Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ballers. Saison 1. Episode 7.

24 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Ballers

Critiques Séries : Ballers. Saison 1. Episode 7.

Ballers // Saison 1. Episode 7. Ends.


Après le mauvais « Machete Charge », Ballers se doit de se trouver une ligne de conduite et « Ends » est peut-être celle qu’elle doit prendre. La série reste médiocre, pas particulièrement bonne mais elle doit se concentrer sur des choses plus dramatiques afin de nous donner envie de voir plus de ces personnages. Cet épisode est un bon exemple de ce que Ballers peut faire de sympathique avec son univers et ses personnages. On est très loin d’être face à un épisode aussi drôle que le précédent par exemple, mais il est bourré de charme et de développement de personnalité. Ce qui manque à la série c’est l’envie du téléspectateur d’aller plus loin, de s’engager avec les personnages. Je me demande si l’un des intérêts de cet épisode n’est pas le retour de Rodney (ou plutôt ses cendres) et pour le coup, cette partie de l’histoire est assez drôle (en plus de l’aspect dramatique qu’il y a derrière). Fondamentalement, l’intrigue de l’épisode n’est pas vraiment celle des cendres de Rodney, bien que l’on pourrait en avoir l’impression, mais plutôt une façon de nous rappeler pourquoi Spencer fait ce qu’il fait (et aussi comment tellement de ces personnages pourraient finir à la même place que lui). Spencer se retrouve avec les cendres de Rodney des mains de la veuve de ce dernier il se trouve chargé de les éparpillées quelque chose.

Il se retrouve donc avec une urne pleine de cendres et forcément, il y a un gag dans la voiture. Mais au delà de ça, la série nous offre tout de même de bons moments comme Ricky. Ce dernier est clairement l’un des personnages que j’ai envie le plus d’apprécier. La scène qu’il se retrouve à jouer d’importante dans cet épisode est à la fois drôle par rapport au fait que l’on peut se retrouver, mais aussi permet également de comprendre le personnage de Ricky sur le long terme de l’épisode. Ce que j’ai aussi un peu de mal à comprendre c’est ce que la série veut faire de certains de ses personnages ou même intrigues. Quand Ricky retrouve Annabella dans un club, s’amusant avec Julie et dansant avec Birdman, il perd le contrôle. Mais ce n’est pas la première fois que Ballers parle de choses de ce genre là et se retrouve au milieu d’une intrigue qui manque peut-être d’un peu de piquant. Cet épisode a donc encore une fois ses problèmes mais aussi ses idées. Il y a quelque chose de touchant dans la dernière image de cet épisode. Les cendres c’est un gag une bonne partie de l’épisode mais c’est un joli moment touchant à la fin. Spencer est un bon personnage mais il manque juste pour lui d’une sorte d’intrigue plus palpitante (ou en tout cas d’une façon un peu plus intéressante de voir les choses autour de lui).

J’aimerais tellement que la série soit plus que ce qu’elle n’est actuellement. « Ends » est une façon de nous dire qu’elle est en bonne voie mais pour combien de temps. Car ce n’est pas la première fois que Ballers nous fait croire qu’elle est sur la bonne voie. Etant donné que cet épisode parler de carrière terminée ou encore de vie perdue, Ballers nous offre un épisode assez étrange. Il se termine de façon tellement dramatique mais avec une vraie note d’espoir. C’est comme si tout le propos de cet épisode sur ce que l’on perd n’était qu’une façon de relever la tête et d’aller de l’avant. Sauf que je suis persuadé que Ballers ne va pas utiliser ça comme une façon d’aller de l’avant. Je suis assez embêter de voir que finalement cette série a beau être intéressante, elle ne touche pas tout le monde de la même façon. Certains personnages ont encore besoin d’un peu plus de lumière. Spencer a déjà mon attention, peut-être car c’est l’acteur. Mais j’aime bien aussi Charles et la façon dont Spencer le prend sous son aile dans cet épisode. La scène finale est parfaite pour mettre en scène ces deux là et Charles prouve qu’il peut être autre chose que le sous-fifre de sa dulcinée, comme cela a pu être le cas dans l’épisode précédent au bord de la piscine (et c’était d’ailleurs l’une des scènes les plus drôles).

Note : 6/10. En bref, l’épisode va de l’avant et c’est assez intéressant pour la façon dont il tente d’y aller.

Commenter cet article