Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Son of Zorn. Saison 1. Pilot.

12 Septembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Son of Zorn

Critiques Séries : Son of Zorn. Saison 1. Pilot.

Son of Zorn // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Son of Zorn est un projet ambitieux, celui de marier série d’animation avec comédie live-action. Au premier abord, Son of Zorn est très étrange. Très très étrange. Je me suis demandé durant une bonne partie de ce premier épisode ce que je venais faire ici et surtout ce que la série pouvait réellement raconter sur la longueur. Il y a du potentiel mais il n’est pas toujours bien exploité. Créée par Reed Agnew (Wilfred) et Eli Jorne (Wilfred), je dois avouer que je m’attendais à une série légèrement différente. Mais il faut bien avouer que ce qu’il y a de plus étrange c’est surtout la présence de ce Zorn dans un monde réaliste comme le notre. Ce qui est assez étrange finalement c’est que Son of Zorn ne fonctionne pas totalement dans ce monde de sitcom classique. Si la série était capable de mélanger les deux univers de façon un peu plus sympathique, tout en exploitant les absurdités qui peuvent naître d’une telle histoire avec le poids dramatique qu’il y a derrière alors Son of Zorn pourrait être quelque chose de vraiment intéressant. Dans un sens, Son of Zorn est quelque chose que tous les téléspectateurs d’Adult Swim a déjà vu au moins une fois. Et du coup, c’est là que Son of Zorn est un peu étrange et que cela ne fonctionne pas toujours comme prévu.

Le légendaire guerrier animé Zorn revient sur la planète Terre après dix ans d'absence. Un retour qui ne se fait pas sans difficultés, puisqu'il va devoir reconquérir son ex-femme ainsi que regagner l'affection de son fils désormais adolescent. Il prend la décision de rester en Californie, se dénichant un appartement en banlieue ainsi qu'un travail ennuyeux dans la vente de savons.

Car FOX n’est pas Adult Swim, donc Son of Zorn ne serait jamais une série complètement assumée du genre. A certains moments, la série en fait un peu trop. Elle veut être quelque chose qu’elle n’est pas réellement et c’est bien dommage car je suis persuadé que cela aurait pu donner une série plus passionnante si la passion avait réellement été mise dedans. Les interactions de Zorn avec Craig (Tim Meadows) par exemple sont excellentes. En grande partie car les scénaristes et Tim Meadows donnent à Craig un truc qui rende ses réactions à la fois dérangeante et désorientée. On sent qu’il ne comprend pas trop ce qui se passe sous ses yeux et c’est là que Son of Zorn fonctionne le mieux à mon humble avis. La série décolle donc réellement dès qu’elle tente d’être un peu plus intimiste avec ses personnages. La voix de Jason Sudeikis donne parfois l’impression qu’il crie un peu trop fort et sincèrement c’est un peu trop pour moi. A chaque fois que le personnage de Zorn apparaît à l’écran, j’ai un léger problème avec lui. Non pas que son histoire ne soit pas intéressante mais disons que Zephyria, l’endroit dont il vient, ne fonctionne pas forcément comme prévu.

L’un des personnages les plus intéressants dans Son of Zorn est probablement Linda, la patronne de Zorn, incarnée par Artemis Pebdani. J’aime beaucoup ce personnage qui a un charme particulier. A ce moment on quitte la comédie familiale qui tente de séduire tout le monde, et l’on entre un peu plus dans la comédie qui parle de la différence entre notre monde et celui de Zorn. C’est là dessus que Son of Zorn devrait fonctionner. A certains moments, j’ai eu l’impression que cette série voulait un peu être comme une sorte de BoJack Horseman mais avec le point de vue réaliste réellement filmé comme tel sauf que le résultat est légèrement différent. Ainsi, si je suis plus ou moins curieux de voir ce que cela peut donner sur la saison, ce premier épisode est tellement étrange que tout cela ne fonctionne pas comme prévu.

Note : 4.5/10. En bref, malgré le potentiel, Son of Zorn ne l’exploite pas complètement.

Commenter cet article