Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Transporter - The Series. Saison 2. Episodes 3 et 4.

21 Décembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Transporter The Series

Critiques Séries : The Transporter - The Series. Saison 2. Episodes 3 et 4.

The Transporter : The Series - Le Transporteur, la série // Saison 2. Episodes 3 et 4. Sex, Lies and Videotape / Boom.


Dans cette saison 2 on aime bien les pays de l’Est. Ce n’est pas bête au fond car c’est dans ce genre de pays que l’on peut avoir des affaires de sexe, de prostitution, de trafic humain, ou même des trucs un peu comme Hostel (si l’on a un peu d’imagination et que l’on croit les légendes urbaines). Avec « Sex, Lies and Videotape » (2.07 dans l’ordre de production), The Transporter : The Series nous transporte en République Tchèque où Frank est engagé afin de récupérer un paquet, une robe qui contient des preuves ADN qui pourrait bien être mortelles. En tout cas, la série s’amuse avec cette intrigue pour nous offrir un cas de la semaine assez amusant et divertissant. Francesca Gardiner (El Macho, Abuelas), habituée à ses court-métrages prouve ici qu’elle peut faire des choses complètement différente et surtout nous plonger dans un milieu avec de l’action. Mais elle a tout de même travaillé sur Hunted, la précédente série de Frank Spotnitz qui aurait bien méritée une seconde saison mais qui n’a malheureusement pas eu la chance d’en avoir. Quoi qu’il en soit, The Transporter : The Series se permet de nous plonger dans de tels pays probablement aussi pour des raisons de moyens. C’est plus facile de produire des séries dans de tels pays, les coûts étant forcément moindre.

Quoi qu’il en soit, on a de la scène d’action à tire larigot ce qui permet de nous offrir des faces à faces musclés (toujours en rapport avec une voiture car Frank quand il n’est pas au volant, il fracasse la tête des gens contre des pare-brises) ou encore une course poursuite finale assez sympathique mais beaucoup trop courte (ce qui ne permet malheureusement pas de passer un aussi bon moment que l’on aurait pu l’apprécier). La fin est probablement ce qu’il y a de plus décevant dans cet épisode. On a l’impression que tout d’un coup la série est en train de nous plonger dans quelque chose de pompeux à souhait où les bons sentiments font rage. Sauf que ce n’est pas ce que j’ai envie de voir, j’aurais préféré une fin tout aussi basique mais faites sans la longue scène musicale de la fin. La musique accentue d’ailleurs le ridicule alors que quelque chose d’un peu plus brut aurait probablement aidé l’épisode à s’achever sur une bonne note. Frank Spotnitz n’a pas changé grands chose dans la série, surtout que ces deux épisodes prouvent en grande partie que The Transporter : The Series peut être diffusée dans le désordre sans problème, cela ne changera rien à la compréhension. Le fil rouge étant invisible car complètement absent.

Moi qui pensait que son arrivée allait transformer The Transporter : The Series, je me suis tout de même bien trompé. Au casting en guest on a alors des têtes connues comme Tom McKay (The White Queen) qui prouve que la série engage aux quatre coins de l’Europe. Mais c’est un épisode sympathique qui reste très simple, qui ne change pas vraiment la dynamique de la série. J’ai donc préféré « Boom » (2.02 dans l’ordre de production). Frank et Cat se rendent dans le désert du Sahara afin de livrer une manette mais ils vont se retrouver à rester la nuit contrairement à ce qu’ils avaient prévu. Ce que j’aime bien dans cet épisode et qui change un peu du précédent c’est le fait que l’on est plus ou moins en huis clos dans le désert. Il y a donc moins de décors différents et plus de possibilités pour nous amuser. Sans compter que le désert est un décor original qui change des buildings et de l’asphalte. La réussite de cet épisode vient probablement en grande partie du scénario de Frank Spotnitz puisque c’est le premier épisode de cette seconde saison qu’il a écrit lui-même. Il s’est alors associé à Eric Valette afin que ce dernier le mette en scène dans les meilleures conditions.

Petit à petit l’enquête nous emmène dans ses retranchements et les révélations se font connaître. Si cela reste un épisode assez simple dans sa construction, c’est un épisode qui sait jouer de ses mystères. Les mystères sont eux aussi très simplistes mais c’est ce qui rend le jeu encore plus intéressant car l’on ne sait pas forcément dans quelle direction l’épisode va et comment cela peut bien se terminer. Cat de son côté prend une place réellement importante même si ce n’est pas ce qui me plaît le plus. En effet, je préfère largement quand The Transporter : The Series se concentre sur le personnage de Frank. Ce dernier est tout de même bien plus amusant alors que Cat est surtout là pour jouer le rôle du fil rouge presque romantique. Finalement, avec ces deux épisodes la série parvient à nous offrir des choses bien plus intéressantes que les deux premiers épisodes que j’ai pu voir de la saison. Fait amusant, au casting nous avons Charles Fathy qui incarnera dans la saison 4 de Hollywood Girls (NRJ12) le personnage de Barry Stevens. Affaire à suivre…

Note : 5/10 et 6/10. En bref, un peu plus amusant d’un côté et intriguant et efficace de l’autre. The Transporter : The Series est peut-être sur la bonne voie.

Commenter cet article

Denise Gilson 10/02/2015 17:58

Frank Spotnitz a tout changé dans la saison 2 du "Transporteur" et malheureusement pas pour le mieux. On dirait même que les auteurs n'ont ni vu ni su ce qui se passait dans la 1ère saison. Par exemple, l'apparation soudaine d'un grand amour de Frank, qu'il retrouve après 3 ans, est complètement incroyable et ridicule quand on a suivi la première saison. En plus, Chris Vance qui a toujours été charmant et plein d'humour a totalement changé dans la saison 2. L'idée originale du "Transporteur" n'a pas été respectée. Dommage!

delromainzika 13/02/2015 11:36

Je pense aussi qu'ils se sont retrouvé avec Luc Besson sur le dos qui il me semble a détesté