Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Léviathan, spirale infernale

29 Mai 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Léviathan, spirale infernale

Léviathan // De Andrey Zvyagintsev. Avec Aleksey Serebryakov, Elena Lyadoya et Vladmir Vdovitchenkov.


Le cinéma russe n’est pas mort et Léviathan compte bien le prouver. Prix du Scénario lors du Festival de Cannes 2014, Léviathan est probablement l’une des surprises les plus étranges que j’ai pu voir ces derniers temps (avec énormément de retour, j’en ai pleinement conscience). Le titre du film évoque déjà beaucoup de choses et notamment le nom d’un monstre que l’on retrouve dans plusieurs mythologies et je trouve ça assez intelligent que de partir d’un monstre comme le Léviathan pour construire toute une histoire autour. Le Léviathan dans ce film c’est Vadim, le Maire de la ville. Il veut le terrain de Kolia et est prêt à tout pour arriver à ses fins, même les choses les plus horribles pendant que Kolia tente de se battre difficilement contre un homme qui a la main sur la plupart des choses qui se passent dans cette ville. Sauf que Kolia ne se laisse pas démonter. C’est un film d’ambiance et de dialogues particulièrement efficaces en son genre. Petit à petit on est plongé dans un univers à glacer le sang. Vadim est le symbole parfait du Léviathan, ingrat, alcoolique, qui n’a pas grand chose pour lui. Andrey Zvyagintsev parvient à faire le portrait d’une Russie que l’on n’a pas souvent l’occasion de voir, pas vraiment glorieuse. On peut partir craintifs (l’idée de se coltiner 2h30 de film en russe, ce n’est pas ce qu’il y a de plus motivant) sauf que Léviathan est fascinant.

Kolia habite une petite ville au bord de la mer de Barents, au nord de la Russie. Il tient un garage qui jouxte la maison où il vit avec sa jeune femme Lylia et son fils Roma qu’il a eu d’un précédent mariage.
Vadim Cheleviat, le Maire de la ville, souhaite s’approprier le terrain de Kolia, sa maison et son garage. Il a des projets. Il tente d’abord de l’acheter mais Kolia ne peut pas supporter l’idée de perdre tout ce qu’il possède, non seulement le terrain mais aussi la beauté qui l’entoure depuis sa naissance. Alors Vadim Cheleviat devient plus agressif...

On navigue de scènes en scènes, de personnages en personnages, de surprises en surprises, au milieu de ce magnifique tableau. Car le film est beau, en tous points car il ne veut pas nous raconter son histoire de la façon la plus simple qu’il soit. Au contraire, Léviathan est un film complexe aux allures de thriller et de drame psychologique en passant par quelque chose de beaucoup plus familial (puisque bien évidemment que tout ce qui se passe avec Kolia va avoir des conséquences sur sa vie de famille). Le film se permet aussi quelques touches d’humour, toujours bien trouvées, qui apportent une légèreté nécessaire à un tel film. Pendant 2h30 je suis resté au fond de mon fauteuil en me demandant ce que j’ai bien pu voir car cette grande tragédie n’a pas d’égal. Ce film me fait cependant un peu penser à Winter Sleep auquel il ressemble un peu dans sa volonté de parler de la société russe au travers d’une histoire avec des gentils et des méchants et socialement très différents. Le film prend lui aussi son temps afin de nous permettre de mieux cerner tout ce qui se passe et tout ce que le film compte réellement mettre en avant au fil des minutes qui passe. Que cela soit une scène de face à face entre Kolia et Vadim, la femme de Kolia et ce dernier dans cette grande pleine boueuse, etc.

C’est plein de scènes de ce genre là qui sont mises en scène avec toute la retenue nécessaire. Les longs plans (pas nécessairement contemplatifs) sont là pour donner de la substance au film et surtout à son histoire. On découvre petit à petit les implications diverses et variées de tous les personnages (et du reste). Je ne vois cependant pas Léviathan comme un film engagé. En effet, si ce film met en scène un politique prêt à tout et que l’on pourrait voir cela comme une métaphore Poutine-sque, il n’en est rien. Zvyagintsev aime nous prendre par surprise du début à la fin et cela s’impose petit à petit alors que la tension monte. La scène du tribunal au début du film est déjà un moyen de nous raconter ce qui se passe et de donner le ton. Cette scène est brillante et je savais après cette scène que je ne pouvais qu’aimer ce film. Le scénario est par ailleurs inspiré d’un fait divers de 2004 aux Etats-Unis, et plus particulièrement dans le Colorado. Tout cela a été transposé dans l’univers russe de cette petite ville. De voir que Léviathan s’est retrouvé avec Winter Sleep dans la même compétition à Cannes est finalement une très bonne chose. Les deux ont en plus de ça eu leur récompense (amplement mérité).

Note : 10/10. En bref, un chef d’oeuvre unique.

Date de sortie : 24 septembre 2014

Commenter cet article