Coup pour Coup - Los Favoritos de Midas (Mini-series, 6 épisodes) : maître chanteur sur son arbre perché

Coup pour Coup - Los Favoritos de Midas (Mini-series, 6 épisodes) : maître chanteur sur son arbre perché

Inspirée d’une nouvelle de Jack London transposée dans un Madrid moderne d’aujourd’hui, Los Favorites de Midas (ou Les Spadassins de Midas, traduit par Coup pour Coup…) nous plonge dans un univers assez efficace pour six petits épisodes qui s’enchaînent comme des petits pains. Cette mini-série espagnole mélange plusieurs ingrédients à sa façon afin de nous trimbaler de ce qui ressemble à une organisation terroriste vers quelque chose de neuf. Miguel Barros (Libertad, Gigantes) et Mateo Gil (Agora, Mar adentro) nous plongent rapidement dans l’aventure qu’ils vont nous compter pendant ces six épisodes sans temps morts. On sent que l’histoire est inspirée de la philosophie d’un grand auteur alors que les dialogues sont travaillés et que l’ambiance de la série ressemble clairement à celle d’un bon polar. Pourtant, tout n’est pas parfait non plus. La façon dont Los Favoritos de Midas ajoute une dimension sociale et politique au récit avec les émeutes en Espagne ne fonctionne pas et alourdit même le récit beaucoup trop. 

 

Un homme d'affaires est victime de chantage : s'il ne paie pas une forte somme, des innocents seront tués au hasard.

 

L’idée d’opposer les classes sociales est désormais un élément nécessaire dans les séries de ce genre là et Los Favoritos de Midas aurait peut-être mieux fait de se concentrer sur d’autres choses. J’ai enchaîné sans trop de difficultés tous les épisodes de la saison 1 grâce au casting qui lui permet de rendre le récit plausible. Si par moment le scénario part un peu dans tous les sens, l’histoire est suffisamment ficelée pour nous plonger du début à la fin sans temps morts. Il y a donc le problème de la strate sociale et politique qui suggère en fond que le capitalisme mondial a corrompu les médias indépendants et la société en général. Si c’est là dessus que Los Favoritos de Midas se repose alors c’est en grande partie ratée mais si l’on fait abstraction du propos sous jacent, alors Los Favoritos de Midas s’avère être un divertissement efficace. 

 

Luis Tosar, notre héros, est quant à lui parfait sous les traits de cet homme d’affaires perdu et persécuté par les fameux Spadassins de Midas. Il a une morale au début de Los Favoritos de Midas avant de passer du côté obscure de la force, comme s’il devait embrasser un destin qui ne lui correspond pas vraiment. La fin de la série est ouverte ce qui me pose un problème car elle n’est pas subtile et suggère qu’il faut une saison 2 (alors qu’elle n’est pas nécessaire, l’histoire de la saison se suffisant à elle-même). Tout cela ne fait alors qu’accentuer le sentiment de confusion qui arrive au fil des épisodes et un complotisme qui, ajouté à l’actualité, peut devenir un brin bourratif. Visuellement, Los Favoritos de Midas délivre ce que l’on a envie d’attendre d’elle si l’on ne creuse pas plus loin que cette histoire de chantages et d’enquête sur un groupe de gens qui sont là pour manipuler les autres. 

 

Note : 6/10. En bref, une mini série efficace et séduisante qui, malgré ses défauts inhérents à un propos socio-politique confus, parvient à être le divertissement sombre attendu. 

Disponible sur Netflix

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article