Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Blue Mountain State : The Rise of Thadland (2016)

3 Février 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blue Mountain State

Critique Ciné : Blue Mountain State : The Rise of Thadland (2016)

Blue Mountain State : The Rise of Thadland // De Lev L. Spiro. Avec Alan Ritchson, Darin Brooks et James Cade.


Annulée après 3 saisons, Blue Mountain State n’a probablement pas marqué la mémoire de grand monde. Pourtant, j’ai personnellement adoré cette série, notamment la saison 3 qui était la plus drôle et la plus intéressante de toutes. Si le projet de faire un film après l’annulation de la série était une bonne idée, elle trotte dans la tête du créateur depuis 2013. En 2014, suite au succès de la campagne Kickstarter pour le film Veronica Mars, la même chose est faite pour Blue Mountain State. Le but était de rassembler 1,5 million de dollars et forcément, ils vont réunir un peu plus de que prévu. On retrouve dans ce film l’esprit de la série aidé par l’écriture de Chris Romano (co-créateur de Blue Mountain State), Alan Ritchson (qui fait ici ses premiers pas de scénariste) et Eric Falconer (co-créateur de Blue Mountain State) qui était finalement beaucoup plus inspirée que je n’aurais pu l’imaginer au départ. C’est en souvenir du bon vieux temps qu’un ancien réalisateur de la série a été appelé afin de réaliser ce film. Au départ, je pensais que Blue Mountain State : The Rise of Thadland allait perdre l’essence de la série. Il est toujours difficile de faire revenir une série après autant d’années sans perdre son originalité.

Alors que Alex et Sammy entrent dans leur dernière année à Blue Mountain State, ils se retrouvent à devoir sauver la fameuse « goat house ». Ils vont alors devoir demander de l’aide à Thad. Ce dernier va uniquement l’aider si Alex fait la plus grande et la plus folle des soirée qui ait été organisée à la Goat House qui est appelée Thadland. Thad donne à Alex 50 millions de dollars pour organiser cette soirée…

Par chance, Blue Mountain State n’est pas morte. Ce film représente à merveille tout ce que la série était dans ses excès les plus grossiers (on peut se branler dans une grande roue pendant que d’autres s’emboitent comme des Lego) ou encore les moins conventionnels (la neige de cocaïne, les femmes en bikini à longueur de temps). Je sais que Blue Mountain State est une représentation du machisme assez étrange mais j’aime bien aussi la façon dont parfois les femmes ont su émasculer les hommes. Car mine de rien les hommes ont été réduit à des gens qui ne pensent qu’à s’envoyer en l’air, rien de plus. Alors que The Rise of Thadland aurait rapidement pu devenir une sorte de American Pie ridicule, le retour de Thad est une excellente idée. Alan Ritchson est parfait dans ce rôle et démontre encore une fois à quel point il incarne à merveille tout ce que cette série représente. Le film ose toutes les conneries possibles et imaginables, dans le but de nous faire rire. Je sais que Blue Mountain State n’a jamais été une série pour tout le monde, notamment car elle a toujours su être très spéciale avec son humour. Mais justement, c’est pour ça que j’ai adoré cette série dès le départ.

Je n’aurais jamais cru possible que Blue Mountain State puisse atteindre les besoins financiers du film sur Kickstarter, notamment car j’ai toujours imaginé que cette série n’était presque pas regardé mais les fans hardcore ont vraiment voulu cette série. Je ne peux pas leur en vouloir de l’avoir voulu car c’est suffisamment fun pour nous rappeler tout ce que j’aimais dans la série. L’intrigue principale du film n’offre rien de neuf dans le registre des teen-movies mais ce n’est pas forcément ce qui nous intéresse le plus non plus. Blue Mountain State est à prendre au second degré, peu importe ce qu’elle peut dire de misogyne, d’homophone, de zoophile (et la scène est aussi crade que drôle quand on est réceptif à l’humour de Blue Mountain State). et j’en passe. C’est aussi pour tous ces éléments là que l’humour ici n’est pas pour tout le monde. Il manque juste Denise Richards qui était l’un des rayons de soleil de la série et dont la relation avec Coach Marty Daniels était l’une des intrigues les plus intéressantes de la série.

Note : 5/10. En bref, en gardant l’esprit de la série, Blue Mountain State sait être drôle. Mais le film fait parfois trop unitaire déconnecté.

Date de sortie : 2 février 2016 - Directement en VOD aux Etats-Unis

Commenter cet article