Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Need for Speed, vroum vroum

19 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

106417.jpg

 

Need for Speed // De Scott Waugh. Avec Aaron Paul, Dominic Cooper et Imogen Poots.


Need for Speed est l’un des jeux vidéo les plus joués depuis sa création. C’est presque surprenant de ne pas avoir vu fleurir d’adaptation cinématographique beaucoup plus tôt. Mais c’est le succès fulgurant de la franchise des Fast & Furious qui leur en a donné l’idée. De ce point de vue là, ce n’était pas du tout une mauvaise idée et de toute façon étant donné que je n’ai jamais joué à ce jeu vidéo, forcément je ne pouvais qu’être surpris. Il n’y a pas à être fidèle à quoi que ce soit par rapport au jeu vidéo et le film aligne toutes les choses que peut faire la saga Fast & Furious avec un peu moins de classe. Notamment car le casting de Need for Speed n’est pas aussi réussi. Aaron Paul, surprenant dans Breaking Bad, cabotine pas mal et du coup on ne peut que préférer la jeune Imogen Poots (28 semaines plus tard, Chatroom) qui était à mon humble avis bien plus intéressante que les autres sous les traits de Julia, la copilote de notre héros. Je ne vais pas dire que j’ai détesté ce film non plus dans le sens où malgré le fait que cela tire pas mal en longueur, l’ensemble était suffisamment distrayant pour ne pas me laisser totalement sur le carreau.

Tobey Marshall et Dino Brewster partagent la passion des bolides et des courses, mais pas de la même façon… Parce qu’il a fait confiance à Dino, Tobey s’est retrouvé derrière les barreaux. Lorsqu’il sort enfin, il ne rêve que de vengeance. La course des courses, la De Leon – légendaire épreuve automobile clandestine – va lui en donner l’occasion. Mais pour courir, Tobey va devoir échapper aux flics qui lui collent aux roues, tout en évitant le chasseur de primes que Dino a lancé à ses trousses. Pas question de freiner…

Disons que Need for Speed semble assumer son côté série B. Il y a donc de la surenchère, un scénario légèrement pipé et des personnages pas toujours très développés. C’est tout ce qu’il faut pour une bonne petite série B sans grande prétention. George Gatins, le scénariste du film (qui signe ici son tout premier métrage) nous offre donc pas mal de poncifs du genre sans pour autant truffer son film de trop de dérivés. On peut regretter que l’introduction soit aussi lourde passant de scènes en scènes et d’ellipses en ellipses sans réellement chercher à donner envie au spectateur. Un démarrage diesel donc pour un film qui aurait pu s’inspirer un peu plus de ses référents, les bons gars de Fast & Furious. Une fois que tout est amorcé, Need for Speed commence à réellement démarrer et c’est à ce moment là que le spectacle commence. Entre courses de voitures et bons sentiments le film oscille sans toujours trouver le bon équilibre. Scott Waugh (le réalisateur de Act of Valor) engourdi un peu son film par moment, notamment quand il commence à plus ou moins poser la caméra pour laisser ses personnages nous émouvoir.

Les émotions ne parviennent pas à passer (et ce n’est pas faute de tenter). Pour ce qui est des scènes de course poursuite, celles-ci sont plutôt bien mises en scènes oscillant même avec quelques plans faits à partir d’une Go Pro, dans le but de nous immerger un peu plus dans ces cascades et carambolages de ferraille. Les courses poursuites sont de toute façon ce que le spectateur est venu chercher et il ne peut être que satisfait étant donné que l’on nous en offre tout au long du film. Need for Speed n’a pas les qualités de la renaissance de Fast & Furious mais plutôt de ce que cette franchise a pu faire de plus clipé et clinquant (le 3e volet par exemple). Finalement, la grosse déception c’est la 3D. Je ne demande pourquoi il n’était pas proposé en 2D dans mon cinéma. C’était une vraie déception et en plus si c’est pour faire uniquement une poubelle être envoyée dans la tête du spectateur (ironique non pour un film de ce genre là), j’aurais préféré passer mon chemin là dessus.

Note : 5/10. En bref, sans être totalement raté, cette adaptation ravira les adeptes de films de voiture qui se tirent la bourre. Au fond il n’y a rien de plus là dedans.

Commenter cet article