Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Chicago P.D. Saison 2. Episode 16.

5 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Chicago P.D

Critiques Séries : Chicago P.D. Saison 2. Episode 16.

Chicago P.D. // Saison 2. Episode 16. What Puts You On That Ledge.


Après l’excellent épisode précédent sur Burgess, cet épisode tente de nous offrir quelque chose de différent et similaire à la fois alors que Burgess est à nouveau devant la caméra, avec Roman, et viennent en aide à un couple qui veut se débarrasser d’un homme qui s’est installé chez eux. C’était une mission assez complexe mais qui à mon sens fonctionne extrêmement bien. La relation entre Burgess et Roman est probablement l’un des meilleurs atouts de cet épisode mais aussi l’un des meilleurs atouts de Chicago P.D. ces derniers temps. Je trouve que de toute façon au delà de ces deux personnages, la saison est en train de légèrement ronronner. Cette saison s’est légèrement ramollie mine de rien, ne serait-ce que du point de vue de Voight qui a perdu de son intérêt depuis quelques épisodes. Cela a permis de mettre en avant d’autres personnages et notamment Burgess qui a réellement pris des galons depuis l’épisode précédent. Je ne m’attendais pas du tout à ce que la série fasse un aussi bel usage de ce personnage. Friedman était un excellent personnage pour l’épisode avec ses 5 procès et le fierté qu’il avait à ruiner la carrière de ses victimes. La pauvre famille voulait juste se faire de l’argent.

Roman et Burgess ont tenté de faire du mieux qu’ils pouvaient. Mais l’épisode tente donc de faire quelque chose avec ces deux là, de poursuivre ce que Chicago P.D. a tenté de construire dans l’épisode précédent. L’intrigue est assez simpliste au fond mais elle est terriblement efficace quand elle met en scène Roman et Burgess. L’épisode tourne énormément autour de cette histoire alors que les autres intrigues n’ont pas du tout la même portée. Je pense par exemple à Antonio sous couverture. C’est sympathique de retrouver ce dernier mais peut-être pas aussi bien fait que l’on aurait probablement pu l’imaginer. Coop et Rick de leur côté font des choses complètement différente mais complémentaire. Ce que j’aime bien dans Chicago P.D. depuis ses débuts c’est le fait que la série tente de faire des choses différentes avec le milieu de la police et nous montrer des affaires complètement différentes. Il y a des trucs que l’on retrouve dans d’autres séries policières et notamment Law & Order. Car si je pouvais comparer Chicago P.D. à The Shield, je peux aussi la comparer à Law & Order, autre série de Dick Wolf. Du coup, cet épisode est très différent du début de la saison et des moments de relâchement que la série a connu il y a peu.

C’était un épisode qui permet de mettre d’autres personnages en avant tout en conservant tout ce qu’ils ont pu installer précédemment dans la série mais en ajoutant les autres personnages qui à mon sens sont bien plus importants et intéressants que l’on ne pourrait le penser. Le fait que la série intègre des personnages de Chicago Fire de façon très périodique fonctionne très bien. En tout cas, cela fonctionne à merveille dans cet épisode car on a besoin de la présence de Mouch par exemple. Ce dernier n’est pas forcément le meilleur personnage de la série mère mais il permet ici à la série de proposer des choses différents. Les personnages sont soignés et plein de vies. On n’a pas l’impression qu’ils restent statiques dans leurs petites vies (et je pense que la présence de Mouch, de Dawson, etc. participe à ce changement). La discussion entre Mouch et Platt était d’ailleurs hilarante. Elle pensait vraiment qu’il était en train de dire qu’elle est grosse. Dawson était un bon personnage à intégrer dans cet épisode, surtout que cela permet de faire une petite mise à jour sur sa place dans la série mère (et accessoirement dans Chicago P.D.). Cela faisait un bout de temps qu’elle n’était pas apparue, la série préférant donner une place de à Severide au début de la saison.

Note : 7/10. En bref, encore un solide épisode de Chicago P.D.. Merci Burgess et Roman.

Commenter cet article