Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Jane the Virgin. Saison 2. Episodes 20 et 21.

15 Mai 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Jane the Virgin

Critiques Séries : Jane the Virgin. Saison 2. Episodes 20 et 21.

Jane the Virgin // Saison 2. Episodes 20 et 21. Chapter Forty-Two / Chapter Forty-Three.


Beaucoup de choses changent mais dans le fond, Jane the Virgin reste la même et dans un sens, ce n’est pas plus mal. Il y a donc pas mal de choses qui fonctionnent dans ces deux épisodes et qui permettent aux personnages de travailler à l’unisson. Tout le monde participe à rendre le tout divertissant comme il faut afin que l’on ne s’ennuie pas une seule seconde. Les rebondissements sont bien trouvés, les personnages de bonne humeur avec de bons sentiments toujours bien placés. L’arrivée de Anezka dans l’univers de Jane the Virgin n’est pas forcément ce que la série a fait de mieux mais globalement, j’ai hâte de voir la suite. L’un des trucs les plus sympathiques dans ces deux épisodes c’est cette constante préoccupation pour donner au téléspectateur suffisamment pour qu’il passe un bon moment. Le personnage d’Anezka est parfois un peu ridicule, mais cela n’enlève rien au fait que ce n’est pas grave simplement car Jane the Virgin a toujours ses racines de telenovela qui font son succès. La série tente donc de donner à Anezka une réelle utilité dans « Chapter Forty-Two » que je n’attendais pas nécessairement mais qui a le mérite de fonctionner. Yael Grobglas a donc su trouver un vrai terrain de jeu avec Anezka qui permet à l’actrice de jouer plusieurs nuances au sein de Jane the Virgin.

Peut-être bien que l’une des choses les plus intéressantes dans cet épisode c’est le moment où l’actrice est capable de passer de Petra à Anezka en une seule séquence. C’est un travail assez important pour l’actrice mais elle brille par sa façon de donner corps à ce personnage et lui donner une vraie personnalité, même si son but semble être plus ou moins de copier sa soeur Petra. Je trouve que ce qu’il y a de plus décevant dans cet épisode reste finalement l’histoire de Rafael et de son demi-frère Derek. Cette partie de l’histoire n’est pas forcément palpitante dans cet épisode car Jane the Virgin ne sait pas trop quoi faire d’eux. Rafael donne l’impression d’être trimbalé dans la série depuis quelques épisodes comme un personnage secondaire dont la série n’aurait plus besoin alors que l’on sait ce qu’il incarne pour Jane mais aussi ce qu’il est pour la série dans sa globalité. Car Rafael est bien plus que l’ex de Jane ou le père de Mateo. Derek révèle dans cet épisode sa vraie nature et va faire du chantage à Rafael dans le but de prendre le contrôle de The Fairwick. Mais après avoir révélé tout cela, Derek s’affadi d’un coup d’un seul. L’ajout de Petra dans toute cette histoire est finalement un peu plus intéressant. Elle permet de redorer un peu le blason d’un Rafael ramolli par des intrigues douteuses.

Et puis Mutter ajoute un brin de surprise aussi en apparaissant à la fin de l’épisode, (et accessoirement à la fin du suivant). Mais le fun ne s’arrête pas là car Rogelio doit travailler avec son rival : Esteban Santiago alors qu’un cross-over entre leurs deux séries (Tiago a Traves del Tiempo et Fernando E Isabel) est en cours de production. Je trouve que Jaime Camil est parfait dès qu’il se retrouve face à Keller Wortham. La rivalité des deux hommes est digne des telenovelas que Jane the Virgin utilise pour s’inspirer (et des parodies qu’elle en propose plus ou moins dans sa narration). Michael de son côté se retrouve un peu au milieu, comme un médiateur, maintenant qu’il est le garde du corps de Rogelio. Si Michael ne sert strictement à rien, Jane the Virgin parvient tout de même à faire des choses bien sympathiques dans un registre légèrement différent ce qui n’est pas plus mal. Avec « Chapter Forty-Three », Jane the Virgin continue de nous plonger dans les aventures de Jane et cie en donnant notamment un peu plus de place à l’histoire de Rafael, du Fairwick et de Derek. Ce dernier est vraiment sans pitié et bien que Rafael soit malin, Derek semble être beaucoup plus malin que lui. Derek permet en grande partie à Jane the Virgin d’oublier Sin Rostro et toute l’histoire que la série développe depuis ses débuts.

Rafael a toujours été une source de tensions dans la relation entre Petra et Jane. Bien que la saison 2 ait tenté d’alléger un peu la dynamique, le conflit qu’il y a entre les deux femmes persiste et revient au galop dans les derniers épisodes en date. Pourquoi ? A cause de Rafael bien évidemment. Petra a toujours des sentiments pour son ex mari et le père de ses jumelles. Elle est jalouse du traitement qu’il réserve à Jane. Petra aimerait elle aussi avoir la confiance, le respect et l’adoration de Rafael sauf qu’elle reste la femme de l’ombre, celle qui n’a pas tout ça. Elle a menti au sujet d’Anezka dans l’épisode précédent car elle ne voulait pas que Jane ait une fois de plus raison et le comportement de Petra n’a de cesse d’être lié aux actions de Jane la plupart du temps. Le cas Derek est donc petit à petit en train de faire son bout de chemin, ce qui n’est pas plus mal. Si Derek en lui-même n’est pas ce que je préfère dans Jane the Virgin, j’aime bien ce qu’il a permis de faire en bousculant un peu la dynamique et les relations entre les personnages. Petra et Jane sont donc en compétition dans ce nouvel épisode et c’est une très bonne chose car l’alchimie entre Yael Grobglas et Gina Rodriguez est peur-être bien l’une des plus intéressantes de toute la série. Encore plus quand elles se trouvent l’une en face de l’autre.

Petra aura au moins eu la chance de voir Rafael se ranger derrière son plan pour une fois, mais tout cela va se conclure en désastre quand Derek réalise qu’il s’est fait rouler dans la farine. Tout cela va remettre Petra au premier niveau du jeu, ce qui devrait arranger Jane. Mais cette dernière n’est pas forcément dans la même rivalité que Petra car elle n’a pas besoin de la même attention. Du coup, j’aime bien ce que la série fait de ce point de vue là. Le premier anniversaire de Mateo est fêté comme il se doit dans une jolie petite scène qui permet de mettre en valeur tout ce que Jane the Virgin sait faire dès qu’il s’agit des bons sentiments. Il y a aussi de grandes révélations dans cet épisode : Derek a attaché Mutter au Fairwick et est parti avec tout l’argent, Magda et Anezka travaillent ensemble, mais aucune de ces révélations n’a d’impact émotionnel. Heureusement que l’anniversaire de Mateo est là pour au moins nous émouvoir…

Note : 8.5/10. En bref, encore de très belles choses pour Jane the Virgin.

Commenter cet article