Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : 2 Broke Girls. Saison 5. BILAN.

14 Mai 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #2 Broke Girls

Critiques Séries : 2 Broke Girls. Saison 5. BILAN.

2 Broke Girls // Saison 5. 22 épisodes.
BILAN


Au fil des années, 2 Broke Girls a perdu de sa superbe. C’est quelque chose d’assez logique et dans un sens quand l’an dernier je parlais de l’échec de la saison 4 de 2 Broke Girls qui n’avait pas su renouveler le genre et surtout à créer un nouvel engouement pour ces personnages que j’ai pourtant aimé fût un temps. J’aime toujours Caroline et Max mais dans un sens, quelque chose s’est brisé et c’est dommage. L’an dernier, la série était au bord de la banqueroute créative. Je pense que l’une des erreurs de cette série aura été d’être trop sardonique et snob à sa façon. Elle a alors perdu l’intérêt qu’elle avait au départ alors qu’au fond, elle reste une comédie que je regarde. Je suis toujours là car je me suis attaché aux deux héroïnes, même si par moment je dois avouer qu’elles me tapent sur le système. Cette comédie est devenue ce qu’elle ne voulait pas être au départ. Dans un premier temps, 2 Broke Girls était une série féministe sur des femmes qui veulent réussir et petit à petit, c’est devenue une comédie de slut-shaming, xénophobe à sa façon, et bien qu’elle assume certaine de ses conneries (ce qui lui vaut de temps en temps de nous amuser réellement), il manque toujours un petit truc. Cette année, l’enjeu était donc de taille, celui de chambouler complètement la mécanique et tenter de nous faire rire à nouveau sans nous faire trop penser à l’enrobage pas nécessairement brillant.

Je sais bien que les sitcoms ne sont pas toujours connues pour leurs intrigues touchantes et attachantes et le fond de 2 Broke Girls reste très étrange. La série ne change pas trop cette année bien qu’elle ait décidé de laisser de côté certaines erreurs de la saison dernière. Dans un sens, je trouve que cette saison a au moins compris les erreurs de l’an passé. Cela ne veut pas pour autant dire que les intrigues sont différentes, mais 2 Broke Girls ne change pas trop la mécanique de la série. Les changements ne sont pas forcément visibles car la structure de la série reste la même mais les intrigues sont cette année un peu plus sympathiques que l’an dernier. L’évolution du dîner, des business de nos filles préférées, tout cela permet à 2 Broke Girls de délivrer quelque chose de légèrement différent, notamment car nos personnages sont différents, qu’elles ont envie de voir d’autres choses dans leurs vies. Les intrigues sont parfois ridicules (comme dans le dernier épisode de la saison où Caroline et Max doivent sauver Han de gangsters) mais la série se répète cette année un peu moins que l’an dernier. Nous ne sommes pas encore au niveau de la saison 1 ou même de la saison 2, mais l’évolution se fait dans le bon sens malgré tout.

Avec 22 épisodes, 2 Broke Girls va alors passer par tout un tas d’états différents. Le concept de cette série n’était certainement pas fait pour durer autant de temps. Deux saisons au mieux aurait suffit, mais c’est aussi un problème d’humour qui ne change pas trop. La galerie de personnages que l’on suit depuis le départ répète les mêmes vannes. C’est encore le cas cette année. Han est toujours l’asiatique que la série aime torturer (quitte même à tomber à mon sens dans le racisme chronique, et même homophobie latente), Oleg continue de faire ses blagues de cul qui ne sont plus très fraîches désormais et c’est justement là le problème de 2 Broke Girls. Accessoirement, Earl de son côté s’efface de plus en plus, afin de donner plus de temps à des personnages que 2 Broke Girls tente d’introduire sans parvenir à en faire grand chose pour autant. Du coup, Caroline et Max continuent d’être l’un des rares intérêts de cette série et ce n’est pas plus mal. Les dialogues sont souvent minimalistes et n’invitent pas à faire grand chose de neuf pour autant. On a souvent l’impression de voir des répliques qui n’en finissent pas et qui de ce fait ne sont pas aussi drôles qu’elles veulent bien nous le faire croire au premier abord.

Finalement, 2 Broke Girls continue de reposer sur Kat Dennings en grande partie. Le personnage de Max est le plus drôle même si les gags et les répliques qu’elle enchaine au fil des épisodes se répètent aussi. 2 Broke Girls c’est de la sitcom confortable, de celles que l’on regarde sans trop se poser de questions et je me rends compte cette année que cela fait vraiment pas mal de temps que j’ai passé devant Max et Caroline. A l’issue de cette saison je me suis posé pour la première fois la question de devoir poursuivre l’aventure ou non… Même quand la série tente de revenir sur les racines de richou de Caroline le gag ne fonctionne plus. Pourtant, ce n’est pas comme si c’était utilisé à longueur d’épisodes mais une ou deux fois par an uniquement.

Note : 4.5/10. En bref, un poil plus sympathique que l’an dernier, 2 Broke Girls est tout de même en train de devenir une comédie insignifiante malgré elle.

Commenter cet article

Jules 14/05/2016 20:28

Les personnages deviennent fades, on est très loin du mordant de la première saison. Parfois j'ai l'impression que les personnages se normalisent un peu à force de se répéter. La série est basée sur l'outrance, mais on peut difficilement repoussées les limites à chaque épisode, d'où l'impression d'une répétition ennuyeuse.
Je n'attends pas que la série change les personnages il n'y a rien de pire qu'une série qui change la personnalité de ces héros (je suis traumatisé par le changement de Bree dans Desparate) Will and Grace n'a pas changé ses héros, ni Friends, au contraire les auteurs ont même caricaturé les personnages au fil des saisons. Le soucis avec Broke and girl c'est qu'il n'y a pas de marge de manœuvre car on a dépassé la caricature, on a commencé dans l'outrance dès le premier épisode. Les auteurs doivent bosser les intrigues et répliques, pas changer la personnalité des héros.
Revenir aux sources, on veut les voir galérer et en rigoler, pas les regarder tomber amoureuse et devenir insignifiantes.