Critiques Séries : Press. Mini-series. Part 1 (UK)

Critiques Séries : Press. Mini-series. Part 1 (UK)

Press // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Press est un peu la suite moderne de The Hour (BBC Two, qui a sévit deux saisons entre 2011 et 2012), alors que la série nous plonge directement dans le monde des médias papiers avec ses évolutions difficiles et son futur incertain, alors que dans le coup de Press, il y a des scandales passés qui viennent toujours noircir le tableau de l’ère digitale en plein essor qui est une vraie opportunité pour eux de sortir la tête de l’eau. Le seul truc avec Press c’est que ce n’est pas la série que j’ai envie absolument de voir toutes les seules mais malgré tous les défauts que la série peut avoir, elle reste sympathique à suivre dans son ensemble. Créée par Mike Bartlett (Doctor Foster), la série nous plonge dans un univers bien à elle, qui tente de dépeindre l’univers d’un journal comme si l’on suivait ceux qui font plus la page 15 du journal que les articles les plus intéressants. La série manque de punch et surtout de quelque chose pour nous permettre de nous donner l’impression de comprendre où est-ce que cela veut en venir. Duncan Allen est un personnage intéressant, la tête de The Post, une sorte de Sun / Mirror / Star, mais en version un brin moins populaire.

Dans le monde des journalistes, Press suit leur quotidien entre scandales, l’avènement de l’ère digitale et de son futur incertain.

Si le casting est plutôt sympathique dans son ensemble, je dirais que la série ne brille pas toujours dans tous les domaines. Elle veut faire des tas de choses différentes, mais elle cherche un équilibre entre toutes ses intrigues et ses personnages qu’il est vraiment difficile de trouver par moment. Cela ne fait pas pour autant de Press une mauvaise série, bien au contraire, car il y a de quoi donner envie de revenir. De plus, le créateur semble plutôt bien connaître son univers ce qui est une très bonne chose. Et certains moments de cet épisode donnent l’impression que l’on est devant un sous Romeo et Juliette, ce qui n’est pas toujours une très bonne chose. Charlotte Riley de son côté apporte un certain charme féminin, sans pour autant que cela ne soit particulièrement exceptionnel non plus. Et c’est un peu comme ça durant tout ce premier épisode, alors que Press a beaucoup de mal à trouver comment aller de l’avant, comment nous donner envie de revenir malgré tout ce que la série peut trouver. Finalement, Press pourrait être un peu plus passionnée dans ce qu’elle veut faire et ainsi nous donner l’envie de revenir.

Note : 4.5/10. En bref, peut mieux faire.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article