Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Tout est Faux, âpre constat social

23 Novembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Tout est Faux, âpre constat social

Tout est Faux // De Jean-Marie Villeneuve. Avec Frédéric Bayer Azem et Mathieu Lagarrigue.


Quand un cinéaste vient vous présenter son film et vous propose de le voir, il y a forcément une certaine pression. Tout est Faux est un film dramatique parlant de la monotonie de la vie d’un homme perdu dans sa propre vie qui ne s’exprime finalement jamais sur ce qu’il ressent. La première fois qui frappe avec Tout est Faux c’est la façon dont Jean Marie Villeneuve utilise son cadre, ne cessant de faire de plans serrés sur les visages de ses personnages, montrant un peu plus le monde fermé de son héros dont il a du mal à sortir. Le procédé pourrait légèrement faire penser à ce que Xavier Dolan a pu faire avec le format de Mommy. La comparaison est un peu forte et pas totalement juste mais le film propose à certains moments lui aussi de quitter ces gros plans afin d’inclure un autre personnage dans le champ et changer tout d’un coup la proposition de cinéma. Pour un premier film, il y a tout de même une envie de faire quelque chose de différent, d’apporter sa vision des choses avec un scénario sobre. Cela aurait très probablement pu donner quelque chose d’ennuyeux ou de très mauvais mais ce n’est pas du tout le cas.

Fred, un homme seul dans Paris, exécute chaque jour une tache monotone à son travail, il déambule ensuite dans la capitale s’imprégnant des éléments qui l’entourent. Il contemple la dynamique de l’environnement urbain, des meetings politiques des présidentielles 2012, des passants et de son amie Marie. Déboussolé face à un monde de plus en plus faux, Fred va se créer sa propre réalité...

Bien entendu que Tout est Faux n’est pas exempt de défauts mais il jouit surtout d’une mise en scène qui nous donne l’impression petit à petit de vivre ce que vit Fred, en pleine période des élections présidentielles. D’ailleurs, ces dernières ont une place réellement importante, comme si elles influençaient la vie du héros (il y a même une séquence où le héros passe devant toutes les affiches des différents candidats qui m’a beaucoup plu). La place de la politique n’est cependant pas ce qui m’a le plus plu dans Tout est Faux. Le film se veut expérimental autour d’un homme qui n’arrive tout simplement pas à exprimer haut et fort ce qu’il pense de la vie en générale pour un homme qui semble complètement rejeté de la société. Sa vie est monotone, rythmée par quelques moments passés dans un bar avec une amie qui ne cesse de lui raconter ses diverses aventures et flirts et c’est cette rencontre dans une laverie qui change légèrement le cadre du film et nous propose d’intégrer plus de choses dans le champ de vision de la caméra (avant que le film ne se ressert sur Fred dès qu’il en a l’occasion).

Par ailleurs, Jean Marie Villeneuve parvient à créer une vraie ambiance dans son film. A la fois par la mise en scène mais également par l’utilisation de la musique qui impose bien souvent un rythme stressant et oppressant pour le spectateur. C’est dans ce genre de moments que l’on voit que tout peut éclater d’un moment à l’autre et que le héros peu très rapidement changer. L’une des scènes les plus mémorables dans ce sens là est probablement celle de la boîte de nuit. Une excellente scène. Et le film est parsemé de moments brillants comme celui-ci au milieu de moments plus classiques et donc peut-être un peu moins passionnants. On pourrait aussi presque dire que le film est engagé mais simplement en montrant que les français sont perdus politiquement et qu’ils ne savent pas quel choix faire (tous les points de vue sont donnés mais aucun n’est choisi puisque le héros s’abstient de voter). C’est un mal qui ronge le pays. Tout cela s’achève sur un twist assez inattendu mais terriblement jouissif. Ainsi, Tout est Faux est un film qui prouve que le cinéma ne se fait pas forcément avec des chèques hollywoodiens mais que des idées de mise en scène et un solide casting d’inconnus peut tout faire basculer.

Note : 7/10. En bref, un film intelligent qui met en avant les maux de notre société grâce au prisme d’un homme perdu et seul, avec des astuces de mise en scène expérimentales plutôt efficaces.

Date de sortie : 17 septembre 2014

Commenter cet article