Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Viktor, passeport pour la Russie

27 Janvier 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Viktor, passeport pour la Russie

Viktor // De Philippe Martinez. Avec Gérard Depardieu, Elizabeth Hurley et Evgeniya Akhremenko.


Depuis son arrivée sur le sol russe, Gérard Depardieu n’a pas chaumé. Il a notamment tourné pour Philippe Martinez (Locked) dans son film noir moscovite sobrement baptisé Viktor. Sincèrement, en lançant ce film je m’attendais à un navet, à un film tout ce qu’il y a de long et ennuyeux. La surprise fût finalement de découvrir un film pas si mauvais que ça, voire même intéressant et intelligent. Gérard Depardieu a toujours été bon dans le registre des films noirs et des polars. Il impose encore une fois ici sa présence et son charisme comme quelque chose de naturel. Le personnage de Victor Lambert qu’il incarne dans ce film est à la mesure de ce qui lui colle à la peau. Mais ce qu’il y a de merveilleux c’est que finalement, dès le départ on sent que le film a des choses à raconter et que ce n’est pas une coquille vide. Les bases de cette histoire sont très simplistes mais Philippe Martinez nous trimbale de lieux en lieux, entre la richesse des pays de l’Est et la Russie. Si Gérard Depardieu en fait parfois un peu trop (le coup des lunettes de soleil et de la tombe par exemple), cela ne dessert jamais un personnage qui est too much par nature.

L'histoire de Victor Lambert qui revient à Moscou après avoir passé 7 ans de prison en France. En Russie, cet ancien voleur d'oeuvres d'art va chercher à élucider le meurtre de son fils avec l'aide de sa compagne, Alexandra Ivanov et son ancien complice, un chorégraphe tchétchène, Souliman.

Ce que je regrette probablement avec Viktor c’est qu’il ne soit pas doté d’un peu plus de second degré mais à quoi bon avoir besoin de second degré quand on a Gérard Depardieu, rongé par tous les vices, en guise d’homme capable de tout et surtout du pire. Nous allons par la suite apprendre à connaître les personnages secondaires et notamment Alexandra incarnée par Elizabeth Hurley (Gossip Girl) qui doit probablement avoir des problèmes d’argent pour se retrouver dans une aussi petite production. Mais encore une fois ce n’est pas une critique étant donné qu’elle trouve le bon ton pour un personnage qui doit se frayer une place aux côtés de Victor alors que ce dernier sait très bien s’imposer. Viktor a beau nous offrir quelques clichés russes, globalement le film échappe à tout un tas de choses qui auraient pu rapidement devenir gênant à la longue. Je sais que le plaisir que j’ai pu prendre devant Viktor ne sera pas partagé par beaucoup mais je ne m’attendais pas du tout à passer un bon moment. Dès que Gérard Depardieu commence à jouer au méchant, torturant ses victimes avec un certain aplomb, il démontre encore une fois qu’il n’a peur de rien et qu’il sait comment manier un scénario parfois un peu faiblard.

Car oui, il faut bien avouer que parfois Viktor est un peu simpliste ou a quelques trous fâcheux dans son histoire. Philippe Martinez semble plutôt bien maîtriser sa mise en scène à la fois sombre et feutrée. On retrouve un peu ce que Eric Rochant avant pu faire dans son Möbius (2013, avec Jean Dujardin) par exemple. Son scénario a beau avoir ses faiblesses, tout ce qu’il y a autour, de la mise en scène au casting, fait son effet. Bien entendu que Viktor semble aussi parfois être une sorte de carte postale (pas forcément joyeuse) de la Russie, profitant de la nouvelle situation résidentielle de notre acteur national pour changer un peu le décor de ses films. La Russie est un pays suffisamment riche en histoires pour nous en donner des diverses et des bonnes. Viktor semble s’inscrire dans une nouvelle carrière pour Gérard Depardieu que j’ai envie de soutenir. Car il y a quelque chose à gratter là dedans, tout simplement et que malgré son physique imposant, l’acteur est en pleine forme. Du début à la fin du film il reste actif. L’acteur a quelques projets à venir en Russie et notamment Sport Bez Granits (de Alexander Lomakin et Otto Retzer) qui n’en est pour le moment qu’un stade de projet.

Note : 5/10. En bref, un film noir qui tient en grande partie grâce à la prestation de Gérard Depardieu. Le reste, très classique du genre, fonctionne correctement.

Date de sortie : Directement en DVD

Commenter cet article