Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Toute Première Fois, l'autre coming out

3 Février 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Toute Première Fois, l'autre coming out

Toute Première Fois // De Noémie Saglio et Maxime Govare. Avec Pio Marmai, Franck Gastambide et Camille Cottin.


Grand Prix OCS et Prix d’interprétation pour Pio Marmai lors du dernier festival de comédie de l’Alpe d’Huez, Toute Première Fois partait donc déjà du bon pied pour moi. Pourtant, j’ai quelques réticences avec ce genre d’histoires où le gentil garçon tombe amoureux et laisse celui avec qui il devait se marier, pour aller voir une autre. Cela ne veut pas dire que c’est une mauvaise idée mais disons que cela ne me rassure jamais au départ. Qu’on se le dise, le succès de cette comédie tient surtout dans l’interprétation de ses comédiens et notamment de Pio Marmai qui se fait de plus en plus présent ces dernières temps et ce n’est pas pour me déplaire. Cet acteur dégage quelque chose à l’écran que l’on retrouve encore une fois pour sa première fois. Enfin, pour la première fois de Jérémie, le personnage qu’il incarne dans Toute Première Fois. C’est une idée assez intéressante que de prendre l’histoire du coming out à l’envers car je n’ai pas souvenir de l’avoir déjà vu ailleurs. C’est vrai, pourquoi si cela arrive dans un sens, cela ne pourrait pas arriver dans l’autre sens ? Je n’attendais pas grand chose de ce film si ce n’est pas l’envie d’être surpris et c’est arrivé.

Jérémie, 34 ans, émerge dans un appartement inconnu aux côtés d’Adna, une ravissante suédoise aussi drôle qu’attachante. Le début dʼun conte de fées ? Rien nʼest moins sûr car Jérémie est sur le point de se marier… avec Antoine.

L’avantage de Toute Première Fois est justement de faire tout dans la délicatesse et de ne jamais vouloir ni tomber dans la comédie lourdingue ni dans la comédie dramatique pleine de bons sentiments indigestes. Non, cette histoire s’appuie dans un premier temps que quelque chose d’actuel : le mariage gay et pose aussi une autre question actuelle : celle de l’identité. Tout le monde se pose des questions à un moment dans sa vie s’il est attiré par les filles ou par les garçons. Ce n’est pas toujours facile que de le savoir mais le charme de Toute Première Fois c’est justement de ne pas transformer Jérémie en hétéro. Après tout il a fait son coming out à 15 ans, pensant avoir raison sur sa sexualité, et il est tombé amoureux. On ne cherche pas à nous dire qu’il est devenu hétéro, juste qu’il est tombé amoureux. C’est beau car le film ne tombe pas dans les clichés et se moque même de certaines idées reçues (notamment tout ce que l’on peut trouver sur la bisexualité sur Internet et son inexistence pour beaucoup). Il y a de l’humour, parfois incisif, parfois plus cocasse (notamment grâce à Franck Gastambide - Les Gazelles - qui semble être abonné aux rôles de ce genre là et qui s’en sort très bien).

Mon seul regret est peut-être que Camille Cottin (Connasse) soit aussi mal utilisée. Elle a un pouvoir comique monstrueux mais le film ne semble jamais vraiment en faire cas. Mais l’on va dire que ce n’est pas bien grave. Côté mise en scène Noémie Saglio et Maxime Govare reprennent les codes d’une comédie française moderne sans pour autant faire des effets de mise en scène exceptionnels. Je pense que la sobriété est un choix judicieux dans le cas de ce film et que cela fonctionne même plutôt bien dans son ensemble. Toute Première Fois s’avère donc beaucoup plus intelligent que l’on aurait probablement pu le penser au premier abord. Il ne prend pas le chemin des facilités et choisi justement de poser de réelles questions sur la sexualité, sur son identité et ce qui semble nous définir dans une société qui aime bien ranger les gens dans des cases. Ici la réponse est que les cases n’existent finalement pas du tout et que l’on peut tomber amoureux de n’importe qui, même si l’on pense être gay, ou même si l’on pense être hétéro (même si pour le dernier cas, ce n’est pas le but de ce film).

