Critique Ciné : Lucky (2020)

Critique Ciné : Lucky (2020)

Lucky // De Olivier Van Hoofstadt. Avec Michael Youn, Alban Ivanov et Florence Foresti.

 

Dikkenek était un OVNI du cinéma en 2006 alors le retour d’Olivier Van Hoofstadt dans le registre de la comédie était forcément le bienvenu. Sauf que le belge n’a pas réussi à retrouver la folie de son film culte et semble alors plus ou moins lorgner du côté de Quentin Dupieux. C’est un problème car le réalisateur n’est clairement pas Dupieux et n’a pas la même vision complètement barrée des choses, ce qui se ressent facilement dans Lucky. J’aurais donc préféré que le film soit plus proche de Dikkenek qu’il ne l’est ici. Lucky a énormément de mal à être original, laissant alors couler des situations prévisibles, sans réellement trouver un moyen de faire évoluer l’histoire intelligemment. Avec un tel casting, je m’attendais à ce que les gags soient réussis mais ils tombent assez souvent dans des pièges d’amateur. Les gags ne sont pas aidés par le casting (et c’est là le comble) car tout le monde doit en faire des caisses et à l’issue du film, on reste forcément déçu. 

 

Pour s’en sortir financièrement, Willy et son pote Tony, endettés de naissance, ont une idée de génie : voler un chien de la brigade des stups. Mais, les choses ne se passent pas tout à fait comme ils l’avaient prévu. La seule solution : s’associer avec Caro, une flic totalement corrompue.

 

Lucky aime cependant les personnages secondaires qui deviennent rapidement plus importants que les personnages principaux. Tout cela est fait dans le but de créer de l’humour et des situations rocambolesques. On peut aimer Corinne Masiero en artiste nympho ou François Berléand en commissaire corrompu, mais même si les seconds rôles ne sont pas tous à jeter à la poubelle, il manque un petit truc. J’ai bien aimé Daniel Prévost que je n’avais pas vu depuis un bout de temps dans le cinéma français, ce qui est dans un sens plutôt rassurant, mais Lucky n’a jamais l’occasion de prouver qu’il est bon. On sourit, parfois, mais c’est encore trop léger à mon humble avis. Sur le papier, Lucky avait tout pour être une belle réussite, à l’écran c’est souvent une cata qui ne sait pas du tout où l’histoire veut aller. A se concentrer sur les personnages secondaires, on perd alors rapidement le fil et on a simplement envie d’une chose : arrêter le carnage. 

 

Note : 3/10. En bref, il y a eu Dikkenek, mais il va falloir oublier Lucky. 

 

Date de sortie : 26 février 2020

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Moltes 29/03/2020 13:45

Très Très Moyen comme film
Je suis déçu ☹️
Dikkenek était beaucoup mieux