Eyewitness (US) (Saison 1, 10 épisodes) : la difficulté du remake

Eyewitness (US) (Saison 1, 10 épisodes) : la difficulté du remake


Eyewitness est à la base une série norvégienne, qui n’avait pas besoin de remake. Cette adaptation, écrite par Catherine Hardwicke, à qui l’on doit notamment l’adaptation de Twilight au cinéma, n’est pas mauvaise mais n’est pas brillante non plus. Dans sa façon de mélanger les ingrédients, Eyewitness n’est pas toujours efficace, d’autant plus qu’elle ne sait pas vraiment ce qu’elle veut être, à mi chemin entre les conneries d’un soap de primetime et une série policière d’une chaîne câblée. Si je peux comprendre l’envie d’USA Network de s’investir dans ce remake (qu’ils ont commandé un peu à l’aveugle), le résultat n’est pas toujours intéressant. L’avantage de Eyewitness est de dépeindre l’Amérique profonde. Tant dans la mise en scène un peu poisseuse et verdâtre que dans le script, on retrouve la vie rurale américaine dans toute sa splendeur avec son lot d’histoires qui pour certaines ne valent pas vraiment le coup. Eyewitness repose sur deux choses : deux adolescents témoins d’un meurtre qui doivent échapper au tueur et l’homosexualité de ces deux adolescents dans un endroit des Etats-Unis où l’acceptation et la tolérance vis-à-vis des homosexuels n’est pas aussi grandes que dans des grandes métropoles. A certains moments, la série donne l’impression au fil des épisodes qu’elle s’est lavée de tout un tas de choses et donc qu’elle a un peu perdu de sa superbe. C’est un drame mystérieux intéressant mais quand on connaît l’histoire, que l’on a déjà vu plusieurs fois, on se rend compte qu’Eyewitness n’a pas grand chose de neuf à offrir.

La série originale souffrait plus ou moins de certains problèmes similaires. Elle n’était pas brillante non plus et avait parfois du mal à nous mettre dans le bain de ce qu’elle avait envie de raconter. L’identité de la série est même un peu étrange, mélangeant la série policière un peu soap d’ABC avec quelque chose qui cherche plus à ressembler à The Killing. Sauf que ce n’est pas spécialement ce que l’on cherche non plus. Eyewitness avait besoin d’un vrai équilibre qu’elle a énormément de mal à trouver. Grâce à son décor forestier, la série joue alors sur la petite ville dans laquelle s’est déroulée quelque chose de terrible. On a déjà vu ça des dizaines de fois, en mieux, à la télévision. Mais d’un autre côté, il n’y a pas besoin d’être trop original pour réussir non plus. Après tout, Eyewitness a des qualités dans sa façon de jouer avec la place de chacun des personnages. Dans Eyewitness, certains personnages jouent un rôle qui peut avoir bien plus de conséquences que d’autres et c’est là que les choses commencent à prendre racine. Mais elles ne prennent pas totalement racine pour autant non plus. La série joue trop sur le fait que tout le monde est sensé se connaître à Tivoli (New York) alors qu’au fond, ce n’est pas spécialement le cas dans la réalité.

La relation entre les deux garçons (héros) évolue au fil des épisodes alors que l’un est déjà ouvertement gay et l’autre a énormément de mal à s’accepter et à imaginer faire son coming out. Les gros sabots sont alors de mise afin que Eyewitness puisse faire passer l’acceptation de soi etc. Mais derrière ses gros sabots, on retrouve les faiblesses de la série et c’est bien là le problème ici. Si ces deux garçons sont importants dans l’histoire, les acteurs manquent parfois un peu de charisme et ont du mal à s’imposer comme des héros à part entière. Fort heureusement du coup que d’autres personnages jouent un rôle important. Notamment le FBI qui est lui aussi impliqué. On ajoute à cela un dealer d’héroïne qui tente de protéger sa fille d’un pédophile ou encore le gang de biker local, sans parler de la mère accro à la drogue de Philip, etc. et nous avons Eyewitness ou bien le soap classique qui empile les intrigues sur les intrigues en pensant que c’est ce qui va donner corps à la série. Sauf que ce n’est pas du tout ça qui fonctionne vraiment dans la série. Bien au contraire. Au début de la saison, Eyewitness ne prend pas son temps et préfère tout nous balancer d’un coup sauf que cela casse la narration à un moment donné. En effet, rapidement on sent les scénaristes fatigués et un peu en panne d’inspiration.

L’évolution de l’histoire tourne alors au ralenti et le téléspectateur s’ennui un peu dans le creux de la vague. Eyewitness veut trop en raconter et s’égare donc entre une galerie de personnages différents dont la seule richesse est d’être nombreux. Bien entendu nous avons certains personnages qui fonctionnent comme Nicholson et permettent de tenir le tout plus ou moins bien mais je m’attendais vraiment à tout autre chose, à ce que Eyewitness ne soit pas un soufflé qui retombe aussi rapidement qu’il est venu à nous.

Note : 5/10. En bref, une série qui a du mal à équilibrer les choses malgré de bonnes idées.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Sarah 20/12/2018 21:36

Je suis pas du tout d’accord . Les 2 acteurs principaux jouent très bien et on croient vraiment à cette histoire d’amour entre Luka et Philippe.
Moi j’ai beaucoup aimé .