surprise qui n’est pas brillante mais qui est suffisamment réjouissante pour nous faire passer un agréable moment. Cela permet aussi de porter un regard sur les artistes de rue que l’on n’a pas toujours habitude de voir en héros dans des films.

 

Note : 6/10. En bref, une petite comédie musicale enchanteresse qui donne envie de chantonner nous aussi.

Sorti le 6 octobre 2021 au cinéma - Disponible en VOD

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article