Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Rover, sur la route

9 Juin 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

370823.jpg

 

The Rover // De David Michôd. Avec Guy Pearce, Robert Pattinson et Scott McNairy.


The Rover est un film étrange mais fascinant. Il nous plonge dans un univers glauque et chaud avec malice et violence. Il y a donc pas de pitié pour qui que ce soit dans cette série et au fond ce n'est pas une mauvaise chose. En effet, le film ne cherche pas à passer par quatre chemins et va droit au but dans la quête de cet homme et accessoirement des hommes qui entourent ce personnage. D'un point de vue purement stylistique c'est tout de même assez magique dans son ensemble. On a donc des paysages relativement beaux (l'Australie et ses déserts, un terrain de jeu parfait pour la dureté du film) appuyant sur l'ocre de façon terne mais également les scènes d'intérieurs soit à l'éclairage tamisé soit à l'éclairage de néons donnant un côté encore plus étrange au film. David Michôd prouve donc avec The Rover que cette histoire assez innocente au premier abord finie par devenir abrasive une fois mise en scène. Présenté hors compétition lors du dernier Festival de Cannes ce film avait tous les atouts des films de la Croisette.

Dix ans après l’effondrement de l’économie occidentale, les mines australiennes sont encore en activité, et cette industrie attire les hommes les plus désespérés et les plus dangereux. Là-bas, dans une société moribonde où survivre est un combat de chaque jour, plus aucune loi n’existe. Eric a tout laissé derrière lui. Ce n’est plus qu’un vagabond, un homme froid rempli de colère. Lorsqu’il se fait voler la seule chose qu’il possédait encore, sa voiture, par un gang, il se lance à leur poursuite. Son unique chance de les retrouver est Rey, un des membres de la bande, abandonné par les siens après avoir été blessé. Contraints et forcés, les deux hommes vont faire équipe pour un périple dont ils n’imaginent pas l’issue…

L'histoire que The Rover nous raconte gagne rapidement en intensité alors que le héros incarné par un Guy Pearce en plein forme fait peu à peu des découvertes. L'ouverture du film est assez sensationnelle avec ce carambolage vécu d'un point de vue où seule la bande originale du film de fait entendre. C'est une astuce de mise en scène connue qui fait son effet mais ce n'est pas la seule trouvaille de David Michôd. Petit à petit il va construire la violence de son univers. Notamment quand le film nous plonge dans la violence corrosive des personnages et du monde qui les entoure. Dans un monde dystopique comme celui-ci on retrouve donc tout ce qui fait le charme de ce genre de film et même plus encore. Notamment au travers de la notion de solitude, de chacun pour soi, ... Tout est exploré avec une certaine notion que l'on est arrivé au bout. Cela me rappelle étrangement un peu The Road qui ne racontait pas la même histoire mais qui avait des côtés assez proches. Notamment dans le genre western post-apocalyptique.

La tension monte alors petit à petit. La révélation de The Rover c'est probablement Robert Pattinson (Cosmopolis) qui prouve qu'il a très bien réussi à faire oublier son passé d'acteur de Twilight incarnant ici un personnage beaucoup plus complexe et difficile à cerner qu'il n'y paraît. Comme quoi, moi qui enterrait cet acteur mono expressif, il est en train d'enfin de révéler. The Rover se termine alors comme on pouvait de douter mais la manière sont le film nous emmène vers cette fin est assez sensationnelle. On ne peut qu'être surpris par le résultat qui fonctionne comme sur les roulettes. Le face à face des deux acteurs est solide, balayé par la photographie léchée du film et par cette volonté constante de nous démontrer à quel point le résultat ne peut pas être joyeux car le fatalisme est la seule issue possible. Ce genre de film fleuri pourtant mais le résultat est ici bien différent.

Note : 8.5/10. En bref, très belle surprise.

Commenter cet article