Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Conjuring 2 : le cas Enfield (2016)

30 Août 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Conjuring 2 : le cas Enfield (2016)

Conjuring 2 : Le Cas Enfield // De James Wan. Avec Vera Farmiga, Patrick Wilson et Frances O’Connor.


Le défaut véritable de Conjuring 2 est d’être moins terrifiant que le premier volet. Et pourtant, sans être une suite brillante, le film sait nous offrir un spectacle suffisamment intéressant. Il faut dire que Vera Farmiga et Patrick Wilson forment un duo particulièrement fort dans la série et c’est pour cela que Conjuring 2 fonctionne aussi bien à de nombreuses reprises. James Wan continue dé démontrer ici qu’il est très fort dans la quête de l’horreur et sa façon de la mettre en scène. Il a son propre style et c’est probablement ce qui m’a le plus plu une fois de plus ici. Je pense que le réalisateur prouve surtout qu’il est l’un des nouveaux maîtres de l’horreur du 21ème siècle. Il sait produire à certains moments des silences impressionnants avec à l’issue un jump-scare parfait. Si l’on compare Conjuring 2 avec Insidious 2, je trouve que ce dernier était parfois un peu bordélique (bien que terrifiant) alors que ce nouveau film du réalisateur démontre quelque chose d’autre. A de nombreuses reprises, Conjuring 2 n’est pas vraiment un film d’horreur mais plus un thriller fantastique et ce mélange des genres fait aussi la réussite de cette franchise.

Une nouvelle histoire vraie issue des dossiers d’Ed et Lorraine Warren : l’une de leurs enquêtes les plus traumatisantes.
Lorraine et Ed Warren se rendent dans le nord de Londres pour venir en aide à une mère qui élève seule ses quatre enfants dans une maison hantée par des esprits maléfiques. Il s'agira d'une de leurs enquêtes paranormales les plus terrifiantes…

Inspiré de faits réels, Conjuring 2 propose donc de revenir aussi sur l’histoire du couple Warren. Si le cas Enfield prend une place importante dans le film, c’est avant tout Ed et Lorraine qui nous intéresse. Leur histoire donne corps au film et surtout nous permet de rester jusqu’au bout sans nous donner l’impression d’avoir perdu notre temps. Le film apporte donc de nouvelles informations sur l’histoire de ces deux personnages (notamment la confrontation face aux médias et l’incrédulité de tout un tas de gens qui passent leur temps à les ridiculiser). Je ne vais pas faire l’avocat du diable et défendre qui que ce soit mais je trouve que c’était un sujet intéressant, d’autant plus que l’époque était propice à ce registre là (notamment avec l’histoire d’Amytiville sur laquelle les Warren ont également travaillé). James Wan a ici l’avantage de chercher à aller ailleurs, à être beaucoup plus intelligent que tout un tas de films que l’on a l’impression de voir chaque année au cinéma et qui nous prennent pour des abrutis finis. Ce n’était d’ailleurs pas très simple que de raconter une histoire assez similaire… différemment.

On a eu la chance de voir les choses autrement malgré tout, notamment en plongeant un peu plus dans la vie privée des Warren alors que le premier film ne nous donnait pas autant d’informations sur le sujet. Ainsi, Conjuring 2 est donc une assez bonne surprise qui, sans être exceptionnel, parvient à jouer sur plusieurs tableaux à la fois et à justifier son existence.

Note : 6.5/10. En bref, un joli film d’horreur prouvant surtout que James Wan est l’un des nouveaux maîtres de l’horreur.

Date de sortie : 29 juin 2016

Commenter cet article

Mathieu 03/09/2016 19:01

D'accod avec la critique du coup je ne comprends pas la note final...une critique comme cela fait penser que le film merite entre 7,5 et 8/10. 6,5 parait bien peu pour un si bon film d'horreur avec une réalisation aux petit oignons fait de jolies travelings, de passages d'une piece a une autre de la maison exécuté de manière brillante. James wan arrive a casser les murs de cette petite maison anglaise afin de fluidifier totalement sa mise en scène. Il y a aussi une envie d'ancrer le film dans une epoque et un contexte social particulier : il critique l'administration anglaise qui ne facilite pas la vie de cette famille qui a subit un divorce et dont le père ne paie plus sa part, ce même père qui est partie en emportant avec lui les disques d'elvis qui permettaient a cette famille d'avoir des petits moments de joie. Il fait aussi des clins d'oeil a cette epoque lors des interviews du voisinage ou io utikise une imagerie viellotte. Clin d'oeil aussi aux émissions de l'epoque via la télé qui montre des images de la reine d'angleterre, de thatcher et une émission humoristique, il utilise la musique de l'époque comme the clash ou encore the hollies, d'ailleurs je crois me souvenir d'un clin d'oeil aussi aux beatles : lorsque 3 personnes se rendent a la maison des hogdson afin d'y faire des analyse et des prises de sons : juste avant e rentrer dans la maison il marche tout les 3 l'un apres l'autre comme sur la pochette de l'album abbey road. Tout ça fait qu'on a parfois plus l'impression d'être dans un drame social que un film d'horreur. Mais déjà tout ce que j'ai cité aurait a lui seul fait un drame social de qualité et consistant mais en plus y rajouter tout l'aspect horreur fait de ce film un film d'horreur vraiment dense et intéressant qui l'eleve pour moi au dessus des films d'horreur classique. Il arrive même a placer un peu d'humour dans le tout. J'ai notamment apprécié le traitement de l'histoire avec au debut le cas amityville puis l'affaire hodgson, pour ma part j'aurais été curieux de voir ce qu'aurait donné le film si cette affaire avait été tourné comme si c'était vraiment un canular. Certes le film aurait certainement un peu perdu en tension mais si le fill ce serait terminé lorszue les warren partent dans le train et sue ni eux ni nous ne savions réellement si il s'agissait d'un canular : ça aurait été vraiment couillu et original. Car la fin est un peu expeditive mais c'est moi aussi qui est un petit problème avec le mythologie des exorcisme et le fait qu'un demon est vaincu lorsqu'on dit son nom...mouais...
Bref un peu plus qu'un film d'horreur grace au contexte social et un fill superbement maîtrisé au nivaux de la mise en scène, pour moi c'est un 9/10