Critique Ciné : Fire Island (2022, Disney+)

Critique Ciné : Fire Island (2022, Disney+)

Fire Island // De Andrew Ahn. Avec Joel Kim Booster, Bowen Yang et Margaret Cho.

 

Une bande d’amis gay partent tous les ans à Fire Island, une destination gay. Il y a tous les poncifs du genre qui passent sous l’oeil de la caméra et sincèrement je me suis bien ennuyé. La bande d’amis est déjantée mais n’offre jamais les surprises que l’on a envie d’attendre et l’émotion ne décolle donc jamais. Andrew Ahn (Andy, Genera+ion) se contente de mettre en scène Fire Island comme n’importe quel téléfilm de seconde zone d’une plateforme de streaming ce qui ne permet pas d’apporter au film ce côté indépendant que je m’attendais à découvrir. Les intrigues sont toutes bien trop prévisibles pour créer quelconque engouement alors que le but est ici d’adapter de façon moderne le roman de Jane Austen : Orgueil et Préjugés. On retrouve certes les thématiques du livre mais elles ne sont jamais vraiment creusées, rendant le tout moins palpitant et percutant que le roman d’origine. Les personnages ne sont quant à eux pas vraiment attachants ce qui ne permet pas de créer un lien entre le spectateur et le récit facilement.

 

Se déroulant sur l’île de Fire Island – la fameuse destination gay à quelques encablures de Long Island (New York) – le film est une comédie romantique actuelle et décomplexée offrant une vision de l’homosexualité et de l’amour ancrée dans la modernité et la diversité. Fire Island raconte la semaine de vacances de deux meilleurs amis, arrosée au vin bon marché et rythmée de moments festifs entre potes de toujours et nouvelles connaissances.

 

Etant donné que les personnages ne communiquent pas vraiment entre eux, Fire Island patine afin de faire décoller son histoire qui n’offre rien de plus qu’un étalage de stéréotypes en tout genre. Au début, Fire Island ressemble à une comédie puis une comédie dramatique et enfin une comédie romantique. Tout se mélange au fil des minutes qui passent sans que cela ne soit réellement intéressant. J’ai eu énormément de mal à m’intéresser à ce que le film racontait et ce n’est pas faute d’avoir eu envie de le faire. Il y a donc de la drogue, de l’alcool, du sexe et des clichés mais rien qui n’a vraiment retenu mon attention. Une fois de plus, Fire Island fait partie de ces films qui ont du mal à représenter l’homme gay actuel et contemporain. Je m’attendais à découvrir quelque chose de plus amusant et plus léger mais il n’y a rien dans ce film de vraiment intéressant. Si vous avez envie de perdre votre temps alors Fire Island est probablement fait pour vous mais je suis complètement passé à côté. Je préfère retourner en France à nos Crevettes Pailletées.

 

Note : 2/10. En bref, des clichés dépassés et une histoire pas très palpitante. Dommage.

Disponible sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article