Note : 7/10. En bref, une petite comédie fraîche, moderne, posant de vraies questions sans jamais tomber dans le too-much. Réussi.

Commenter cet article

4evaheroesf 03/06/2015 04:13

Un film avec un peu d'humour et des thèmes intéressants (hétéro, gay, bi, "l'amour"), mais surtout le cul entre deux chaises...
Bref, pas aussi déçu que Marknight, mais le film a raté le coche, dommage...

Marknight 03/02/2015 20:50

moi le film m'a grave déçu, je pensais vraiment passer un bon moment et voir un peu l'arnacoeur ou 20 ans d'écart, une bonne comédie française qui utilise les codes des films romantiques us, avec une bonne histoire. mais là c'est plat...
Miss Connasse et Mr Lascars sont sous utilisés, et ils auraient pus être encore plus drôles.

Ensuite, je trouve que le film est mal construit... à aucun moment, on voit le personnage gay qui tombe amoureux de cette fille. On sent jamais un seul moment de séduction pour cette fille. Oui il est troublé par cette fille, mais rien de plus.
Si à la limite on s'était qu'il y avait dans son couple homo, une faille ou quelque chose qui fasse que l'on sente une ouverture possible, mais là rien. le couple homo parfait d'une certaine manière.

J'aurai compris le film s'il avait été romantique lorsqu'il est avec cette fille; s'il y avait dans la relation avec cette fille quelque chose qu'il n'arrive pas à atteindre avec son compagnon. Mais là le film se contente juste de dire le garçon ai troublé par la fille, et donc il part avec la fille et quitte son compagnon...

D'une certaine manière, je pense que le film aurait plus réaliste, si à la fin le personnage se remettait avec son compagnon pour se marier, et que d'une certaine façon le faible pour la fille s'explique par la peur de se marier avec son compagnon, et le fait d'assumer à 100% la vie avec un homme, et d'abandonner l'idée qu'être un homme c'est forcement d'être avec une fille.

enfin j'ai pas tellement ri durant le film, et j'ai été déçu de la frilosité du film.
pour une fois qu'une film montrait un couple d'homos vrai, qui ressemble à la vrai vie, et aux homos qui sont des hommes sans les caricaturer ou les féminiser, il faut que le vrai mec finisse par être hétéro ...
Il aurait été plus courageux, de montrer que l'amour entre deux hommes est vrai, et que deux hommes qui s'aiment peut être réel, beau et faire un bon film réaliste.

Le cinéma peut parfois faire évoluer la société, et faire avancer les idées... il aurait été agréable d'être surpris par une fin touchante montrant deux hommes qui s'aiment...

delromainzika 04/02/2015 11:08

Je pense que le film part du principe que l'on n'a pas besoin de démontrer pour prouver que l'on aime. C'est ce qui est déjà plus ou moins dans le discours du personnage quand il dit "je ne sais pas trop ce qui se passe, mais je t'aime". En gros, il l'aime et il n'y a pas besoin de le justifier car c'est comme ça et puis c'est tout. Ensuite je pense que le film pose de vraies questions sur les étiquettes que la société met sur les gens : les gays sont plus faibles que les hétéros, il faut absolument défendre les gays, les gays sont ils fiers de la gay pride, la bisexualité existe t-elle (et au fond c'est l'un des fantasmes à la fois gay et hétéro pour les femmes , cette possibilité qu'il y ait de changer la sexualité de quelqu'un en un tour de séduction), etc. Le film est beaucoup plus intelligent qu'il ne le laisse entendre je pense. Car il y a plein de choses sous entendu dans un sous texte critique envers la société et sa vision de la sexualité compartimentée. Je pense que si cela avait été terminé comme tu aurais aimé que cela se termine (qu'il se marie avec son homme et qu'il voit la fille comme une peur de se marier), cela n'aurait justement pas pu répondre aux questions que le film pose et cela aurait cassé tout le propos précédent du film. Et je ne trouve pas le film si frileux que ça. Il ose justement pas mal de choses ne serait qu'un gay ait honte de la gay pride.