Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fargo. Saison 1. Episode 2. The Rooster Prince.

23 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Fargo

vlcsnap-2014-04-23-14h50m45s146.jpg

 

Fargo // Saison 1. Episode 2. The Rooster Prince.


Après un pilote particulièrement bien mené, j’avais hâte de voir ce que Fargo avait en réserve pour nous. Car c’est une chose de faire un pilote depuis un film mais d’en faire dix épisodes c’est tout autre chose. Du coup, j’ai été plutôt content de voir que ce second épisode tenait très bien la route et prouve à quel point cette série est peut-être l’une des plus belles surprises de cette année 2014. Si l’an dernier la surprise venait de Bates Motel (là aussi adapté d’un film puisqu’il s’agit d’un prequel au Psychose d’Alfred Hitchcock), Fargo est aussi adapté d’un film (celui du même nom des frères Coen). Dans le premier épisode nous assistions à l’introduction de Lorne Malvo, cet escroc malicieux et particulièrement perfide. Billy Boy Thornton a su s’approprier le rôle avec beaucoup de charme et de dextérité. Cela donne donc quelque chose d’assez singulier à l’écran, voire même de particulièrement cinglant par moment. Etant donné que Fargo joue aussi beaucoup avec l’humour noir des comédies de mafieux, le personnage est clairement présenté comme un méchant capable de nous faire rire à tout moment. Que cela soit en nous refilant une petite blague pourrie afin de faire rire un ado légèrement atteint ou encore pour s’amuser à faire face aux gens alors qu’il est en train de démouler un cake dans les toilettes la porte ouverte (« That is discusting »).

Il y a tout un tas de petites scènes de ce genre là parsemées tout au long de l’épisode et qui permettent de s’amuser. Car le but de Fargo n’est clairement pas de nous ennuyer ou bien de nous plonger dans une ambiance dramatique plombante. Au contraire, on a envie de sourire et de rire devant cette série (alors qu’il y a des scènes sacrément peu drôles). On retrouve donc énormément de l’humour des frères Coen et accessoirement de ces films de mafieux avec un angle amusant. Je retrouve notamment ce que j’ai pu voir chez Lilyhammer (Netflix) par exemple. Il y a une scène qui est très raccord avec cette ambiance c’est celle du trou percé dans la glace afin de jeter un corps (encore en vie) pour le noyer. C’était un moment horrible et pourtant Fargo parvient à le rendre terriblement cocasse. C’est dingue. Certains voient surement chez Fargo une sorte d’imitation des frères Coen ou encore du travail qu’ils ont pu faire avec leur film sauf que personnellement je vois beaucoup plus que ça. Certes il y a l’inspiration mais derrière cette inspiration se cache aussi l’envie à la fois de faire sa propre sauce mais aussi de faire évoluer la dynamique et de créer une toute nouvelle dimension à une histoire pourtant déjà racontée.
vlcsnap-2014-04-23-14h57m01s69.jpgBien entendu, Malvo n’est pas le seul personnage de la série (et heureusement). Pendant ce temps Lester doit continuer de faire profil bas et tenter de noyer le poisson du point de vue de l’enquête sur la mort du shérif et de sa femme. Car c’est tout de même assez étrange comment tout cela s’est déroulé. Mais Fargo s’amuse une fois de plus à faire peur à Lester. On sent tout de suite que ce dernier n’est pas à l’aise et que ce meurtre qu’il a commis (celui de sa femme) le hante nuit et jour. Martin Freeman est absolument fabuleux dans ce rôle là. Je ne pense pas qu’un autre acteur aurait pu être aussi bon que lui. Le face à face avec la police au début de l’épisode était tendu (notamment quand la série s’attarde sur les tics gestuels de Lester). Bill Oswalt et Molly Solverson forment un duo de flic assez improbable tout de même mais c’est aussi ce qui rend le truc assez distrayant. J’aime bien le fait que Molly se doute que Lester en sait plus qu’il ne veut bien le dire. C’est tout de même rondement bien fait et l’on s’amuse donc de façon assez efficace. Le petit face à face sur le parking entre Molly et Lester cherche à mettre ce dernier encore plus dans l’embarras. Il ne sait pas comment se dépatouiller de cette affaire et devient alors l’homme le plus stressé du monde.

La mise en scène est encore une fois irréprochable. Elle met très justement en lumière tout ce qu’il faut dans cette série. Notamment Gus. J’aime bien ce dernier incarné par Colin Hanks. L’acteur n’est pas celui que je préfère (il était tout de même très mauvais dans Dexter par exemple) mais ici il colle plutôt bien à l’univers de Fargo alors je ne vais pas bouder mon plaisir. De toute façon Fargo c’est l’histoire d’une petite ville du fin fond des Etats-Unis où tout semble marcher droit et tout d’un coup, cela commence à se désintégrer. C’est mené avec une main de fer par des scénaristes qui savent où ils vont et ce qu’ils veulent faire.

Note : 8/10. En bref, un solide second épisode donnant envie de voir plus de Fargo.

Commenter cet article