Critique Ciné : Climax (2018)

Critique Ciné : Climax (2018)

Climax // De Gaspar Noé. Avec Sofia Boutella, Romain Guillermic et Souheila Yacoub.


Mais qui a mis du LSD dans la sangria ? Telle est la question et il faudra attendre la fin du film pour le savoir. Mais Gaspar Noé, réalisateur fascinant et fasciné, ne parvient pas encore une fois à faire un film aussi brillant que son Irréversible (qui restera la seule oeuvre de sa vie réellement réussite pour le moment). Mais Climax est truffé d’idées saugrenues qui collent parfaitement à l’esprit torturé de son réalisateur. Climax est grandement aidé par ceux qui l’entoure, que cela soit des danseurs ou encore Kiddy Smile en guise de DJ. Ce dernier apporte la musique qu’il faut et nous fait voyager. C’est d’ailleurs cette partie là qui fonctionne le plus, le mélange de musique et de visuels qui parviennent à nous happer. Sauf que Climax a quelques longueurs qui ne permettent pas toujours de passer le bon moment recherche. Certes, Gaspar Noé cherche ici à raconter une vraie métaphore existentielle, à sa façon, où l’on recherche constamment une certaine forme de plaisir mais qui dépend toujours des autres. C’est là que la drogue désinhibe complètement ses personnages et nous offre tout un tas de bonnes surprises. Il y a donc un monde, qui nous échappe, et l’on est comme mis au bord du précipice afin de savoir si l’on est capable de sauter ou non, pour venir confirmer la citation du film selon laquelle mourir est une expérience extraordinaire.

Naître et mourir sont des expériences extraordinaires. Vivre est un plaisir fugitif.

Toujours aussi inspiré et proche de Kubrick dans sa façon de faire, Gaspar Noé tente alors de proposer des choses différentes de ses oeuvres précédentes tout en restant très attaché à des éléments graphiques qui font sa renommée. On a donc des morts, des révélations assez gore et du sexe. Mais ce qu’il manque cruellement à Climax c’est le sentiment que ce qui est montré à l’écran est sensé avoir un impact. Car dès que le film tente de discuter (et il y a la première partie pour cela), Climax fait surtout état de la situation actuelle et de la jeunesse perdue, qui tente de trouver une façon de s’échapper entre la drogue, la fête, le sexe, etc. Les vidéos du début du film sont pourtant un passage important afin de voir comment tous ces personnages ont évolué et une révélation importante en découle (et permet alors de comprendre la fin de façon bien plus intéressante). Climax est alors une sorte de carnaval « Freakshow » où le mauvais oeil du réalisateur vient toujours se glisser où il ne faut pas. Je ne sais même pas si j’ai véritablement apprécier totalement ce film mais j’en garde un joli souvenir, surtout pour la musique et pour la mise en scène tant Climax est avant tout une expérience sensorielle, et pas vraiment une expérience de cinéma comme les autres.

Note : 7/10. En bref, intéressant et curieux.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article