Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Mariage à Mendoza, Duvauchelle sur la route

9 Juin 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20341232.jpg

 

Mariage à Mendoza // De Edouard Deluc. Avec Nicolas Duvauchelle, Philippe Rebbot et Benjamin Biolay.


Si vous me lisez souvent, je savais alors toute l'admiration que j'ai pour Nicolas Duvauchelle. C'est pour moi un acteur français sous estimé par ses pairs. Je n'ai pas le souvenir d'un rôle où il n'a pas brillé. Mariage à Mendoza n'est pas un chef d'oeuvre mais encore un film de mecs. Nicolas aime bien les films de bande où il n'est pas seul à porter l'affiche. On avait déjà pu le voir dans Comme des Frères et accessoirement dans la série Braquo. C'est tout à son honneur et cela permet souvent de le mettre en valeur. Ce petit périple fraternel, léger et tout en douceur tente alors de nous en apprendre sur la vie de ces garçons qui tentent d'évoluer, de grandir, mais aussi de voir comment des frères peuvent se retrouver dans un road-movie sincère. Au fond, Mariage à Mendoza ne cherche pas la fortune mais juste à nous faire une belle représentation ce que c'est justement la fraternité. Mais pour autant, Mariage à Mendoza a ses défauts, et notamment sa fin que j'ai trouvé un peu bateau. J'avais envie d'être surpris, d'être émerveillé. Et puis rien.

Deux frères débarquent en Argentine pour aller célébrer le mariage de leur cousin, à Mendoza, dans l’ouest du pays. La grande aventure, la vraie, voilà longtemps qu’ils en rêvaient… Mais à l’arrivée à Buenos-Aires, Antoine ne va pas bien du tout, comme un type que sa femme vient de plaquer. Marcus est sûr qu'aller au mariage du cousin remettra son petit frère d'aplomb. Il va lui sortir le grand jeu. Des nuits caliente de la capitale aux splendeurs de la vallée de la lune, ils croiseront sur leur chemin un réceptionniste illuminé, une beauté divine, des pierres qui portent bonheur… Sur la route du mariage, au gré d'étapes de plus en plus mouvementées, les deux frères se retrouvent. A un détail près : quand Antoine se requinque, c'est Marcus qui trinque.

Alors certes, au fond ce road-trip (Nicolas Duvauchelle est sur une lancée du genre depuis Comme des frères) est avant tout une sorte de film où il fait bon se retrouver. Il y a une générosité de la part des personnages qu'il est appréciable de voir à l'écran, de même que cette chaleur humain qui donnerait envie de les serrer dans les bras. Edouard Deluc, que je ne connaissais pas délivre ici quelques chose de sincère avant tout. Mariage à Mendoza n'a rien d'unique, c'est même un peu déjà vu sur les bords mais l'on ne peut pas tellement le lui reprocher étant donné que le film a une âme. Il y a aussi une jolie petite histoire, teintée de beaux petits moments partagés avec certains personnages (notamment quelques histoires d'amour qui se lient et se délient, l'histoire de la balle que Antoine va prendre, …). C'est tout plein de rencontres marquantes et parfois même amusantes. Mais Mariage à Mendoza est peut être parfois un peu trop dans la retenue. J'aurais tellement aimé que le tout éclate à un moment donné en feu d'artifice.

Avant toute chose il faut saluer le duo formé par Nicolas Duvauchelle et Philippe Rebbot qui fonctionne très bien. L'association de ces deux acteurs fait la force de Mariage à Mendoza. Et surtout le caractère un peu brut du film. Cela rend le tout alors bien plus authentique, et moins forcé. Edouard Deluc se laisse parfois aller à la contemplation de cette fraternité et laisse alors ses acteurs s'amuser tout simplement. On regrette que cela ne se passe pas durant tout le film vous ne trouvez pas ? L'ensemble est donc particulièrement sympathique mais pourrait parfois manquer d'un peu de vivacité. Un peu comme si le côté décousu de l'histoire ne parvenait pas totalement à faire un tout. Ce n'est pas un reproche dans le sens où cela peut coller au côté film de potes, que l'on tourne entre potes, et durant lequel on s'amuse avant tout. Mais voilà, je suis certain que Mariage à Mendoza aurait pu être tellement plus avec un peu moins de paresse ici et là, et là aussi.

Note : 6/10. En bref, un road-trip agréable et bon enfant. Nicolas Duvauchelle forme un duo plein de vie avec Philippe Rebbot.

Commenter cet article