Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Resident Advisors. Saison 1. Pilot.

1 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Resident Advisors

Critiques Séries : Resident Advisors. Saison 1. Pilot.

Resident Advisors // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Depuis deux ans maintenant, Hulu.com s’est lancée dans le monde des séries originales elle aussi. Je pense que les acteurs de streaming se sont rendus compte que pour attirer de nouveaux abonnés, il faut créer du contenu original qu’ils ne pourraient pas retrouver ailleurs que sur leur site. Créée par Alex J. Reid (Angie Tribeca, prochainement sur TBS) et Taylor Jenkins Reid, Resident Advisors est une petite comédie qui veut nous plonger dans le monde des dortoirs de fac. Sauf que dans le registre des dortoirs, je trouve que cette série fait faire quelque chose d’un peu trop moderne, se rapprochant ainsi d’un modèle britannique de comédie. Il y a d’ailleurs énormément de choses qui m’ont donné l’impression de voir une série britannique de BBC Three sauf que ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus intéressant (ou en tout cas, pas ce que j’aurais pu espérer voir de plus intéressant sur BBC Three). Au travers de ce premier épisode, on parvient donc à nous présenter l’environnement, les personnages et comment ce lieu fonctionne. Il n’y a pas forcément de grande originalité là dedans et les gags sont souvent un peu facile (mais le coup d’un vagin cassé c’est tout de même assez cocasse pour le coup). J’espère juste que Resident Advisors saura sortir un peu de ce qui peut la rendre un peu moins originale afin d’évoluer au travers des 7 épisodes de sa première saison.

Une comédie située dans le lieu le plus sur-chargé en hormones, sexuellement actif et hors de contrôle : le dortoir d'une fac.

Car l’une des choses les plus importantes aussi c’est l’humeur. Et dans Resident Advisors, elle est très bonne. On passe un agréable moment devant ce que je qualifierais de série médiocre. L’écriture n’est donc pas forcément au rendez-vous mais le casting fait passer le message grâce à une bonne humeur ambiante. La présence de Ryan Hansen (Bad Teacher, Veronica Mars) n’est pas forcément la meilleure idée du monde étant donné que cet acteur a tendance à être quelqu’un avec qui j’ai un peu de mal (je n’y peux rien, c’est devenu physique depuis tant d’années). Mais il est étonnant de voir autant d’anciens acteurs de Glee au casting de ce premier épisode. A commencer par Romy Rosemont (qui incarnait Carole, la mère de Finn dans la série de FOX), Vanessa Lengies (qui n’est ratée qu’une saison dans la série si je ne m’abuse mais qui était assez cocasse) et Alex Newell (le très connu Unique). Je ne sais pas si le but était de faire des références à Glee mais peu importe, cela semble fonctionne. On attend dans les prochains épisodes Elizabeth Banks, Anna Camp et surtout Jayma Mays (histoire de faire une dernier référence à Glee).

L’idée de commencer la saison avec l’épilogue est quelque chose que j’ai tendance à détester. En effet, une série qui nous raconte déjà la fin (qui plus est une fin pas trop intéressante si ce n’est que l’on sait qu’ils vont tous faire des conneries et que cela va avoir une conséquence terrible), ce n’est jamais une bonne idée. On a déjà l’impression de deviner la suite sans que cela ne nous donne plus envie de regarder la suite (je me demande même si au fond cela ne me donne pas moins envie de regarder la suite). Ce premier épisode a beau enchaîner l’humour à sa façon, c’est aussi un épisode qui tente de développer les relations entre les personnages … à sa façon. Notamment Doug, personnage lourd par excellence sans compter Tyler qui semble être un peu difficile à cerner tant il ne semble pas avoir confiance en lui. Finalement, Resident Advisors nous offre ici un premier épisode assez sympathique dans son ensemble mais qui ne délivre pas forcément autant que l’on aurait probablement pu le souhaiter. Ce modèle de comédie a beau avoir ici un joli petit casting surtout féminin (Jamie Chung et Juliette Goglia) globalement le plaisir n’est pas complet.

Note : 4.5/10. En bref, sans être brillant, ce premier épisode offre surtout la sympathie d’un casting qui rappelle ici les comédies britanniques de BBC Three.

Commenter cet article