Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : De Toutes Nos Forces, leçon de courage

1 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

564759.jpg

 

De Toutes Nos Forces // De Nils Tavernier. Avec Jacques Gamblin, Alexandra Lamy et Fabien Héraud.


Nils Tavernier, déjà à l’origine de L’Odyssée de la vie pour France 2 met ici son coeur et son âme pour un film racontant une belle leçon de courage. Cependant, dans le portrait brossé, le film oublie certaines choses et c’est dommage car il y a tant de choses à raconter justement autour de cette belle histoire. Le conflit familial est résolu en un tour de manche et puis les problèmes relationnels semblent trop simplistes. On a l’impression que d’un coup de baguette magique le père et le fils se retrouvent alors que dans la réalité cela aurait certainement pris plus de temps. Je sais bien que le film ne doit pas dépassé un certain temps mais n’aurait-il pas mieux fallu s’attarder sur l’aspect familial et les enjeux d’une telle course pour une famille en train de partir en lambeaux qui voit ici la dernière lueur raviver la flamme. Le film cherche donc avant tout à faire la publicité de cet évènement sportif que préparent Paul et Julien sauf que justement, la préparation physique était bien plus importante que l’escapade finale. C’est dommage car le film est touchant et arrosé de bons sentiments comme il se doit mais ce n’est pas toujours très bien placé tout simplement.

Comme tous les adolescents, Julien rêve d’aventures et de sensations fortes. Mais lorsqu’on vit dans un fauteuil roulant, ces rêves-là sont difficilement réalisables. Pour y parvenir, il met au défi son père de concourir avec lui au triathlon « Ironman » de Nice: une des épreuves sportives les plus difficiles qui soit. Autour d’eux, c’est toute une famille qui va se reconstruire pour tenter d’aller au bout de cet incroyable exploit.

Le problème c’est qu’avec la richesse du sujet, il y avait de quoi faire un très beau film sur le handicap et l’impact que cela peut avoir dans une famille. Je suis persuadé que Paul n’est pas le seul père qui a délaissé son fils car celui-ci n’était pas comme les autres. Nils Tavernier délivre donc de l’émotion en pagaye, de jolis moments plein de sincérité, mais peut-être est-ce trop en faire aussi. On n’a pas envie de s’apitoyer sur le sort de ce gamin alors du coup de voir le jeune Julien sourire, forcément procure au spectateur une belle petite vague d’émotions. Le film se veut aussi trop gentil avec ses personnages et c’est pourquoi on ne ressent pas vraiment la dureté de cette course. Je ne connaissais pas auparavant mais quand l’on nous dit dans le film que Paul n’a jamais terminé la course quand il était plus jeune, alors je suppose que ce n’est pas une mince affaire. Mais le film ne creuse pas grand chose et les artifices sont multiples. Tout est bon pour procurer quelques larmes. Des larmes que j’ai fait couler moi aussi, comme beaucoup de spectateurs j’en suis certain.

Cependant, je ne remets pas en cause Nils Tavernier. On sent que ce dernier a voulu faire un joli film et y a mis tout son coeur dedans. De même que Jacques Gamblin, Alexandra Lamy (que j’ai trouvé bluffante dans le rôle de cette mère qui va reprendre goût à la vie quand son mari va enfin passer du temps avec son fils) et puis Fabien Héraud, ce fabuleux jeune garçon qui gardera la patate tout au long du film même quand l’histoire veut qu’il baisse les bras. Rapidement, j’ai eu l’impression de suffoquer. Le film en fait simplement un peu trop et c’est dommage. Avec plus de nuances dans le scénario, cela aurait très probablement pu donner un truc assez intéressant et réussi mais malheureusement ce n’est pas totalement le cas. Je suis donc en partie déçu mais séduit par Alexandra Lamy que je n’ai pas l’habitude de voir dans d’aussi bon rôles, Jacques Gamblin aussi est surprenant et qui porte tout de même sur les épaules un rôle assez important.

Note : 6/10. En bref, parfois artificiel et pas toujours juste, le film partait pourtant d’une bonne idée et surtout de bonne volonté. Le casting reste cependant bluffant.

Commenter cet article