No Te Puedes Esconder, À découvert (Saison 1, 10 épisodes) : course contre la montre

No Te Puedes Esconder, À découvert (Saison 1, 10 épisodes) : course contre la montre

En creusant Netflix et ma liste, je continue de découvrir des séries sympathiques que j’avais mises de côté. C’est le cas de No Te Puedes Esconder, un thriller sous adrénaline en dix épisodes. Produite pour Telemundo, les droits ont été achetés par Netflix afin de la diffuser à l’internationale. No Te Puedes Esconder c’est une série à laquelle je ne m’attendais pas du tout, un savoureux mélange entre Taken et 24 où de nombreuses histoires s’entremêlent pour former un ensemble particulièrement efficace sur la durée. Créée par Marcos Santana (La Reine du Sud, Le détenu), la série installe plutôt rapidement son histoire. Dès le premier épisode, on suit en parallèle la fuite de notre héroïne avec sa fille en Espagne et sa nouvelle vie. Mais rapidement, le danger vient de nouveau frapper à la forte de ces deux femmes. Afin de créer des rebondissements efficaces, la série introduit une salve de personnages dont les petits secrets vont se délier petit à petit. No Te Puedes Esconder a donc tout d’une sorte de soap par moment mais efficace où l’action est omniprésente et où les révélations n’ont de cesse de nous embarquer dans de nouvelles aventures. 

 

Une infirmière fuit le passé de trafiquant de drogue de son mari avec sa fille. Elles changent de pays et de nom, mais sont vite rattrapées par le danger.

 

No Te Puedes Esconder aurait cependant pu être plus efficace rapidement. Même si le départ est réussi, il faut tout de même laisser à la série sa chance sur la longueur afin de l’apprécier complètement. Sans m’en rendre compte j’ai enchaîné les dix épisodes en une seule journée alors que le mélange des personnages, des décors et des histoires m’a accroché comme à une certaine époque 24 pouvait le faire. Certains personnages sont forcément têtes à claques (notamment la fille Molina qui est aussi charismatique qu’une plante verte) mais la série trouve un moyen intelligent de ne pas trop leur donner de place ou de nous réveiller avec des intrigues un peu plus efficaces en parallèle. 

 

On sent l’inspiration de départ de No Te Puedes Esconder qui reste clairement celle des telenovela mexicaines où l’action, la vengeance, l’extorsion, l’argent, le pouvoir font le succès. No Te Puedes Esconder ajoute alors une intrigue politique avec un politique peu scrupuleux qui aime les jeunes filles et dont la femme a été assassinée. Il y a aussi Alex, le photographe « des morts » dont la prestation laisse toujours présager qu’il ne dit pas tout sur lui et qu’il est clairement un vrai vilain dans cette histoire. Les femmes sont les têtes fortes de No Te Puedes Esconder pendant que les hommes sont tous plus ou moins peu intelligents. Les femmes sont ici les victimes et les vraies héroïnes ce qui ne gâche pas forcément le plaisir, mais pourquoi à chaque fois il faut faire des hommes des personnages faibles en ce moment ? 

 

Au fil des épisodes, les révélations s’accumulent et la série peut enfin révéler certains éléments. Cela ne veut pas dire qu’il y a quelques longueurs (qui ne se ressentent pas forcément sur la longueur quand on enchaîne les épisodes). En seulement dix épisodes, No Te Puedes Esconder nous offre un divertissement plutôt réussi dans son ensemble qui pourrait vous plaire si vous êtes à la recherche d’un thriller de vengeances en tout genre, reprenant des éléments à Taken et 24 pendant votre confinement…

 

Note : 6/10. En bref, une série efficace, menée comme un thriller d’action. Il y a quelques longueurs mais vous n’y ferez pas attention et dévorerez rapidement les dix épisodes.

 

Envie de soutenir mon site Internet pendant cette période difficile ? Avec tout mon amour... 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article