Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Catastrophe. Saison 1. BILAN (UK).

14 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Catastrophe

Critiques Séries : Catastrophe. Saison 1. BILAN (UK).

Catastrophe // Saison 1. 6 épisodes.
BILAN


Lorsque Catastrophe a été lancée par Channel 4, elle ne payait pas de mine et pourtant, il s’agit probablement de l’une des meilleures comédies britanniques lancées depuis des années. C’est drôle, efficace et surtout attachant. La relation entre Sharon et Rob part d’une idée simple et pourtant, on n’a pas vraiment l’impression d’avoir déjà vu ça. Lorsque je vous ai parlé du pilote, j’ai pu faire référence à Welcome to Sweden, et elle lui ressemble un peu, mais avec une écriture beaucoup plus amusante et surtout engagée. Le but de Catastrophe est de nous raconter une vraie histoire pas de nous faire rire ponctuellement au travers d’un scénario qui manque cruellement de panache. Le monde de la comédie romantique avait besoin de Catastrophe. Rob Delaney et Sharon Horgan, les stars et co-scénaristes de cette série ont tout pour eux et parviennent à faire quelque chose de presque nouveau avec un registre qui semblait être usé jusqu’à l’os. La comédie romantique en série c’est quelque chose qui a énormément de mal ces derniers temps (notamment aux Etats-Unis avec des tentatives ratées comme Marry Me ou encore Manhattan Love Story). On peut découvrir quelques pépites par moment (The Mindy Project, Selfie) sauf que ces pépites sont rares et arrivent au compte goutte. La faute encore une fois à un genre qui tourne en rond.

Je pense que Rob Delaney et Sharon Horgan se sont posés afin de parler de ce qu’ils aiment dans les comédies romantiques afin de ne pas tomber dans une mauvaise parodie de quelque chose qui existe déjà, ou bien de nous ennuyer avec des trucs que l’on connaît déjà. La relation de base entre ces deux personnages est déjà très originale. On sent que Catastrophe sorte des sentiers battus et vient nous faire une proposition complètement différente. Après tout combien de comédies racontent des histoires d’amour internationales. Je pense qu’il n’y en a pas beaucoup (sauf Welcome to Sweden qui me vient en tête). C’est aussi ce qui rend cette relation compliquée. Les deux personnages ne peuvent pas éternellement rester ensemble et pourtant il y a un bébé qu’ils partagent et qu’ils sont forcément obligés de garder (car ce serait mal de l’abandonner). On sent aussi que les personnages de Rob et Sharon sont basés sur les acteurs eux-mêmes. Il y a quelque chose chez eux qui semble naturel et qui permet aussi à cette relation d’être complètement naturelle à l’écran. On n’a pas l’impression de voir quelque chose d’improbable.

Ce qui fonctionne également avec Catastrophe c’est le fait qu’il s’agit d’une comédie vraiment drôle. La série ne prend pas trop de temps à installer ses personnages car dès les premières minutes du pilote, on sait à quoi on va devoir s’attendre. Du coup, le premier épisode pouvait déjà se concentrer sur des tas de gags successifs. Pour le coup, ce qu’il y a de bien c’est que cela va se poursuivre tout au long de la saison. Tout est drôle, parfois même dans un sens complètement barré, et dans un univers si tendre et réaliste que Catastrophe créé finalement un sentiment de jamais vu. C’est rare de voir une comédie qui ne ressemble à rien de ce que l’on peut voir malgré le point de départ assez classique. Mais non, en prenant des trucs réalistes, des idées ici et là, la série fait un mélange qu’elle met en scène de la meilleure façon. Le but est de tourner autour de ses deux héros. Si dans une comédie comme Marry Me, on tourne très rapidement en rond autour des deux héros, ici on ne s’en lasse jamais. Pire, dès qu’ils ne sont pas ensemble, on a l’impression que Catastrophe ne peut pas se passer d’eux et que c’est tout de suite moins sympathique. L’issue de la saison était assez classique, peut-être un peu trop facile à mon goût mais peu importe, c’est ce que j’avais envie de voir moi aussi.

J’avais envie d’une fin de saison aussi drôle que tendre et l’idée du mariage était donc excellente. On sent aussi que Catastrophe accouple l’humour de Rob Delaney et de Sharon Horgan. Les deux humours sont très différents, à la fois grâce aux origines différentes des deux héros, mais également car ils ne sont pas du tout dans le même registre. Delaney est beaucoup plus dans le stand-up alors que Horgan a déjà créé pour la télévision anglaise Pulling il y a quelques années par exemple (et qui avait beaucoup plu à la critique britannique si mes souvenirs sont bons, je n’en avais vu qu’un seul épisode dans mes souvenirs, peut-être serait-il temps de rattraper le reste). Catastrophe est donc une comédie intelligemment drôle, attachante qui porte un vrai soin aux détails et à l’humour.

Note : 8/10. En bref, une petite pépite.

Commenter cet article