Critique Ciné : Mission Impossible - Fallout (2018)

Critique Ciné : Mission Impossible - Fallout (2018)

Mission Impossible : Fallout // De Christopher McQuarrie. Avec Tom Cruise, Henry Cavill et Rebecca Ferguson.


Avec ce sixième volet, Christopher McQuarrie (scénariste de la franchise depuis le précédent volet « Rogue Nation ») hérite une nouvelle fois de la mise en scène. Si chaque volet de la saga proposait quelque chose de différent, donnant presque l’impression de voir un reboot, ce Mission Impossible : Fallout fait quelque chose de complètement différent et décide de donner une suite à « Rogue Nation » en redonnant à Christopher McQuarrie les rênes de la franchise. Il prend alors en compte les évènements du film précédent avec le retour de Sean Harris sous les traits de Solomon Lane mais aussi du troisième volet de la saga avec le retour de Michelle Monaghan. Le scénariste est agile mais il démontre aussi des qualités de metteur en scène une fois de plus en nous plongeant cette fois-ci à Londres et Paris principalement pour arrêter une attaque terroriste qui n’est pas sans reprendre les préceptes du Syndicat dans le volet précédent mais aussi avec le nom d’Apôtres. En tant que grand fan de la franchise que je suis, je dois avouer que Tom Cruise reste le leader incontesté que ni rien ni personne ne semble être capable d’arrêter (même dans les situations les plus dramatiques).

Les meilleures intentions finissent souvent par se retourner contre vous…
Dans MISSION : IMPOSSIBLE – FALLOUT, Ethan Hunt accompagné de son équipe de l’IMF – Impossible Mission Force et de quelques fidèles alliées sont lancés dans une course contre la montre, suite au terrible échec d’une mission.

Dans le fond comme dans la forme, ce sixième volet marque une volonté de la part de la production de durcir le propos. Le film se rapproche donc plus des derniers James Bond que des Mission Impossible de John Woo, J.J. Abrams ou encore Brad Bird. Mais cela ne veut pas pour autant dire que l’ambiance changeante dénature le reste. Le film est alors mené tambour battant en ne laissant jamais rien au hasard, ni action ni révélations (qui pour certaines sont un peu trop prévisibles à mon goût et c’est dommage). Plus froid et granuleux que « Rogue Nation », je trouve dommage que Christopher McQuarrie ne soit pas autant resté dans la même veine mais cela n’en fait pas pour autant un volet raté de la saga. Bien au contraire, il s’agit probablement de l’un des meilleurs qui, associé avec le précédent, permet de former un vrai duo détonnant. Mission Impossible : Fallout n’oublie pas non plus les émotions et propose alors quelque chose de très intéressant de ce point de vue là, attirant notre attention sur le fait que Ethan Hunt est très attaché aux gens qu’il aime. L’épilogue en voix off de Angela Bassett à la fin symbolise parfaitement pourquoi on a besoin de Mission Impossible au cinéma et pourquoi un Mission Impossible 7 n’est qu’une formalité.

Note : 9/10. En bref, plus dur et plus rocailleux que le précédent, mais tout aussi percutant et efficace.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article