Welcome to the Blumhouse : Le Mauvais Oeil (2020, Amazon Prime)

Welcome to the Blumhouse : Le Mauvais Oeil (2020, Amazon Prime)

Welcome to the Blumhouse : Evil Eye - Le Mauvais Oeil // De Elan Dassani et Rajeev Dassani. Avec Sarita Choudhury, Sunita Mani et Bernard White.

 

Blumhouse a toujours montré son envie de créer des films d’horreur autour de cultures totalement différentes. Depuis le succès de Get Out, on est loin des Paranormal Activity et je dois avouer que cela fait plaisir. Pour autant, Evil Eye n’est clairement pas ce que j’espérais. Elan et Rajeev Dassani (Jinn, Covert Affairs) nous pondent avec Evil Eye une sorte de sous production dont l’idée a sûrement été tirée au sort. Elle reprend la classique réincarnation du Mal au travers d’une histoire d’amour. Avec un titre pareil, je dois avouer que je m’attendais à un film d’horreur avec de vraies séquences terrifiantes mais rien ne va. Le film se contente de scènes assez mornes et de moments peu inspirés pour nous conduire petit à petit à un twist final plus que prévisible. Madhuri Shekar adapte ici son propre roman audio mais perd rapidement la crédibilité d’un récit de départ qui avait tellement de choses à faire pour pouvoir nous surprendre. La plus gros erreur de Evil Eye est clairement sa mise en scène qui donne l’impression de voir un thriller romantique que l’on pouvait retrouver dans les étals d’un Cash Converter dans les années 2000.

 

Une mère est persuadée que le nouveau compagnon de sa fille est en réalité la réincarnation de l'homme qui a tenté de la tuer trente ans auparavant.

 

Le fait que la mise en scène soit peu inspirée n’aide donc pas à croire au côté démoniaque de Evil Eye. D’autant plus que ce genre de récit a déjà été fait de nombreuses fois (en beaucoup mieux). C’est sur Sunita Mani que tout repose et l’actrice vue récemment dans GLOW (Netflix) ou Mr Robot (FX) parvient par moment à nous attacher à un personnage plutôt creux. C’est donc sur elle que repose tout Evil Eye et bien qu’elle soit convaincante, le scénario et les dialogues stériles n’aident pas toujours à faire de l’ensemble quelque chose de palpitant. On sent donc que le casting de Evil Eye est bon mais que le scénario ne lui donne rien de bien intéressant à jouer alors que la culture indienne avait clairement de quoi fournir suffisamment d’éléments intéressants pour créer un univers horrifique original. Avec une mise en scène peu inspirée reprenant à droite et à gauche tout un tas de trucs déjà vus au milieu de personnages qui n’ont pas grand chose à raconter, Evil Eye se transforme en drame romantique qui a plus l’étoffe d’un soap de Tyler Perry que d’un réel film d’horreur. 

 

Note : 4/10. En bref, il ne fallait pas attendre grand chose d’Evil Eye et même si par moment c’est correct, c’est un loupé fatal. 

Date de sortie : 6 octobre 2020 - Directement sur Amazon Prime Video

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article