Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : La Bataille de Solférino, famille et politique

3 Mars 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21005926_20130703171614873.jpg

 

La Bataille de Solférino // De Justine Triet. Avec Laetitia Dosch et Vincent Macaigne.


En prenant pour toile de fond le jour des résultats du Second Tour de la Présidentielle de 2012, La Bataille de Solférino met en scène la confrontation des idées politiques de façon assez merveilleuse. On se retrouve avec Laetitia, une journaliste télé, au milieu de cette foule. Le spectateur est alors plongé dans un univers bruyant voire même oppressant. Mais tout cela ne s’arrête pas là puisqu’il y a aux côtés de l’histoire politique, une histoire familiale. Cette partie du film n’était pas aussi passionnante que l’autre. Disons qu’il n’y a pas forcément de lien de causalité entre les deux et du coup, j’ai eu l’impression que deux films avaient été fusionnés. Pourtant, la dispute entre la mère (Laetitia) et le père (Vincent) est née dans cette fameuse « bataille » de Solférino. Le but est donc de nous raconter une journée qui tourne au cauchemar en passant par plusieurs états. Mais la lecture politique du film est beaucoup plus intéressante, frisant le documentaire, notamment quand les personnes soutenants François Hollande et Nicolas Sarkozy sont interrogées sur le pourquoi de leur soutien.

6 mai 2012, Solférino. Laetitia, journaliste télé, couvre les présidentielles. Mais débarque Vincent, l'ex, pour voir leurs filles. Gamines déchaînées, baby-sitter submergé, amant vaguement incrust’, avocat misanthrope, France coupée en deux : c’est dimanche, tout s'emmêle, rien ne va plus !

Sauf que voilà, dans cette cacophonie, La Bataille de Solférino manque cruellement de scénario. Car l’aspect familial de ce film ne sait pas vraiment où aller. On semble alors osciller entre dialogues écrits et improvisation. Dans le rôle du père, Vincent Macaigne (que j’ai découvert dans Tonnerre) est très convaincant et donne aussi un côté beaucoup plus intéressant à l’aspect comique de cette histoire. Du coup, quand le film, dans sa seconde partie, commence à réellement vouloir raconter une histoire, on a plutôt l’impression de voir des personnages s’agiter ici et là et nous improviser des dialogues avec autour de tout ça une thématique principale. Ensuite il y a tout ce que je déteste dans le côté particulièrement parisianiste opportuniste du film. Disons que celui-ci cherche donc à plus ou moins lécher les pieds de la presse bobo parisienne avec un truc qui se veut presque amateur dans la mise en scène, rugueux, etc. finissant par se faire appeler de film d’auteur. Je ne suis pas vraiment d’accord. Bien au contraire. Le film partait d’une très bonne idée : nous parler au travers d’un regard sociologique des mal-êtres de la société actuelle.

Notamment la précarité, l’effervescence que procure le changement, etc. mais le film nous montre aussi la passion (les militants qui aiment et croient en ce qu’ils disent). Si le film se veut assez neutre politiquement, on sent tout de même qu’il penche du côté gauche. Tout simplement car ses personnages sont déjà des symboles du gauchisme parisiens. Il n’y a pas besoin qu’ils parlent de leurs opinions politiques pour le comprendre. L’aspect politique est complètement oublié dans la seconde partie, laissant place à un enchainement de choses et d’autres sans grand intérêt (je pense notamment à la scène de jambes en l’air entre Laetitia et son amant, ridicule à souhait). La Bataille de Solférino est donc un soufflé. La première partie fait des promesses jusqu’à ce que patatra, le film tombe dans le plus insipide des cinémas. Je sais que je vais me faire taper dessus pour avoir dit du mal d’un tel film mais doit-on forcément aimer un mauvais film sous couvert qu’il est taillé POUR la critique élitiste qui ne creuse pas plus loin que le bout de son nez (autrement dit… son nez parisien).

Note : 3/10. En bref, dommage que les promesses politiques de la première partie s’évaporent complètement dans la seconde pour laisser place à un scénario inexistant et des dialogues insipides.

Date de sortie : 18 septembre 2013

Commenter cet article

delromainzika 05/03/2014 09:48


Ah oui le mec de Positif. Il est marrant. Après moi j'adore Beigbeder , je l'ai déjà dit plus haut. ^^

Tim 05/03/2014 07:47


Moi c'est marrant mais Beigbeder c'est avec Rouyer celui que j'apprécie le plus. Après je suis pas un spectateur régulier du cercle du coup je suis peut etre passé entre les mailles de certaines
conneries.


Les autres me paraissent fade par contre.

delromainzika 04/03/2014 09:45


Bah pour Le Cercle c'est étrange car tu as tout de même Beigbeder, le symbole de la boboitude parisienne et puis autour de la table tu as un mix (notamment le mec de Studio Ciné Live, Xavier
Leherpeur, qui lui pour le coup est un bobo) et je ne suis pas fan non plus de celle de Grazia. J'aime bien le mec des Inrocks, il a aimé Django et pas 12 Years a Slave alors je ne peux qu'être
de son côté :D

Tim 04/03/2014 08:17


Bon déjà merci d'avoir pris le temps de répondre :).


Pas spécialement d'accord avec la journaliste:


Pour moi la Bataille de Solférino c'est sur surtout un film sur l'engagement: Engagement parental, engagement politique, engagement dans son travail. En ce sens du coup je vois pas comment faire
moins parisien. Alors oui ça se déroule à Paris mais c'est simplement parce que les événements s'y sont déroulés (au niveau de l'éléction). On est plus dans le sectarisme que dans l'idéologie
Bobo à mon avis au niveau de la journaliste.


 


Sinon je trouves le Cercle absolument pas Bobo personnellement (par contre l'intervenante qui vient de Grazia ... Je suis pas un grand fan )

delromainzika 04/03/2014 01:32


Ensuite pour répondre à ton autre question je n'ai aucun problème avec l'élitisme si celui ci n'est pas excluant. Car il y a une forme d'élitisme ici qui veut que finalement seul les gens qui
peuvent se retrouver dans cette élite peuvent s'en approcher. Par exemple j'ai adoré Les rencontres d'après minuit. Au fond il avait tout pour que je ne l'aime pas (et je crois que tu avais peur
que je ne l'aime pas justement). J'ai été au-delà de mon problème élitique car justement ce film n'est pas fermé. Au contraire. Il peut séduire n'importe qui, et pas seulement par son esthétisme
travaillé.


Il n'y a aucun mal à choisir ou élire, je le fais moi même. Et on ne peut pas tout aimer non plus. Je n'ai pas du tout ce précepte dans ma vie. J'ai beau regarder beaucoup de choses, je pense
avoir un avis qui fait que je ne peux pas tout aimer. Surtout les trucs excluants en fait. Et puis les trucs mauvais, les deux peuvent même être combinés ensemble.