Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Benefactor (2016)

25 Juin 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : The Benefactor (2016)

The Benefactor // De Andrew Renzi. Avec Richard Gere, Dakota Fanning et Theo James.


Pour son premier long métrage (il a réalisé 3 courts et 1 documentaire), Andrew Renzi fait ce que l’on peut attendre d’un petit film de seconde zone qui ne renouvelle malheureusement en rien un genre que l’on a déjà l’impression d’avoir vu s’épuiser au fil des années. Avec un casting plutôt intéressant, je dois avouer que je m’attendais à quelque chose d’un peu plus riche et fort. Oui, le film a de bonnes idées, notamment son point de départ, et le casting s’avère convaincant mais ce n’est pas toujours suffisant pour faire de The Benefactor une belle réussite. Avec un scénario assez fade, le film se rattrape donc en grande partie sur la prestation de chacun. Richard Gere est parfait dans le rôle de Franny. Il met du coeur dans sa prestation et parvient à sortir un peu des sentiers battus. Cela fait plaisir de voir l’acteur sous cet angle car j’ai plus l’habitude de voir Richard Gere dans des rôles pas très futés, que dans des rôles réellement passionnants. Celui-ci fait partie des bons choix qu’il a pu faire. Il a donc un rôle bien développé pour une fois, ce qui est plutôt pas mal, surtout quand on connaît la filmographie de l’acteur ces dernières années.

Francis Watts, "Franny", est riche, beau et célibataire. Alors où est le problème ? Le problème, c'est qu'il a 60 ans et qu'il n'a pas accompli grand-chose. Dans un effort désespéré pour recommencer une nouvelle vie, ce philanthrope drogué aux pilules va s'immiscer dans la vie d'un jeune couple.

Il est accessoirement entouré d’autres bonnes têtes comme Dakota Fanning et Theo James, plutôt bon eux aussi dans le rôle du petit couple auquel notre héros va s’attacher. Le scénario reste assez simpliste dans son ensemble et ne cherche pas vraiment à nous surprendre. L’introduction est assez classique et rappelle tout un tas de films du genre que l’on a déjà vu par dizaines. Cela ne veut pas dire que The Benefactor est raté mais que le film ne cherche pas à surprendre réellement. Andrew Renzi ne délivre pas le scénario le plus truffé d’idées qu’il soit. Il y a donc de jolis moments dramatiques ici et là mais rien de plus. L’avantage de The Benefactor reste son héros et le fait qu’il soit imprévisible. Même si le film suit une narration assez classique, au fond j’ai beaucoup aimé l’originalité de l’ensemble et la façon dont tout cela fonctionne. Je ne suis pas forcément fan des films qui repose trop sur la performance de ses acteurs, mais cela reste assez touchant à certains moments ce qui est donc assez agréable dans son ensemble. Finalement, ce petit film qui ne mange pas de pain saura en divertir plus d’un même si j’ai personnellement été un brin déçu.

Note : 5/10. En bref, le casting est pour beaucoup dans la semi-réussite de ce drame sans grande originalité.

Date de sortie : inconnue - Directement en DVD

Commenter cet article