Critiques Séries : Preacher. Saison 2. Episodes 10 et 11.

Critiques Séries : Preacher. Saison 2. Episodes 10 et 11.

Preacher // Saison 2. Episodes 10 et 11. Dirty Little Secret / Backdoors.


Dans le monde de Preacher, Jesus a passé son dernier moment de vie à coucher avec une femme mariée. C’est un peu too-much mais nous sommes dans Preacher après tout, car la série sait toujours en faire des tonnes à sa façon. Pour autant, Jesus ne semble pas être un connard, comme bien d’autres personnages dans cette série. Et quand il dit qu’il aime cette femme, c’est normal car c’est Jesus et que Jesus aime tout le monde. Je ne connais pas les comics de Preacher donc je ne sais pas du tout comment la série va pouvoir évoluer par la suite. Cependant, c’est réussi. Car la série sait faire des tas de trucs intelligents à sa façon. « Dirty Little Secret » est un épisode qui permet de faire évoluer les personnages et l’histoire de la saison tout en se concentrant sur les meilleurs aspects de la série. Et ses meilleurs personnages. Chacun a son histoire, chacun fait ce qu’il veut, mais d’un point de vue narratif, je trouve que cela change vraiment cette année par rapport à l’an dernier. J’ai l’impression que cette saison 2 est bien plus forte et surtout plus concentrée dans ce qu’elle veut nous raconter. Peut-être que Preacher a juste perdue un peu de son énergie quand il a jeté le Saint dans le lac. C’était un bon vilain pour la saison et au fond Preacher aurait très bien pu laisser toute la saison se reposer sur lui. Sauf que cela n’a pas été le cas. Du coup, la saison s’est concentrée sur d’autres histoires.

Sans grande menace, la seconde partie de la saison évolue dans une direction différente. Il y a quelque chose qui manque encore et l’on sent que les scénaristes sont à la recherche de ce qui pourrait les tirer de ce petit problème. Si tout cela reste problématique, les épisodes sont toujours aussi solides et efficaces. Tout ce que j’espère c’est que les choses vont devenir de plus en plus intéressantes pour les personnages même si les pistes sont intéressantes. La grande rencontre de Jesse dans cet épisode est un joli moment qui permet à Jesse de comprendre le but de sa quête et surtout pourquoi il finit déçu. La découverte de Jesse laisse imaginer pas mal de trucs pour la suite de la saison qui suivront un chemin clairement sinueux. L’histoire de Cassidy de son côté a le temps d’évoluer un peu. Alors que cet épisode prépare petit à petit à de nouvelles aventures, « Backdoors » poursuit tout ce chemin. Je reste plutôt positif vis à vis de cette saison et l’ouverture de « Backdoors » permet de nous ramener au début de la saison d’une certaine façon. La saison sait en tout cas gérer sa narration afin de faire évoluer les intrigues de façon rapide, en prenant son temps.

Sortir le Saint de ce camion était un choix intéressant. Sauf que la surprise est elle aussi importante. Je ne m’attendais pas du tout à ce que cela évolue de cette façon. Il y a un truc fun avec Preacher c’est que même les intrigues les plus faibles (celle de Tulip et son choc post-traumatique par exemple) ne sont jamais mauvaises. Tout cela est toujours très bien incarné et toujours très bien joué. Du coup, l’intrigue de Tulip a tendance à donner aux épisodes un truc en plus mais aussi à ralentir le rythme de façon drastique. Cela ne veut pas dire que c’est la pire chose que Preacher ait pu faire, mais d’un autre côté c’est la plus inintéressante de cette saison 2. Dans l’épisode précédent elle retrouvait les armes du Saint sous le sol de la salle de bain, cette semaine elle confronte Jesse et c’en suit alors tout ce que l’on peut voir à l’écran. La confrontation entre les trois héros de la série apporte un truc mais j’aurais peut-être apprécié que Preacher puisse aller encore un peu plus loin. Notamment du point de vue de Jesse car ce dernier est peut-être bien le seul avec un atout dans sa manche en étant l’un des héros. Finalement, avec ces deux épisodes, Preacher fait un truc assez fou en développant un peu plus les mystères et le récit de chacun des personnages. Sans compter sur le passé qui est lui aussi utilisé avec intelligente.

Le seul truc un peu étrange dans cet épisode c’est peut-être les aventures d’Hitcher en 1919 à Munich. Le fait de rendre Hitler sympathique sur les bords est un peu too-much et peut-être questionnable aussi. Mais l’on ne sait pas encore où est-ce que l’on peut aller. Cassidy et Denis ont des problèmes mais bon, tout le monde a des problèmes dans ce monde.

Note : 8/10. En bref, Preacher continue de surprendre mais a aussi développé quelques faiblesses.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article