Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Transporter - The Series. Saison 2. Episodes 11 et 12.

13 Janvier 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Transporter The Series

Critiques Séries : The Transporter - The Series. Saison 2. Episodes 11 et 12.

The Transporter : The Series - Le Transporteur, la série // Saison 2. Episodes 11 et 12. Sixteen Hands / End Game.


Avec ces deux derniers épisodes, la série tente de conclure la saison de façon efficace sans nous donner trop l’impression que Frank Spotnitz a complètement changé l’univers. Car finalement l’univers du Transporteur reste très présent dans cette seconde saison sauf que j’ai pu trouver globalement les épisodes assez médiocres et pas suffisamment poussés. Ces deux derniers épisodes ne sont pas nécessairement plus osés mais ils étaient malgré tout assez efficaces dans son ensemble. Difficile toujours de travailler sereinement pour Frank alors que dans « Sixteen Hands » il doit transporter un cheval de course, Daksha, qui vaut la modique somme de 10 millions de dollars. Il faut donc faire en sorte de le protéger alors que certains ont déjà bien envie de le voler afin de le revendre au plus offrant. Frank est tout de même le grand maître des scènes d’action. C’est pourquoi dès le début de l’épisode on veut nous en mettre plein la vue et cela fonctionne même très bien. Je ne m’attendais pas nécessairement à ce que la série aille dans ce sens là car le monde des courses épiques n’est probablement pas ce qu’il y a de plus intéressant au premier abord mais je trouve que j’ai été assez surpris dans le bon sens par un épisode qui voulait finalement nous surprendre.

Je crois que la série a ici compris ce qu’elle devait être sans trop en faire. Car oui, après tout il n’y a pas besoin d’en faire des tonnes pour parvenir à réellement nous surprendre. Il me suffit des épisodes de ce genre là afin de m’offrir ce que je viens chercher. Je me demande également si ce n’est pas une question de moyens car l’on enchaîne vraiment les scènes d’action dans cet épisode alors que je ne m’y attendais pas nécessairement. Habituellement la série nous en offre quelques unes avec plusieurs combats chorégraphies mettant en scène Frank Martin. Mais là on a de tout et à longueur d’épisode. Sans compter sur les divers twists qui ne sont pas mauvais eux non plus. Bien au contraire. A côté Caterina est en train de disparaître. Dans cet épisode sa place manque presque à la série. J’aime bien l’alchimie qu’il y a entre elle et Frank sauf que The Transporter : The Series ne semble pas trop savoir quoi en faire. C’est le souci de Frank Spotnitz, de ne pas savoir gérer les relations entre les personnages alors qu’il semble plutôt bien faire le reste et nous offrir. Par ailleurs, nous avons « End Game », le dernier épisode de la saison et tout ce que j’ai pu critiquer dans la saison jusqu’à présent n’est plus dans cet épisode.

En effet, « End Game » prouve avant tout que The Transporter : The Series peut être une bonne série. Je ne dirais pas qu’elle est du même acabit qu’une brillante série diffusée sur une chaîne du câble américaine ou l’une des deux séries que j’adore sur le réseau CBS, mais disons qu’il y a quelque chose qui s’est passé dans cet épisode. Dans un premier temps le climat est entretenu tout au long de l’épisode. On ne s’ennuie jamais et le spectacle est au rendez-vous. Frank et Caterina se transforment alors en riche couple afin de retrouver des diamants qui ont été volés à leur client et remplacés par des faux difficiles à déceler. Ce n’est pas bête comme première base pour l’épisode et globalement le tout fonctionne même très bien. Eric Valette, dans sa mise en scène, forme une fois de plus le respect et nous offre tout ce que l’on peut attendre d’une bonne série d’action. Sans compter que quelques bons coups de volants sont indispensables pour réussir les missions de Frank. Et cet épisode va nous en offrir pas mal, sans compter que Frank et Caterina sont les cibles du début à la fin. Ils savent très bien gérer le tout sans compter que l’univers de The Transporter : The Series est rapidement utilisé dans sa globalité.

Il n’y a pas un personnage qui sert à rien et encore moins une idée qui fait la force de la série qui n’est pas présente. C’est une force car je ne m’attendais pas forcément à ce que la saison se termine aussi bien. Le début était assez médiocre, voire catastrophique sur certaines choses. Le changement n’a pas toujours du bon et la première saison de The Transporter : The Series n’était pas bonne (même s’il existe bien pire ailleurs). Sauf que la seconde se devait de complètement changer une série qui n’avait pas su se mettre à la place des téléspectateurs et de ce que l’on venait chercher quand on regardait The Transporter : The Series. Je ne voulais pas une série française bas de gamme et c’était plus ou moins ce que l’on avait eu. Il n’y avait pas les moyens d’Europacorp comme cela peut être le cas sur une No Limit par exemple (qui pour le coup est une bonne production française en termes de série d’action). Finalement, ce dernier épisode était efficace. Je ne pourrais pas dire parfait car ce n’est pas le cas mais disons que par rapport à tout ce que la série a pu faire par le passé, c’est un solide épisode. Bien évidemment que les 2 gros cliffanghers (la potentielle mort de Caterina et la façon dont Frank s’est servi d’un inévitable accident de voiture frontal) donne envie de voir une saison 3. Je ne serais pas surpris qu’il y en ait une mais aussi qu’il n’y en ait pas. A suivre…

Note : 5.5/10 et 7/10. En bref, du bon The Transporter : The Series.

Commenter cet article