Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Second Chance. Saison 1. BILAN.

27 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Second Chance

Critiques Séries : Second Chance. Saison 1. BILAN.

Second Chance // Saison 1. 11 épisodes.
BILAN


Quand FOX avait décidé de réduire sa commande pour Second Chance, passant de 13 à 11 épisodes, je pense que l’on aurait dû se poser des questions. Mais le premier épisode n’était pas mauvais et j’avais alors compris pourquoi FOX s’était dit que ce pourrait être une bonne idée. Ce n’est pas forcément brillant non plus mais j’avais trouvé un vrai chemin de croisière dans le premier épisode. Sauf que Second Chance se construit au fil des épisodes de cette première saison pour le meilleur comme pour le plus mauvais. Disons que le tout est parfois un peu trop tiré par les cheveux et notre duo de frère et soeur richou n’a pas forcément de grand sens. Leur quête pour sauver la vie de l’autre est un loin d’être un aspect passionnant de la série, de plus sans vraiment plonger dans la mythologie de celle-ci. Etant donné que Second Chance a rapidement justifié le retour à la vie de son héros par un truc ultra scientifique et ultra complexe, du coup la mythologie n’a pas forcément de grands mystères. Oui, il y a la vengeance du héros, mais c’est plus ou moins le seul truc qui nous intéressant en plus de la relation entre un père et son fils. Je pense d’ailleurs que Second Chance est une série beaucoup plus sur la relation entre un père et son fils qu’autre chose. Cela aurait très bien pu être une série d’un tout autre genre, plus proche d’une Almost Human par exemple, voire même plus proche de l’aspect fun-tastique de Lucifer.

Mais d’un autre côté, il manque énormément de choses à cette série pour réussir. A commencer par Philip Baker Hall qui incarne Jimmy Pritchard. Ce dernier aurait à mon humble avis dû être beaucoup plus présent dans la série afin de développer sa personnalité car l’on apprend finalement à connaître le héros derrière sa nouvelle identité ce qui n’est pas forcément la meilleure des choses. La série n’a pas su tirer partie de Philip Baker Hall, à part dans le premier épisode et encore, tout est beaucoup trop léger. Pourquoi ? Uniquement car la série cherche à tout mettre dans son pilote et un peu moins par la suite ce qui peut s’avéré être sacrément décevant. Surtout que le passé du héros est plus ou moins présenté comme un gros écran de fumée : il aurait passé ses meilleures années alcoolique et à flirter avec des femmes. Et ensuite il devient un témoin important dans une sale affaire, ce qui va conduire Duval, son fils, à suivre ses pas. Je pense que Second Chance méritait tout de même mieux dans le registre de la justification. L’histoire de Duval ou encore de Jimmy n’est pas forcément mauvaise et leur relation s’avère intéressante mais Rob Kazinsky a énormément de mal à donner du corps à son personnage.

Il manque donc cruellement de charisme et l’on a l’impression de nous ennuyer assez rapidement. Même dans le dernier épisode, tout s’enchaîne de façon assez étrange. On a l’impression de se retrouver dans une intrigue ultra formatée, celle du père qui va sauver son fils et avec lequel il va devoir sauver d’autres personnages par la suite. J’aurais tellement apprécié que cela fouille un peu plus loin et que Second Chance évite de tomber dans les pièges de toutes les pièges de ce genre de séries. Bon, de toute façon Second Chance n’est pas non plus une série policière à proprement parler et encore moins une série policière réaliste. Les cas sont traités avec le moins d’intérêt possible. On a l’impression que cela a été écrit par des gens qui n’ont jamais vu le système policier américain et comment les affaires sont traitées. C’est un échec et pourtant, je suis resté jusqu’au bout. Dès le second épisode, on tombe dans la série avec des cas de la semaine pas toujours très passionnants pour autant non plus. Une fois passé un pilote assez efficace, qui laissait entrevoir la possibilité d’une série moins procédurale, on se retrouve avec probablement ce qui se fait de pire dans le genre.

De plus, Second Chance ne ressemble à rien de ce que l’on peut voir à la télévision actuellement. C’est une série policière, avec un brin d’héroïsme donc plus proche de l’univers du super-héros, l’idée de changer de corps et donc d’âge, sans compter sur la technologie et la médecine, tous ces sujets sont utilisés dans Second Chance mais tout est beaucoup trop mal utilisé à mon goût. Le problème c’est que tous les univers de Second Chance ne sont pas très bien harmonisé et même le dernier épisode nous donne toujours l’impression que tout est fait pour nous ennuyer terriblement. Rand Ravich, le créateur de Second Chance continue de créer des séries particulièrement naze avec de bons prémices. Il est pourtant le créateur de la brillante série policière Life mais par la suite, il a fait cette daube que l’on appelle Crisis et qui mettait en scène Gillian Anderson dans l’un de ses plus mauvais rôles. Maintenant il y a Second Chance sur son CV. Bien plus sympathique que Crisis, la série n’a malheureusement jamais su aller au delà des barrières qu’elle s’est mise pour ratisser large et donc séduire le plus grand nombre de téléspectateurs. Dommage en somme…

Note : 4/10. En bref, Second Chance est donc un échec en grande partie.

Commenter cet article