Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Predestination, retour vers le futur

24 Novembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Predestination, retour vers le futur

Predestination // De Michael Spierig (et Peter Spierig). Avec Ethan Hawke et Noah Taylor.


Après l’excellent Daybreakers (2009), les frères Spierig sont enfin de retour. Cette fois-ci ce n’est pas pour nous parler d’invasion de vampires mais de voyage dans le temps. C’est avec un film assez malin dans son ensemble et même assez intelligent que l’on nous fait une proposition de cinéma une fois de plus assez réussie. Je ne m’attendais pas du tout à apprécier autant ce film, surtout que j’avais oublié qui étaient les frères Spierig. Mais ce n’est pas bien grave car j’ai eu l’impression de découvrir leur cinéma qui a invité pour la deuxième fois consécutive Ethan Hawke a faire partie de l’aventure. Basé sur l’histoire de Robert A. Heinlein, « All You Zombies », Predestination ne manque pas d’ambition. La première partie du film est une longue exposition qui nous permet de comprendre l’histoire et vers où le film veut réellement nous emmener dans la seconde partie. J’ai trouvé ça assez efficace, surtout que cela permet de nous attacher à The Bartender et Mr. Robertson ou encore The Unmarried Mother. Ce sont toutes les petites histoires que l’on nous conte dans la première partie du film qui forgent la seconde partie qui prend un sens totalement différent dès que notre Barman annonce qu’il peut aider son client à remonter le temps.

Pour sa dernière mission d’Agent Temporel, ce voyageur dans le temps doit capturer le seul criminel qui lui a toujours échappé.

Le seul truc que je regrette avec la conclusion de Predestination c’est qu’elle est terriblement prévisible. Je crois que c’est la seule chose qui m’ait déçu dans ce film mais c’est un gros problème car justement, tout ce qui se passe et les divers twists qui arrivent au fil du film, on les voit plus ou moins venir assez rapidement et facilement. Du coup, le scénario a beau avoir une belle et bonne structure, les surprises ne sont pas suffisamment bien gardée. Il faut dire qu’il n’y a pas suffisamment de personnages ou de choses pour nous emmener de sur de fautes pistes. Ethan Hawke, bien trous sous estimé par le monde du cinéma, prouve une fois de plus ici qu’il est fait pour des rôles d’envergures. Dans ce film de science fiction, il nous prouve qu’il est quelqu’un sur qui l’on peut compter. Sa prestation est sans faille. Je me demande bien comment les producteurs font pour ne pas lui offrir des rôles plus importants dans de belles productions (même si le film des frères Spierig n’a rien de honteux, bien au contraire). A côté, Noah Taylor (Peaky Blinders, Game of Thrones) et puis la brillante Sarah Snook qui délivre tout au long du film une prestation émouvante.

C’est un film qui cherche à être plus intelligent qu’ancré dans l’action ce qui change légèrement de Daybreakers qui était certes intelligent mais qui était surtout très rythmé. Ici, le but est de nous faire réfléchir, d’aller chercher l’histoire au fond des personnages et de comprendre ce qui les anime. C’est un pari ambitieux mais il fonctionne si bien que l’on ne peut même pas en vouloir aux frères Spierig d’avoir fait un film à la film presque téléphonée et donc prévisible. Généralement, c’est le genre de films duquel on a envie de sortir assez rapidement et puis au bout d’une heure et demie on se demande comment cela se fait qu’il est déjà terminé. Certes on a eu la conclusion de l’histoire mais l’on a été tellement happés par l’histoire que l’on a envie d’en voir encore plus. Il y a tellement de concepts, de lectures différentes qu’au fond je suis persuadé que Predestination a beaucoup plus à nous raconter qu’il n’y apparaît au premier abord. C’est une adaptation ambitieuse d’une belle et bonne histoire. Qu’on donne aux frères Spierig l’occasion de faire des films beaucoup plus souvent car ce qui est certain c’est que je serais au rendez-vous pour le prochain et je n’aurais pas oublié leur nom.

Note : 8/10. En bref, un film ambitieux qui, malgré son côté prévisible, réussi jusqu’au bout à nous passionner.

Date de sortie : 1er décembre 2014 - Directement en DVD

Commenter cet article