Inside Man : l’homme de l’intérieur (Mini-series, 4 épisodes) : à ne plus rien y comprendre

Inside Man : l’homme de l’intérieur (Mini-series, 4 épisodes) : à ne plus rien y comprendre

Comme souvent chez Steven Moffat, si vous tournez la tête une minute vous allez louper toute l’histoire. Durant les quatre épisodes d’Inside Man, il ne faut jamais lâcher votre écran au risque de passer à côté d’éléments importants qui vous feront passer à côté de la série. Mais qui dit Steven Moffat et casting cinq étoiles ne dit pas forcément grande série. La seule chose qui réussi à sortir la série de son gloubiboulga assez indigeste c’est Stanley Tucci. Ce dernier brille du début à la fin d’Inside Man, jusqu’à proposer à sa sauce ce qui ressemble à Hannibal Lecter. Le personnage de Tucci a un vrai truc à proposer alors que David Tennant de son côté n’offre rien que du vide. Ce n’est pas que l’acteur est mauvais, juste qu’il en fait des tonnes à cause du scénario et que celui-ci ne fait que le desservir.

 

Un prisonnier dans le couloir de la mort aux Etats-Unis et une femme enfermée dans la cave d’un presbytère anglais se croisent de manière inattendue.

 

La connerie de Inside Man c’est que la série est bête jusqu’au bout. Elle cherche à se complexifier du début à la fin sans que cela soit justifié. L’excellent casting de la série se retrouve donc piégé sur un bateau qui coule d’épisodes en épisodes. Steven Moffat a une bonne idée de départ mais en ne sachant pas quoi en faire, il tombe rapidement dans les pièges qu’il connait pourtant si bien. Notamment ce climax sensé être surprenant et qui fini par ne ressembler qu’à une vaste farce. Inside Man ressemble à une mauvaise recette faite un dimanche soir avec les restes disponibles dans le frigo qu’une série française a appelé le « fourre-y-tout ». C’est exactement le ressenti que j’ai eu à l’issue de ces quatre épisodes qui n’offrent rien en dehors d’un manque cruel de créativité. Le vide qu’incarne Inside Man tente de se cacher derrière de mauvaises idées sans grande envergure si ce n’est celle de mettre de la poudre dans les yeux des téléspectateurs.

 

Au début, je pensais que Inside Man pourrait être une bonne petite série amusante, à la manière d’une série comme Fargo mais c’est tellement complexe (et pour rien) que cela n’a jamais de sens. C’est improbable dès le premier épisode. Beaucoup de thrillers du genre tournent autour de personnages stupides qui décident de faire des choses stupides dans la fureur du moment sans chercher à comprendre quelles seraient les conséquences. Steven Moffat accepte que tous les personnages de sa série soient crétins sauf que cela n’en fait pas des personnages que l’on a envie de suivre. Il y a ce côté humour noir qui ne colle pas du tout avec les éléments plus sérieux que la série tente de développer. Certaines scènes sont tellement déconnectées du reste que je me suis demandé ce que j’étais en train de regarder. Lorsque Jefferson Grieff parle du fait que tout le monde est plus ou moins un tueur en série en devenir, rien ne prend sens car tout est mal amené.

 

C’est de cette façon que Inside Man apparaît être la pire création de Steven Moffat depuis des années. Il veut mélanger deux séries en une (voire trois) sans savoir comment créer le liant qui va permettre à la fin d’associer deux histoires totalement différentes. Si vous avez du temps à perdre alors Inside Man est parfaite pour vous sinon ne prenez pas la peine de venir jeter un oeil c’est juste désolant.

 

Note : 2/10. En bref, un bordel sans intérêt qui devient rapidement aussi compréhensible qu’un puzzle dont il manquerait la moitié des pièces.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article