Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Sinister, belle ambiance pour déjà vu...

2 Décembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20267340.jpg

 

Sinister // De Scott Derrickson. Avec Ethan Hawke, Juliet Rylance et Fred Thompson.


La promotion de Sinister a été chaotique en France alors qu'il fût déprogrammé de nombreuses salles pour des problèmes de spectateurs. Mais là n'étant pas le sujet, j'étais assez content de découvrir enfin un nouveau film d'horreur mais malheureusement celui ci s'est avéré être assez décevant. Disons que tout débute comme un bon film racontant les aventures d'un écrivain en toute apparence très sympathique qui m'a tout de suite fait pensé à Johnny Depp dans Fenêtre Secrète. Et puis tout d'un coup des phénomènes inexpliqués vont commencer à faire leur apparition. Malheureusement, on ne peut pas dire que Sinister est totalement réussi de ce point de vue là. En effet, je suis déçu car le virage que prend Sinister dans sa seconde partie était assez navrant. C'est confus, on s'ennui et les surprises viennent à manquer. Le réalisateur du très sympathique remake de Le Jour où la Terre s'Arrêta avec Keanu Reeves déçoit cette fois dans un registre horrifique auquel il aurait pourtant pu apporter quelque chose.

Ellison est un auteur de romans policiers inspirés de faits réels. Dans l’espoir d’écrire un nouveau livre à succès, il emménage avec sa famille dans une maison où les anciens propriétaires ont été retrouvés inexplicablement pendus. Ellison y découvre dans le grenier des bobines 8mm contenant les images de meurtres d’autres familles. Qui a filmé ces tueries et pour quelle raison ? Ellison va tenter de répondre à ces questions tandis que le tueur présumé, une entité surnaturelle présente sur les films, menace de plus en plus sa famille.

D'autant plus que Scott Derrickson avait déjà accouché de deux films d'horreurs avant celui ci : le correct L'exorcisme d'Emily Rose et le très subjectif Hellraiser 5. Il avait donc déjà de la bouteille. Mais cela ne lui a pas empêcher de faire les mêmes erreurs que par le passé. Mais parlons aussi de réjouissance. Le début du film m'a beaucoup plu. Ethan Hawke en écrivain un peu fou dans sa tête qui n'a pas peur d'aller au delà des lignes m'a surpris. L'acteur incarne ici un rôle qui lui va comme un gant. J'ai aussi apprécié la petite apparition de Vincent d'Onofrio dans le rôle d'un professeur qui va lui donner quelques informations nécessaires à l'avancer de ses recherches sur cette famille assassinée. Mais Sinister engage rapidement une sous couche très confuse qui va rapidement prendre le déçu dans la seconde partie du film, bien moins passionnante. J'ai eu l'impression que Derrickson bâclait son film tout d'un coup, comme s'il avait pris trop de temps à l'exposition et qu'il fallait finir ça vite fait bien fait.

On peut cependant saluer donc la prestation d'Ethan Hawke, un vrai sans faute. Mais aussi la bande originale que j'ai trouvé sublime. Je ne m'attendais pas du tout à trouver un mélange aussi réussi. C'est d'ailleurs part sa bande son que Sinister m'a beaucoup rappelé American Horror Story (Sinister aurait très bien pu être la thématique d'une saison de la série de Ryan Murphy et Brad Falchuk). Ce n'est pas une critique, bien au contraire c'est un compliment. Derrickson maitrise assez bien son ambiance et la sobriété de son récit mais ce n'est pas suffisant. Cette impression de déjà vu rode encore et encore. C'est comme si Sinister était un mélange de films et d'autres que l'on a déjà vu ces dernières années. Outre Fenêtre Secrète je pourrais citer le très correct Insidious aussi qui a pas mal inspiré cette épouvante. Reste donc quelques réjouissances mais cela n'empêche pas Sinister d'être décevant. Regrettable.

Note : 4.5/10. En bref, malgré de la bonne volonté Sinister peine à convaincre. Après une première partie des plus réussie, le film sombre dans le cliché, le déjà vu et le très confus. Ressort alors quelque chose de très moyen malgré la prestation sans faute d'Ethan Hawke.

Commenter cet article