Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Reclaim, prenez ce qui vous appartient

19 Septembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Reclaim, prenez ce qui vous appartient

Reclaim // De Alan White. Avec Josh Cusack, Ryan Philippe et Rachelle LeFevre.


En s’inspirant d’un fait qui existe (malheureusement) dans le monde, Reclaim tente de nous offrir un petit thriller aux oignons sans trop de prétentions si ce n’est celle de nous divertir. Cela change aussi un peu de ces films de vacances qui tournent mal que l’on a déjà pu voir par dizaines au cinéma et directement en DVD. Reclaim n’est donc pas forcément très exigeant avec la qualité mais le divertissement reste malgré tout efficace. Le film ne perd pas de temps pour installer son histoire et ses personnages, tout est prévisible là dedans mais peu importe puisque le téléspectateur passe un bon moment. C’est vrai, après tout avec un casting de seconde zone comme celui-ci, on ne pouvait pas non plus trop en demander et je préfère un petit thriller qui s’assume prévisible et sans prétention qu’une grosse machine qui ne va faire que nous décevoir avec un gros casting en guise de cerise sur le gâteau. J’y suis donc allé sans grande conviction mais également sans préjugés. J’ai toujours eu un faible (et je ne l’ai jamais caché) pour ces petits films que l’on ne verra jamais au cinéma et uniquement dans les rayons DVD des magasins.

Un couple d'américains désespéré découvre que rien n’est comme il paraît quand ils se rendent compte que l’adoption qu’ils ont voulu faire était en fait une véritable escroquerie. Avant de pouvoir rentrer aux Etats-Unis et pour pouvoir exposer la vérité, ils doivent risquer leur vie pour sauver leur fille.

L’histoire de base de Reclaim était donc assez originale par rapport à ce que l’on a l’habitude de voir. Petit à petit les pierres sont posées dans ce petit thriller et au fond ils cochent les cases unes à unes sans vraiment chercher à faire des trucs un peu moins prévisibles. Si l’on voit venir la plupart des faits des kilomètres à l’avance, ce n’est pas grave car le rythme est soutenu par un casting plutôt solide. A commencer par John Cusack (2012) recyclé depuis quelques années dans les Direct to DVD, certainement pour lui permettre de payer ses impôts. Mais il n’y a rien de honteux, il joue l’homme vaniteux à merveilleux surtout que l’on a l’impression que ce genre de rôle lui colle à la peau. C’était donc parfait pour lui. A côté on retrouve Ryan Phillippe (Secrets & Lies (US), Damages), acteur aujourd’hui oublié du début des années 2000 mais qui a pourtant toujours la côte. Peu importe, de toute façon ici il a le rôle de gentil et cela colle plutôt bien avec sa petite tête qui tout d’inoffensive. On ne pourrait pas le voir à la place de John Cusack, c’est certain. Et enfin, il y a Rachelle LeFevre (Under the Dome) qui est avant tout là pour parler français.

Car oui, dans ce film la petite fille adoptée est haïtienne et à Haïti on parle français. Le scénario de Luke Davies et Carmine Gaeta manque peut-être de certains trucs pour rentre le tout un peu plus étoffé (notamment de nous en raconter un peu plus sur l’organisation en elle-même) mais ce n’est pas bien grave, on n’est pas venu chercher ça ici. C’est alors que la mise en scène d’Alan White (Broken, Risk) tente de dépayser avant tout. Les grandes étendues à perte de vue, la jungle et ses ruines, les appartements somptueux, etc. Tout est fait pour que l’on ait l’impression de vivre dans une sorte d’autre monde et cela fonctionne même plutôt bien. Ainsi, Reclaim n’est pas parfait mais il est justement parfait quand on ne cherche pas à aller au cinéma ou que l’on a simplement envie de débrancher son cerveau et d’être tenus en haleine par un petit thriller sans grande prétention. C’est rare de retrouver des films aussi sympathiques dans les Direct to DVD souvent réservés aux films d’action de seconde zone faits avec très peu de moyens et racontant toujours la même histoire.

Note : 5.5/10. En bref, divertissement plutôt honorable et sans prétention.

Date de sortie : Directement en DVD

Commenter cet article