Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baskets (Saison 2, 10 épisodes) : clown un jour, clown toujours

26 Mars 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Baskets

Baskets (Saison 2, 10 épisodes) : clown un jour, clown toujours


Que dire de cette adorable série si ce n’est qu’elle sait appuyer où ça fait mal quand elle le veut. Cette seconde saison de Baskets n’a pas toujours brillé, oscillant entre de brillants épisodes et d’autres qui démontrent que l’équilibre n’est pas toujours trouvé, mais il y a des trucs comme « Reverie » qui viennent rappeler pourquoi Baskets fonctionne, pourquoi le côté torturé du héros est ce qu’il y a de plus touchant et combien il est difficile pour Chip d’être le clown dont il a toujours rêvé et que les autres vont adorer. « Freaks », le premier épisode de la saison nous offrait une décevante entrée en matière. J’avais peur qu’après cette brillante première saison, Baskets ne soit pas à la hauteur de mes attentes. Par chance, au travers de seulement dix épisodes, et nous dirons de six épisodes remarquables sur ces dix, on se rend compte de l’intérêt de cette série et de ses capacités. L’un des meilleurs épisodes de la saison est « Fight ». Cet épisode est hilarant du début à la fin, tout en conservant le côté parfois un peu touchant des choses. C’est très étrange comme sentiment car le côté doux-amer de Baskets est sûrement l’un de ses plus grands atouts. Le face à face de Chip et Dale fonctionne tellement bien qu’il vient aussi rappeler pourquoi Baskets est une vraie (bonne) comédie. Que ce n’est pas une série qui est là pour se moquer de nous.

Le clown a beau être triste, la série sait jouer très justement de tout ça et nous offrir des épisodes plus légers comme celui-ci où tout part en cacahuète mais où Baskets fonctionne tout d’un coup beaucoup mieux. C’est parfois facile d’oublier que Baskets peut être une série très drôle. Son ton mélancolique nous sort justement de l’angle comique, mais c’est toujours bien de le rappeler ponctuellement. Ce n’est pas que « Fight » qui est drôle dans cette saison, c’est tout un tas d’autres petits moments mais c’est sûrement l’épisode le plus emblématique et mon épisode préféré de la saison par la même occasion. Même mieux que le dernier épisode de la saison qui est pour moi l’un des plus tendres. Il faut dire qu’il y a  une vraie belle association de choses dans cette histoire et notamment des personnages. La série a su grandir cette année, développant de nouvelles histoires, malgré la perte de certains, et l’arrivée d’autres. Il y a une vraie synergie qui s’est créée là dedans. Christine et Ken sont devenus intéressants l’un pour l’autre et pour nous. Jusqu’au bout, la série a su faire quelque chose qui sort du commun. C’est aussi pour ça que Baskets ne pouvait pas se retrouver sur une autre chaine que sur FX. FX c’est la maison de ces comédies un peu borderline, qui n’entrent dans aucun moule.

Le dernier épisode de la saison était quant à lui solide comme un roc, proposant à la fois quelque chose de touchant mais plus encore. En voulant raconter tout un tas de choses, Baskets aurait rapidement pu s’égarer mais c’est sans compter sur le talent de Zack Galifianakis qui parvient encore et toujours à créer quelque chose de différent et plus original que prévu. Sincèrement, je ne m’attendais pas du tout à ce que cette seconde saison puisse confirmer tout le bien que je pensais de la série l’an dernier. Ce n’est pas facile de toujours être au sommet mais Baskets a plutôt bien réussi son pari et c’est pour ça que j’ai déjà hâte de voir la saison 3. Cette saison 2 a décidé de se concentrer sur comment faire mieux soi-même et comment parvenir à garder les pieds sur terre dans une vie qui part en sucette. Chip a réussi cette année à échapper à une vie de SDF et a su redécouvrir sa passion de clown. Christine a enfin su sortir un peu des bras de sa famille tout en les aidant encore malgré tout. Dale a tout perdu mais a su apprendre le respect et l’humilité à sa façon. La famille Baskets est vraiment une famille pas comme les autres et c’est probablement pour ça que cette saison 2 fonctionne si bien malgré quelques épisodes un brin plus décevants. Mais je pourrais citer aussi « Denver » (2.07) ou même « Funeral » (2.08) comme des épisodes qui prouvent encore que la comédie noire n’est pas morte.

Note : 7.5/10. En bref, une seconde saison qui confirme les qualités de la première.

Commenter cet article