Critique Ciné : Le Calendrier (2021)

Critique Ciné : Le Calendrier (2021)

Le Calendrier // De Patrick Ridremont. Eugénie Derouand, Honorine Magnier et Clément Olivieri.

 

Le cinéma de genre français est très en forme cette année et Le Calendrier fait partie des dernières offrandes que l’on nous fait avant de passer la nouvelle année. Pour autant, si la première demi-heure de Le Calendrier est réussie, la suite laisse le récit s’effilocher au fil des minutes qui passent pour tomber dans un Grand Guignol pas franchement reluisant. Eva reçoit donc un calendrier de l’Avent pour son anniversaire (entendez le 1er décembre). Ce cadeau est un cadeau empoisonné et rien n’est neuf sous le soleil jusqu’à présent mais la mise en place de l’ambiance et de l’univers du calendrier fonctionne au début. On est face à une sorte de série B qui s’assume et qui va puiser dans les références du genre du cinéma d’horreur américain. Les surprises que vont apporter les bonbons du calendrier à Eva peuvent être agréables ou parfois même terrifiantes (et sanglantes). Le film a l’intelligence de rester assez subtile plutôt que de tomber dans le torture porn mais il échoue à passer la deuxième une fois le mystère du calendrier dévoilé au spectateur. Les personnages secondaires sont beaucoup trop caricaturaux pour réellement nous imprégner de l’ambiance pourtant terrifiante que pourrait incarner ce calendrier.

 

Eva est paraplégique depuis trois ans. Pour son anniversaire, elle reçoit en cadeau un étrange calendrier de l’Avent. Mais ce ne sont pas les traditionnelles friandises qu’elle découvre chaque jour, mais des surprises plus inquiétantes, parfois agréables, souvent terrifiantes, et de plus en plus sanglantes. Cette année, Noël va être mortel !

 

Le Calendrier est donc un mélange entre un conte de Noël sombre et du cinéma d’horreur américain qui ne va malheureusement pas au bout des choses. A certains moments Le Calendrier provoque plus le rire que la peur ce qui est dommage car le concept était vraiment original et intéressant. La mécanique reste tout de même efficace dans le simple sens que l’on ne sait pas ce que cache la case suivante du calendrier mais certaines scènes sont ennuyeuses et trainent la patte pour nous emmener vers l’issue irréfutable du récit. Le genre pur n’est pas totalement maîtrisé ce qui laisse le film tomber dans des pièges classiques de série B d’horreurs. La tension installée au début retombe donc comme un soufflé là où Le Calendrier avait justement dans sa première demi-heure la maîtrise de son récit qui en aurait fait un film beaucoup plus honorable. Le Calendrier est donc un film à concept qui réussi son entrée mais qui finit par tourner en rond à la fin. L’écriture des personnages secondaires est clairement là où le bas blesse et le manque cruel de direction n’aide pas à s’imprégner du Calendrier jusqu’au bout.

 

Note : 4.5/10. En bref, une belle tentative qui réussie son introduction et s’effiloche rapidement dans un spectacle Grand Guignol.

Sorti le 1er décembre 2021 au cinéma

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article