Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : X Company. Saison 1. BILAN (Canada).

19 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #X Company

Critiques Séries : X Company. Saison 1. BILAN (Canada).

X Company // Saison 1. 8 épisodes.
BILAN


La série de CBC est une série d’espionnage se déroulant durant la Seconde Guerre Mondiale et quand j’ai lu pour la première vois le pitch de X Company, je dois avouer que j’ai un peu rouler mes yeux en me disant que j’allais voir encore une série (comme un film) traiter de la Seconde Guerre Mondiale et X Company ne fait pas forcément dans l’original. Mark Ellis et Stephanie Morgenstern ont probablement voulu mettre tout leur coeur dans cette première saison et cela se ressent, avec l’ajout d’une vision ultra moderne des choses qui fonctionne assez bien dans son ensemble. Ce que je trouve dommage avec cette série c’est qu’elle ne semble pas toujours là pour nous raconter vraiment quelque chose autour de ces personnages, mais qu’elle est simplement là pour installer une sorte de formule procédurière, car c’est aussi ce que les deux créateurs de la série ont déjà pu faire par le passé avec Flashpoint (mais dans un registre totalement différent que celui de l’espionnage). Le but de cette série était probablement de comprendre le rôle des canadiens dans la Seconde Guerre Mondiale et l’on peut dire qu’ils ont tenté. Ils ont fait des recherches (notamment avec l’histoire de Camp X, une histoire d’espionnage près du lac Ontario).

Ils ont appris pas mal de choses et ont alors tenté de nous offrir quelque chose d’intéressant autour de ça. Seulement voilà, X Company a beau avoir un premier épisode sympathique, un second assez correct, rapidement cela s’installe dans une sorte de redondance cyclique, comme si chaque épisode devait ressembler au précédent, comme si le but de la série n’était pas de grandir ou d’évoluer dans une certaine direction mais simplement de faire encore et encore les mêmes choses (ou en apparence les mêmes choses). Je pense que la seule leçon que l’on peut apprendre de X Company c’est le fait qu’il existe des camps d’espions au Canada. Car tout le reste manque bien souvent de structure. Les personnages ne sont pas suffisamment développés et les dialogues sont souvent un peu légers. On sent que X Company ne cherche pas vraiment à développer quoi que ce soit de brillant, simplement de faire quelque chose qui pourrait toucher tous les publics, des plus jeunes passionnés de séries d’espionnages avec des adolescents sur Nickelodeon à un public plus âgé qui a envie de connaître ce qui se passe réellement dans ces camps d’espions. Sauf que l’on n’apprend pas grand chose, la faute à un scénario qui donne plus l’impression d’être destiné à un public de The CW qu’à un public plus averti.

Je suis un très grand fan des histoires d’espionnage et je pense que X Company aurait très bien pu devenir le penchant de la Seconde Guerre Mondiale d’une The Americans par exemple sauf que la structure de cette série était très intéressante durant sa première saison malgré le côté parfois cas de la semaine. Le cas de la semaine n’était pas ce qu’il y avait de plus important, c’était tout ce que cela permettait de développer autour des personnages qui était tout d’un coup plus intéressant à mes yeux. Je ne sais pas trop si une saison 2 peut vraiment vouloir le jour car tout ce que l’on nous raconte dans cette première saison ne donne pas vraiment envie d’en voir plus. On a l’impression d’avoir fait le tour après les quatre premiers épisodes. Le dernier épisode tente de redistribuer les cartes aux divers personnages de la série, histoire de nous raconter peut-être un peu plus de choses sans que cela ne fonctionne jamais, la faute à un scénario qui semble nous prendre pour des crétins. C’est en tout cas malheureusement comme ça que je l’ai ressenti. X Company est une série particulièrement conventionnelle qui n’a pas la classe d’une bonne série d’espionnage et encore moins d’une bonne série d’époque. Les décors ne sont pas mauvais, et visuellement il existe bien pire mais les canadiens n’ont pas suffisamment rendu intrigante une histoire qui avait pourtant le pouvoir de le devenir très rapidement.

Note : 4/10. En bref, déception.

Commenter cet article