Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Exists, le retour de Big Foot

31 Octobre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Exists, le retour de Big Foot

Exists // De Eduardo Sanchez. Avec Dora Madison Burge, Denise Williamson et Samuel Davis.


Eduardo Sanchez, réalisateur du Projet Blair Witch est donc à l’origine du found-footage dans le monde de l’horreur qui est devenu à la mode avec le succès de Paranormal Activity ces dernières années. Si aujourd’hui le genre est légèrement épuisé, Eduardo Sanchez s’est dit qu’il serait peut-être bon de montrer qui est le maître de ce genre et pourquoi il ne pouvait revenir au cinéma qu’avec un projet de cette envergure. J’aime à penser que ce réalisateur aurait très bien pu être un lanceur d’une toute nouvelle tendance mais ce retour aux sources n’est pas forcément mauvais non plus. Globalement le film installe rapidement un vrai climat, une tension omniprésente qui laisse à supposer que la créature que l’on cherche à débusquer va faire son apparition à un moment donné et nous donner notre dose de peur. Sauf que le film fonctionne sur des us assez classiques et globalement, Sanchez ne cherche donc pas forcément à reprendre le trône qu’on a pu lui piquer au fil des années. Au fond, j’aurais bien aimé que la légende de Big Foot soit bien mieux exploiter que ça. Cela aurait très bien pu donner un film plus sauvage et différent, surtout que la shaky cam ne permet pas vraiment de changer des autres films de Big Foot que l’on a déjà pu voir par le passé.

Un found-footage sur les traces d'une mystérieuse créature des bois...

Big Foot est une légende comme une autre que le cinéma tente d’exploiter à tire larigot, de façon légèrement différentes. Cela peut parfois être inspiré et parfois pas du tout. Pour ce qui est de Exists je suis tout de même partagé car le film parvient tout de même à être bon à certains moments alors qu’il est tout simplement décevant à d’autres, notamment la fin qui enchaîne tout ce qu’il ne fallait pas faire. Le Projet Blair Witch avait réussi à être excellent car il n’y avait pas vraiment de réponse ou de présence mystique. Tout était suggéré et le spectateur devait alors deviner ce qui se passait réellement. Eduardo Sanchez ne parvient tout simplement pas à reproduire ça dans son tout nouveau film. Ce qui m’embête donc c’est qu’il n’ait pas exploité tout le potentiel que son film pouvait réellement avoir. Avec les us et les coutumes du genre il tente alors de se reposer sur ses lauriers, simplement en pensant que dire qu’il a été le premier à faire ça dans le monde de l’horreur et qu’il en a créé un film culte alors que ce n’est pas du tout le cas. Bien au contraire, il aurait très probablement dû se rapprocher un peu plus de son premier film, celui qui a fait son succès en nous laissait imaginer la bête sans jamais vraiment nous la montrer.

C’est pour ça que le film est très bon à certains moments quand il suggère la peur et que la peur vient instantanément à nous. Une fois que l’on a vu la créature, celle-ci devient ridicule et le spectateur est malheureusement lésé. C’est Jamie Nash (V/H/S 2, Altered, Seventh Moon) qui s’est occupé du scénario, peut-être que Eduardo Sanchez aurait dû s’en occuper lui même afin de donner un peu plus de pep’s à l’histoire et nous donner l’impression que tout cela vient réellement de lui. Je me demande si au fond ce n’est pas une idée de ses producteurs que de lui demander de faire un film comme au bon vieux temps alors que depuis on le connait out de même un peu plus pour Altered, Seventh Moon et puis pour les épisodes qu’il a mis en scène d’Intruders. Moi qui m’attendais à quelque chose de vraiment surprenant, des attentes créées par le fait que le film m’a été plus ou moins survendu, je suis déçu du résultat. A l’avenir, je ferais un peu plus attention avec les gens qui se disent maître de l’horreur et qui finalement ne sont pas à l’origine de grand chose si ce n’est un ou deux bons films dont un film culte.

Note : 4.5/10. En bref, si la première partie est assez réussite, la seconde est navrante. Dommage.

Commenter cet article