Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Albator, Corsaire de l’Espace

14 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21045968_20131002122115037.jpg

 

Albator, Corsaire de l’Espace // De Shinji Aramaki. Avec Shun Oguri, Haruma Miura et Yû Aoi.


Albator : Corsaire de l’Espace ce n’est pas vraiment ma génération mais sans préjugés j’ai donc vu ce film d’animation. Le sentiment que j’ai eu à son issue c’est le fait que c’était un peu trop long. Amputé d’une bonne demie-heure le film aurait probablement été plus intéressant, plus efficace. Ce qui fonctionne donc avant tout c’est l’aspect visuel de ce film qui est assez époustouflant. Pour ce qui est de l’histoire, bien que je n’avais aucune réserve, j’ai été extrêmement déçu. Je me suis donc ennuyé terriblement par moment alors que l’on sent que le film ne sait pas trop quoi faire pour avancer. Ce qui est vraiment dommage car c’est visuellement à tomber parterre. Justement, je pense quand sans ce visuel, ce film aurait été l’un des plus mauvais films d’animation que j’ai pu voir depuis un bout de temps. Il aurait en effet été bien difficile de pardonner à ce film tout ce qu’il peut faire d’assez redondant dans son histoire. Du coup, on se laisse avant tout porter par un visuel époustouflant qui parvient à nous surprendre par des scènes assez impressionnante. Le scénario qu’il y a derrière fourmille aussi d’idées qui ne sont malheureusement pas très bien exploité. C’est le souci des histoires qui veulent trop en dire et se complexifier la tâche sans véritable raison.

2977. Albator, capitaine du vaisseau Arcadia, est un corsaire de l’espace. Il est condamné à mort, mais reste insaisissable.  Le jeune Yama, envoyé pour l’assassiner, s’infiltre dans l’Arcadia, alors qu’Albator décide d’entrer en guerre contre la Coalition Gaia afin de défendre sa planète d’origine, la Terre.

Je sais bien que je ne suis pas de la génération Albator et que forcément, le coeur de cible n’est pas les plus jeunes mais cela ne veut pas pour autant dire qu’il faut chercher à nous raconter tout un tas de trucs dans ce fourbi qui a énormément de mal à délier tout ce qu’il cherche à nous dire. Du coup, on reste sur notre faim avec cette impression que l’histoire manque cruellement de profondeur. J’ai vraiment eu l’impression que la complexité de l’histoire cachait enfin fait la misère et le vide. Je ne connais rien de la saga originale et je ne peux donc pas jouer la carte de la comparaison mais étant donné que c’est culte, je suppose que le scénario de Albator : Corsaire de l’Espace est une sorte d’insulte au côté culte de l’univers. Shinki Aramaki qui avait déjà pu mettre en scène Appleseed trouve ici un nouveau jouet avec lequel s’amuser. Malgré un scénario confus, sans véritable direction, il parvient à nous faire rêver. Je pense que je jalouse un peu ceux qui ont adoré cette saga quand ils étaient plus jeunes et qui retrouvent ici l’émerveillement visuel. Le plaisir n’est donc pas totalement gâché par tous ces retournements de situation sans grand intérêt qui alourdissent le film plutôt qu’autre chose.

Je ne suis pas non plus un fan absolu de l’univers d’Albator (en tout cas, ce qui m’est présenté ici ne me fait guère frétiller) et du coup, je suis passé à côté de la plupart des choses que le film cherche à nous dire. Cette narration manque donc cruellement de fluidité et pour pénétrer un univers, il faut bien que les dialogues et le scénario soient beaucoup plus efficaces, plus fluides, moins pompeux. En faisant quelques petites recherches sur Albator : Corsaire de l’Espace, je suis tombé sur le fait que le créateur a validé ce reboot. Avec un tel film, on ne retrouve donc probablement pas l’âme du créateur et de ses personnages. Alors que je suppose que cela aurait été intéressant de justement, derrière cette délirante cascade de moyens, faire quelque chose de plus humain, plus touchant. Après tout, un spectateur a aussi envie d’être touché par ce qu’il voit sur grand écran et même si je n’ai pas été le voir au cinéma (je ne le regrette pas du tout) je dois avouer que j’ai du mal à comprendre où est-ce que Albator : Corsaire de l’Espace voulait donc en venir.

Note : 4.5/10. En bref, visuellement magique mais au scénario complètement raboté aux twists ridicules et à un manque cruel d’âme.

Date de la sortie : 25 décembre 2013

Commenter cet article